Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

La grève, arme ultime, du monde du travail met en cause dans un affrontement de classe direct le pouvoir patronal et gouvernemental. Hantise des tenants du capital, ceux-ci ont toujours cherché à la déconsidérer, voir à l'interdire. C'est ce que Sarkozy a entrepris dès son arrivée à l'Elysée en limitant, avec la remise en cause des régimes spéciaux, le droit de grève dans les services publics. Pensant avoir gagné la bataille dans l'opinion publique Sarkozy se permet de traiter la grève avec dérision et mépris (1). Au train ou s'applique sa politique de contre réformes destructives, et compte tenu de l'arbitraire dont il fait preuve sur nombre de sujets, Sarkozy pourrait très vite déchanter.

Le malaise social, le mécontentement est réel. Il touche des catégories sociales des professions n'ayant jamais fait grève, ou manifesté. Il n'est pas commun que des militaires de haut rang, ou des responsables de la télévision publique critiquent ouvertement les choix politiques de Sarkozy et ses pratiques monarchiques. La colère gronde aussi parmi les maires.

S'agissant du monde du travail, force est de constater que de nombreuses grèves ont lieu dans des secteurs inhabituels. Pour autant les dernières actions nationales n'ont pas été à la hauteur pour porter un coup d'arrêt à la politique à la politique destructive du pouvoir, c'est pourquoi Sarkozy bombe le torse. Pour l'empêcher de jouer les matamores encore faudrait il ne pas lui fournir des arguments. Prétextant » qu'il ne faut pas mélanger les genres » le secrétaire général de la CFDT refuse d'engager la lutte pour l'augmentation des salaires et retraites. Quant au secrétaire général de la CGT il s'est ridiculisé en exhortant un million de personnes à descendre dans la rue, le compte n'y était pas. En ouvrant des brèches et plusieurs chantiers de contre réformes en même temps. En entraînant dans son sillage les dirigeants des centrales syndicales qui dans leurs pratiques collaborent à la mise en œuvre des contre réformes, Sarkozy réussi en partie à neutraliser le mécontentement.

L'urgence est de porter un coup d'arrêt significatif à la politique et aux pratiques dictatoriales de Sarkozy. Comment parler nouvelle perspective politique en ignorant cet objectif ? Ce n'est pas à l'Elysée ou à Matignon que réside la solution, c'est ailleurs en particulier dans la rue,et dans les entreprises là ou chaque jour les salariés subissent les bas salaires, les stress, l'exploitation, le mépris. L'expérience montre que » Si la classe ouvrière lâchait pied dans son conflit quotidien avec le capital, elle se priverait elle-même de la possibilité d'entreprendre tel ou tel mouvement de plus grande envergure »(2).

Aujourd'hui faire œuvre révolutionnaire c'est attaquer le système capitaliste au cœur et donc occuper le terrain des luttes sociales et politiques. Il convient de contribuer à leur développement par tous les moyens. Une multitude de luttes créera un climat favorable pour bâtir un vaste et puissant mouvement populaire duquel sortira quelque chose de neuf y compris au plan politique.

1- « Désormais, quand il y a une grève, personne ne s'en aperçoit » discours de Sarkozy devant les militants de L'UMP.

2- « Salaires prix et profits » Karl Marx

source : « combat communiste »

 

Commenter cet article

kamilion 13/07/2008 10:30

j'aime ton profil,tes écrits sont pesés et justes...A bientôt

Tourtaux Jacques 07/07/2008 19:57

Le fanfaron Sarkozy ferait bien de se méfier car une puissante colère monte, notamment dans les quartiers les plus déshérités et où les pauvres gens ne s'en sortent plus. Les minables propos tenus quant aux grèves et où ce petit monsieur ridiculise les organisations syndicales ont fait mouche, notamment à la base car lorsque les travailleurs font grève, ceux-ci le paient très cher alors, ironiser sur les luttes qu'ils sont contraints de mener pour la défense de leurs droits, cela ne passe pas, y compris chez les retraités qui ont eux aussi beaucoup donné dans les combats acharnés contre le patronat.Personnellement, j'ai très mal pris les propos de ce guignol et le jour où il va gagner le gros lot n'est plus loin tant les gens n'en peuvent plus de voir ce bling-bling dilapider notre argent et nous humilier par ces propos imbéciles. Jacques Tourtaux

makhno 07/07/2008 12:25

"C'est en croisant les bras que le peuple montre sa force", Sarko l'ignore visiblement, nous le lui rappellerons bientôt, mais d'abord, il faut nous débarrasser de la "cinquième colonne" (suivez mon regard).Cordialement