Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo


Interview de  Yannis Androulidakis, secrétaire international de l'ESE grecque (anarcho-syndicaliste). Il revient sur la révolte qui secoue la Grèce depuis l'assassinat d'Alexis

Peux tu revenir sur les circonstances de la mort d'Alexis ?

Il y a trois ans que la police grecque a instauré une stratégie de provocation dans le quartier d'Exârcheia, lieu populaire historique d'Athènes, où vivent nombre d'étudiants, de jeunes et de libertaires. Les rondes de la police ont augmenté ces derniers temps et les insultes à l'encontre des gens du quartier par les policiers sont le lot quotidien. En ce qui concerne l'assassinat du jeune de 15 ans, tous les témoins oculaires (résidents du quartier, passants etc) affirment que les policiers ont provoqué un cercle de jeunes en les insultant. Quand les jeunes ont répondu, les policiers ont garé leur voiture avant de revenir au point où les jeunes étaient assis puis ils ont tiré trois fois. Les témoins affirment aussi que l'assassin a tiré à vol d'oiseau sur Alexandros, qui est tombé mort sur le trottoir.

Il s'agit là de pratiques habituelles chez la police grecque ?

Depuis la fin de la dictature de colonels, plusieurs dizaines de gens ont été tué par la police. Parmi eux, Mikalis Kaltezas, militant anarchiste de 15 ans, en 1985, Issidoros Issidoropoulos, militant d'extrême gauche de 16 ans en 1976, les manifestants Koumis et Kanellopoulou, mais aussi un nombre infini d'immigrés et des minorités ethniques (tziganes, turcs de Thrace etc). Dernièrement, la police avait également assassiné un jeune handicapé. En même temps, on a une quantité innombrable de cas de tortures contre des militants, des manifestants et des immigres arrêtés, ainsi qu'un usage systématique et injustifié de bombes lacrymogène et de gaz chimiques pendant toutes les manifestations. Il faut souligner que la police entoure traditionnellement les manifestations en Grèce. J'ajouterai enfin que jamais un policier n'a été tué en Grèce par des manifestants et que jamais un policier - même condamné par la justice - n'a passé plus que 2 ans et demi en prison.

Au delà de l'assassinat du jeune, y a-t- il d'autres raisons qui expliquent cette explosion ?

Nous sommes la première génération d'après guerre qui vit dans des conditions de travail et économiques pires que celles de nos parents. En Grèce on parle souvent de "la génération de 700 euros'". Sans aucun doute, il s'agit d'un slogan qui sous estime la réalité. Parce que la grande majorité des jeunes de moins de 30 ans a de salaires inférieurs à 700 euros. Il n'y a plus des contrats de travail non précaire. Le travail noir est très fort aussi. Le patronat licencie au nom de la ''crise''. En même temps que le Capital grec se réjouit d'une rentabilité énorme grâce au pillage de pays balkaniques. La situation est encore pire pour les immigrés qui souffrent des lois racistes, de la xénophobie généralisée en Grèce et de l'action impunie de groupes nazis. Il faut souligner que la participation des immigrés à ce mouvement est assez grande et que comme d'habitude, ce sont eux les premières victimes de la répression étatiques : sur quelques 400 arrêtés, la moitié sont des immigrés.

En ce qui concerne la vie politique et la corruption, je vous donnerai quelques éléments qui résument la situation politique grecque.

Récemment un scandale dit de « Vatopedi » a éclaté. Le gouvernement a offert des terres... publiques à l'église (!). Je rappellerai aussi que deux familles (Papandréou pour le centre-gauche, le PASOK, et Caramanlis pour la droite) ont gouverné 34 années sur les 40 dernières années en Grèce. Ce à quoi il faut ajouter la gestion désastreuse par l'État des incendies d'été 2007 et de leurs conséquences, la casse de la sécurité sociale par les lois des socialistes en 2001 et par la droite en 2006, les privatisations de l'électricité, des ports et de "Olympic airways".

Sur le mouvement en tant que tel, quelles sont ses caractéristiques ?

Presque dans toutes les capitales des départements du pays, la révolte s'est allumée. A Salonique, à Agrinion, à Yannena, partout en Crète, des affrontements opposent les manifestants et la police. A Patras, la police a attaqué les manifestants accompagnée par un bataillon de néo-nazis armés, dit "citoyens indignés'". A Athènes chaque jour, il y a 2 ou 3 manifestations différentes, avec plusieurs dizaines de milliers de participants. 20.000 manifestants solidaires ont accompagné Alexandros Grigoropoulos, pendant son enterrement. Il ne s'agissait pas du tout d'une ''sédition aveugle'' comme les médias l'ont dit. Bien au contraire, le mouvement continue... Les manifs sont appelées tous les jours par divers groupes, ou même par Internet ou par SMS. Les élèves du secondaire se rassemblent tous les jours dans toute la ville autour des postes de police. Au cœur de la ville trois universités (École Polytechnique, l'École d'économie et de l'École de droit)sont occupées par des militants et on peut dire que ces trois lieux forment la réelle coordination du mouvement à laquelle se réfèrent les adultes. En ce qui concerne les étudiants en milieu scolaire, on constate des formes inédites d'organisation, horizontales et de grande ampleur. Actuellement, il y a environ 800 lycées occupées en Grèce.

Peut-on parler de soulèvement populaire ou est-ce exagéré ?

Non seulement on peut parler d'un soulèvement populaire, mais il s'agit de la plus grande rébellion en Grèce depuis au moins fin 1965, probablement l'une des plus grandes révoltes dans le monde occidental depuis Mai 68 à Paris. Il convient de noter que ce n'est pas une rébellion de « militants  », bien que le mouvement de la gauche, extrême gauche et en particulier les anarchistes soient très forts dans le pays. Ce n'est même pas un mouvement de marginalisés (comme à Los Angeles en 1992 et Paris en 2005), ni une révolte de la "jeunesse". Personnes de tous âges et de différentes couches sociales sont sortis dans la rue, face à la police. Au point que le "black bloc" (très fort en Grèce), semble être une force modérée dans la rue. Il s'agit de la colère sociale accumulée depuis de nombreuses années, 34 ans de République en Grèce qui s'est exprimée dans la rue.

Quel est le rôle joué par les étudiants à l'origine de la protestation ?

Il est difficile de distinguer les différents groupes sociaux. Les lycéens de 14-16 ans sont peut-être les plus visibles, sont chaque jour sur la rue, font 2 ou 3 manifestations et attaquent tous les jours plusieurs postes de police. Parfois, nous allons les accompagner de peur les enfants en face d'hommes armés. C'est une nouvelle politisation qui parfois ne partage pas les mêmes craintes que nous au sujet de la violence populaire. Ce que nous appelons en Grèce "l'ignorance du danger." Les étudiants, quant à eux, entendent rejoindre cette rébellion avec ses spécificités et seront peut être le prochain « phares » du mouvement.

Quelle est l'implication des différentes composantes du mouvement social grec dans cette révolte ?

Toute personne qui affirme que ce mouvement est "dirigé" un menteur. Même s'il a été allumé par des anarchistes à Athènes, cette rébellion a été suivie spontanément par toutes les identités politiques. Les idées et les collectifs anticapitalistes ont été renforcés ces jours-ci. Nous pourrions distinguer les trois universités occupées d'Athènes, en disant que la Polytechnique est dans les mains des anarchistes "puristes" (ce qui ne signifie plus grand chose maintenant), l'École d'économie est un lieu où l'anarchisme-lutte des classes est très présent (les comités de travailleurs y ont été très présents pour aller aux lieux de travail et discuter avec les travailleurs) et la Faculté de droit réunit la plus grande partie de l'extrême gauche. Reste à ajouter que pour ce qui est de la gauche parlementaire, le Parti communiste (stalinien toujours) dénonce la rébellion des « provocateurs », tandis que la partie "Synaspismos" (Gauche européenne), participe à la manifestation, sans être partie prenante d'aucune structure dans le mouvement.

Comment évalues tu la suite de la récente grève générale ?

La seule centrale du pays GSEE est historiquement coupable pour son absence dans ce mouvement. Cette absence de la plus grande rébellion de ces 50 dernières années indique la débâcle et l'échec du syndicalisme et de l'État bureaucratique. La grève du 10 Décembre a été proclamé avant l'assassinat du camarade Alexandros, pour réclamer des mesures contre la crise. Ensuite, la GSEE a dû décider (après une demande du Premier ministre) d'annuler la manifestation et de ne pas participer pas au meeting ! Ce comportement va à l'encontre des intérêts populaires y ouvriers, est un pas en avant sur la voie de la collaboration de classe contre la lutte des classes. Nous dénonçons cette politique de trahison de la GSEE et réitérons le besoin urgent d'une nouvelle confédération syndicale en Grèce. C'est d'ailleurs pour dénoncer la CGSE que nous avons occupés ses locaux le mercredi 17 décembre. Je voudrais ajouter que, malgré la GSEE, des dizaines de milliers de personnes ont marché à Athènes et ailleurs, grâce aux liens entre collectifs ouvriers, entre syndicats de certaines professions. La participation à la grève a également été très grande, étant donné qu'une grande partie du processus de production était déjà été réduit dans le pays.

Quel est le rôle joué par les médias grecs ? Au niveau international, les médias parlent de « hooliganisme »

Les médias ont une fonction de "voile noir". De nombreuses publications ont menti sur le "vandalisme" qui n'a jamais existé (bibliothèque nationale "brûlée" académie détruite, pourquoi pas demain la "démolition" du Parthénon ?) ou la propagation "des rumeurs qu'il y ait un passager tué par une pierre ». Le lendemain, ils disent "Hum, oui, ce n'est jamais arrivé ... Il arrive que... vous voyez... dans le désarroi de la nuit dernière... nous avons eu de telles informations." La réalité est (personnellement je peux vous assurer étant journaliste professionnel), que ces "informations" viennent de la police tous les jours sans que les médias se livrent à la moindre vérification. D'autres fois, les médias parlent d'une « arrivée secrète d'anarchiste de France, d'Espagne et d'Italie déjà en route pour aider les anarchistes grecs (sic) ». Mais quoi d'autre attendre de médias officiels dont les propriétaires sont les tenants de cette politique économique capitaliste qui a motivé cette rébellion ? Ajouter que les attaques de la police au cours de ces journées (tir en l'air, la torture, etc.)

Le mot de la fin ?

Les mobilisations donnent toujours des résultats inattendus. La réalité a déjà dépassé les prévisions et les projets des organisations et de militants. Mais d'autre part, le mouvement ne parvient pas, à ce jour, à des revendications spécifiques. Personnellement, ce que je l'espère est qu'il sortira de cela un nouveau mouvement avec des structures de travailleurs, syndicales, sociales et populaires plus organisées et plus axées sur la lutte. Mais, compte tenu de ce qui se passe en Grèce, j'espère aussi que la réalité continuera à dépasser nos attentes. Nous avons vécu ici et nous pouvons le faire de nouveau. Ne pas oublier qu'il ya une intelligence qui est au-delà de l'intelligence de tous les génies. C'est l'intelligence collective du monde, est l'intelligence des personnes qui sortent dans la rue pour restaurer la vie.

Publié initialement le 11 décembre 2008.

source : « cnt-f.org »

Commenter cet article

Ali 20/12/2008 10:32

Cher ami, je me suis permis de reproduire cette excellente interview dans un de mes blogs, à savoir:http:candide-exocet.skynetblogs.be

diablo 20/12/2008 10:39


D'accord, je précise à nouveau que ce texte provient du site "cnt-f.org"