Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

La Conférence internationale de l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui vient de se réunir à Rome, s'est séparée sans qu'aucune décision importante ne soit prise pour faire face à la faim dans le monde et aux révoltes dans les pays pauvres. C'est pour le moins un constat d'échec.

Et pour cause ! Pour faire face à cette situation il lui aurait fallu engager l'action contre les responsables de cette catastrophe humanitaire : la loi du marché et le système capitaliste. Illustrons notre propos par cet exemple : en avril dernier, lorsque dans des dizaines de pays, éclatent les émeutes de la faim, avec des centaines de morts, dans le même temps, Cargil, le géant mondial des céréales annonce une hausse de ses profits de 86 % soit 1,03 milliards de dollars pour le trimestre écoulé. Les économistes de la Banque mondiale estiment que 37% de la flambée des prix agricoles étaient dus à la spéculation.

Comment en est-on arrivé là ? Depuis des décennies, sous la pression du FMI, véritable arme d'expansion du libéralisme, (dont le directeur général est Strauss-Khan), de la Banque mondiale, de l'OMC, (dirigée par un autre socialiste, Pascal Lamy), les pays en voie de développement ont orienté leur production agricole vers l'exportation (coton, café...) au détriment de leur agriculture vivrière, base de leur autosuffisance. Dans le même temps, grâce aux énormes subventions des pays riches à leurs propres agriculteurs, il revenait moins cher aux pays pauvres d'importer leurs aliments.Ce qui n'a fait qu'accroître leur dépendance vis-à-vis de leur importation alimentaire. Déséquilibrant ainsi leur économie, tout en augmentant leur dette. A cela s'ajoute le fait qu'à la fin de l'an passé, la crise des marchés financiers a provoqué la ruée des spéculateurs sur les marchés agricoles, plombant d'autant plus les pays pauvres .

On pourrait aussi parler de la course effrénée aux agrocarburants présentés comme la panacée universelle face au pétrole. Outre qu'elle sacrifie d'énormes quantité de céréales, elle réduit d'autant les surfaces pour les cultures vivrières. Alors que près d'un milliard d'hommes, de femmes, d'enfants souffrent de la faim dans le monde !

Ce n'est plus à la Bourse et aux affameurs, de fixer les prix des échanges alimentaires, mais à des accords entre pays producteurs et consommateurs. Les princes qui nous gouvernent sèment le vent. Qu'ils ne s'étonnent pas de récolter la tempête !

source : « combat communiste »

Commenter cet article

charlotte357 16/06/2008 01:33

Intervention du président Iranien à la FAO : http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-20449896.htmlUne bonne leçon à l'Occident.