Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

Dans quelques mois, le PCF tient son 34ème congrès, qui se veut celui du « changement ». La formule est décidément à la mode, de Sarkozy à Montebourg, et ne signifie donc pas grand-chose. En tout cas, les rencontres consultatives entre adhérents se multiplient, y compris celle de Paris, le 31 mai, sur les questions internationales.
Le collectif Polex en tant que tel, ne se situe pas dans ce débat interne, puisqu'il est un lieu de réflexion réunissant des communistes, adhérents ou non du PCF, partie prenante pour certains des groupes organisés de sensibilité différente ou les récusant tous. Nous tenons beaucoup à cette diversité, et nous nous y tiendrons.
Mais les contributions concurrentes au sein d'un parti dont nous ne dépendons pas, contribueront à influencer, en bien ou en mal, les luttes populaires en France : cela ne peut nous laisser indifférents. D'autant que certains discours ont de quoi inquiéter.
Lors du débat du 31 mai, le représentant de la direction actuelle a proposé une analyse du monde. Il est, dit-il, « complètement différent de ce qu'il fut il y a moins de vingt ans », « en état de transformation permanente », structuré par « l'extension de la marchandisation capitaliste et néo-libérale », marqué par « le développement des nouvelles technologies de l'information et de la communication », et surtout par « la chute du mur [de Berlin]..., écroulement d'un modèle, d'une autre conception- qui a échoué -de la société et du monde ». Ce tableau consensuel qui veut réconcilier toutes les tendances internes au PCF, y compris les plus droitières, et pourrait être signé d'un « droit de l'hommiste » radical de gauche, révèle surtout trois dimensions de rupture avec les fondamentaux de l'idéal communiste depuis la création du PCF :
1-La notion même d'impérialisme a disparu, comme responsable de l'inégalité entre les peuples, des guerres. Non seulement le mot n'est jamais prononcé en cinq pages, mais l'analyse des causes de l'état du monde se réduit à un discours humaniste, pacifiste, sur l'égoïsme des possédants, à un discours éthique.
2-Certes, le capitalisme, souvent baptisé « néo-libéralisme », est jugé coupable, mais aucun projet de société clair n'est proposé en objectif de lutte pour le remplacer. Plusieurs pages, au contraire, insistent sur « l'échec systématique du socialisme réel », comme s'il s'agissait d'un système néfaste dans toutes ses dimensions, comme s'il n'avait pas assuré aussi pendant quelques décennies aux peuples d'Europe de l'est le plein emploi, la gratuité des soins, dont ils ont aujourd'hui la nostalgie ; comme si les peuples d'Amérique latine avaient tort aujourd'hui encore, d'envier le système de santé et d'éducation de Cuba ; comme si la disparition de l'URSS ne permettait pas d'imaginer une société socialiste, basée sur la propriété collective des grands moyens de production et sur la démocratie politique...
3-Au lieu de cela, les responsables du PCF affirment en préalable de la discussion, que « l'histoire du mouvement communiste international est terminée depuis assez longtemps » ! Postulat tout aussi aberrant que celui de Fukuyama d'une histoire de l'humanité close avec le capitalisme. On comprend mieux dans ces conditions le refus constant du PCF de participer aux rencontres internationales régulières des partis communistes, au profit de collaborations avec des mouvements sociaux-démocrates européens.
Ces orientations ont un seul objectif, conserver un PCF incluant jusqu'à ses éléments les plus réformistes, ceux notamment qui ont signé l'appel « l'alternative à gauche », d'anciens ministres des gouvernements socialistes (qui ont privatisé plus que la droite) comme Gayssot, des opportunistes politiciens, élus et dirigeants du PCF, comme Asensi, Braouezec, Calabuig, M.P. Vieu, etc...Ceux là qui, justement, proclament leur désir de fonder une organisation à la gauche du PS, mais qui ne se réclame plus du communisme : en bon français, un parti social-démocrate de gauche...
Si cette opération convergente de liquidation des fondamentaux communistes réussit, le PCF aura, quoi qu'il en soit, signé son arrêt de mort, après quatre-vingt-huit ans d'histoire glorieuse au service des travailleurs de France, comme cela s'est fait en Espagne, en Italie, en Allemagne, etc. Tous ceux d'entre nous qui croyons toujours à la nécessité  « d'une maison commune pour les communistes » selon la formule de notre camarade italien Losurdo, ne s'y résignerons pas et sauront en tirer les conséquences.

Françis A.

source : « collectif communiste polex »

Commenter cet article

gilles questiaux 12/07/2008 08:33

Et un chien un chien! Dirait Jean Paul Sartre.