Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

La crise financière qui secoue la planète montre l'urgence, pour l'avenir de l'humanité, de faire le choix de l'homme contre le capitalisme.

D'où vient la crise ?

La crise n'a rien de fatal ! C'est la conséquence de choix humain : le choix des banquiers et des spéculateurs, et des pouvoirs qui sont à leur service. C'est un jeu de bonneteau, dont notre vie est l'enjeu !

Le mécanisme est simple. Tout d'abord, aux USA, il y a eu le blocage des salaires, les licenciements, la vie de plus en plus difficile pour une immense majorité de salariés américains. Aux USA, le salaire minimum est à 500 dollars soit 340 euros : Aux USA il ne s'agit pas d'un RMI que l'on a en restant à la maison : Non, il faut travailler pour gagner ces 340 euros, comme avec le RSA !

Mais pour travailler aux USA, il faut avoir une voiture, car il y a peu de lignes de bus et quasiment pas de trains ; Le Service public, ils ne connaissent pas ! L'automobile est obligatoire car le boulot à 340 euros est parfois à 10km, ou 150km. Mais pour avoir une automobile il faut s'endetter.

Première étape de la crise : Le banquiers ont trouvé la solution :le prêt hypothécaire (Il était aussi dans les propositions du candidat Sarkozy!).

Le mécanisme de base: Vous possédez votre maison, parce qu'autrefois vous avez eu un bon salaire ; vous l'avez perdu ; et vous avez retrouvé un travail à 340 euros, mais très loin. Pas de problème ! La banque vous prête, mais en hypothéquant la maison. Elle vous prête, mais avec des prêts à taux d'intérêt fluctuant, selon le prix des maisons. Elle sait que vous ne pourrez pas rembourser les prêts, mais elle vous prête car elle veut vous dépouiller. Dans un premier temps, pas de problème, car le prix de maisons grimpe.

Deuxième étape de la crise : Patatras, le prix de l'immobilier chute. Normal, beaucoup de salariés n'ont pas pu rembourser les prêts (normal, avec un salaire à 340 euros !). Les banques les ont expulsés, et ont mis en vente les maisons. Mais il y en a trop à vendre ; le « marché » s'effondre !

Troisième étape de la crise : Les banquiers américains, trouvent une parade ; faire payer les autres banquiers et les assureurs, et dans ces banquiers et assureurs, il y a, bien évidemment, des banquiers français et européens (exemple : les Caisses d'épargne, les assurances, etc., des gens "sérieux" et intelligents"... du moins c'est ce "qu'on" dit !!!).

Car, comme il y a des milliers de maisons en vente et qu'elles ne se vendent pas, les banquiers américains ont vendu les créances à d'autres banquiers, en leur faisant croire qu'ils faisaient une bonne affaire. C'est ce qu'ils ont appelé la « titrisation » (C'est le nom de ce « bonneteau » financier). Bref, c'est du vol ! C'est de l'arnaque ! Que nos "amis (banquiers)" ont refilé aux banquiers européens (en général on dit "amis américains" et pas "amis banquiers américains"... mais est-ce si différent ?)

Quatrième étape de la crise : il faut rembourser ! Cette fois ci nos financiers, qui ont bien vécu (champagne, caviar, yacht de 50m, casino, Monaco et St Trop, etc.), ne peuvent plus rembourser leurs créances à d'autres banquiers ; les créances ne valent plus rien ! C'est la ruine à l'horizon !

La ruine ? Non !

Non, car il y a l'Etat (c'est-à-dire nous) !

Non, car à la tête de l'Etat ils ont pris soin d'y placer leurs copains !

Et pour financer l'Etat, donc les dettes des banquiers, il y a vos impôts ! Nos impôts !

A vos porte-monnaie !!

Rassurés ?

Le capitalisme ? C'est le vol !

Le « bonneteau » est un jeu illicite qui se joue(ait) sur les marchés avec un pion et trois gobelets. On cache le pion sous un gobelet. On déplace rapidement les gobelets, et on demande où, sous quel gobelet, est le pion. C'est toujours celui qui tient le gobelet qui gagne. Et bien le capitalisme c'est pareil. C'est ce que les banquiers et les financiers européens (et donc français) ont oublié ! Mais dans le bonneteau, le policier arrête celui qui manipule les gobelets. Ici on aide le manipulateur de gobelet à poursuivre "le jeu", et à continuer de spolier la masse des salariés !

Car, dans tout système, la richesse vient du travail des hommes et des femmes.

Le système capitaliste n'existe que pour aspirer vers une minorité, la plus grande part des richesses produites par le travail humain.

Pour cela , il y a d'abord, les pressions sur les salaires en faisant en sorte qu'ils soient le plus bas possible par rapport aux prix. Il y a la lutte contre "les charges".

Il y a ensuite l'organisation de monopoles, de groupes et de cartels d'entreprises, pour empêcher la libre concurrence (tout en disant qu'ils sont « pour »). Plus les salariés se concurrencent et plus la part de richesse qui est aspiré vers les exploiteurs est importante ! Car s'ils sont pour la concurrence, c'est pour la mise en concurrence des salariés, pas celle des exploiteurs.

Et, ensuite, il y a tout un arsenal financier (prêts, cautions, assurances, etc.), et d'impositions (TVA, etc.), pour poursuivre l'extorsion de la plus value.

Enfin il y a la guerre, stade suprême de l'exploitation, stade suprême du vol organisé !

Aujourd'hui, après avoir aspiré les richesses produites, et les avoir dilapidées, ils proposent de se faire rembourser par l'Etat (c'est à dire par vous !) pour pouvoir recommencer !

Heureux?

C'est quand qu'on fait la Révolution !

Gilles

Militant syndical

Commenter cet article