Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

Manifeste :   "DEFENDONS  LE  NICARAGUA"

C'est une initiative qui a surgit au sein d'un groupe de nicaraguayens et d'internationalistes, avec l'objectif de réveiller la conscience mondiale sur ce qui se passe dans ce pays d'Amérique Centrale, victime d'une féroce campagne de harcèlement et dénigrement menée par les forces oligarchiques locales, financées et dirigées par les Etats-Unis et les plus puissants gouvernements européens.

Si vous partagez son contenu y que vous désirez y adhérer, veuillez s'il vous plait envoyer un courriel à:

carta@tortillaconsal.com


en indiquant votre nom, ville et pays de résidence. Si vous le faites au nom d'une organisation, nous vous prions de nous indiquer la ville et le pays de résidence.

Par la même, si vous avez un petit peu de temps pour le Nicaragua, nous vous sollicitons de le faire circuler parmi ceux/celles que vous croyez qu'ils/elles peuvent adhérer à ce manifeste.

Nous voulons clôturer ce cycle de signatures le 10 janvier 2009, quand le gouvernement sandiniste aura accomplit deux ans.

Notre idée est de bâtir un mur international en défense du Nicaragua.

Merci pour votre solidarité

Camarades et amis-es

**************

La majorité de l'Amérique Latine vit un processus de libération Nationale irréversible. Ses peuples ont élu des gouvernements qui se sont engagés dans une voie d'indépendance, de dignité et de souveraineté, pour se débarrasser de la tutelle étrangère qui durant des siècles les avaient soumis par la force des armes, la répression et la misère.

En Novembre 2006, le peuple nicaraguayen avait élut le Front Sandiniste de Libération Nationale (FSLN) pour diriger son destin, et depuis le 10 janvier 2007, le nouveau gouvernement a ré- initié le processus d'auto -détermination né le 19 juillet 1979 qui avait été abandonné durant 17 ans par trois gouvernements capitalistes néo-libéraux, anti-démocratiques et anti-nationaux.

Le Nicaragua a récupéré la dignité nationale avec un gouvernement indépendant des pouvoirs impérialistes, qui a de nouveau placé les pauvres comme le centre des politiques de développement.

Comme action de ce processus, le Nicaragua a renforcé l'Alternative Bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique (ALBA) et avec le généreux soutien  de nombreux peuples et gouvernements, spécialement de Cuba et du Vénézuéla, le gouvernement sandiniste applique différents programmes au moyen desquels le peuple nicaraguayen a récupéré une grande partie de ses droits sociaux et économiques, ouvrant par là les possibilités pour le progrès national, démocratique et socialiste.

Mais de la même manière que cela s'est passé pendant les années 80, quant les Etats-Unis lancèrent leur guerre d'agression contre le peuple nicaraguayen et la Révolution Populaire Sandiniste, aujourd'hui le Nicaragua doit affronter une impitoyable campagne de mensonges et de chantages promus depuis Washington et plusieurs capitales européennes, sous le schéma de la contre insurrection médiatique dans la guerre de basse intensité, dans le but de faire obstacle au développement indépendant que mène le gouvernement du président Daniel Ortega.

Cette campagne a redoublé d'agressivité durant ces derniers mois, avec pour objectif de discréditer l'incontestable et écrasante victoire électorale du FSLN dans les élections municipales du 9 novembre passé, quand les nicaraguayens validèrent dans les urnes électorales leur appui à la nouvelle orientation du pays.

La décision extrême de cette campagne, a été la suspension de l'aide au peuple nicaraguayen. Il est inadmissible que les gouvernements des pays développés utilisent l'argent que leurs propres peuples destinent aux pays les plus pauvres, comme arme politique de domination impérialiste.

Pour tout cela, nous, femmes et hommes libres qui croyons fermement qu'un Autre Monde est Possible,

Nous déclarons :

Notre soutien inconditionnel au droit du peuple nicaraguayen à son autodétermination et à sa souveraineté nationale, sans ingérence étrangère d'aucune forme.

Notre appui à l'orientation indépendante, souveraine et populaire du gouvernement du FSLN, dirigé par le président Daniel Ortega.

Notre satisfaction pour la victoire sandiniste dans 105 des 146 gouvernements municipaux.

Nous rejetons et condamnons :

L'ingérence étrangère dans les affaires internes du Nicaragua.

La politique de pression et de chantage qu'exercent les gouvernements des Etats-Unis et de l'Union Européenne.

La campagne de mensonges déclenchée par les corporations et les multinationales de la (dés) information internationale.

Nous demandons :

Aux peuples du monde entier, spécialement européens et nord-américain, à renouveler leurs liens d'amitié avec le Nicaragua, en faisant pression sur leurs gouvernements respectifs pour qu'ils débloquent les fonds destinés à éradiquer la pauvreté et pour les obliger à ce qu'ils ne continuent pas à s'ingérer dans les affaires du peuple nicaraguayen.

Aux communicateurs sociaux et spécialement, aux médias alternatifs de communication, de rompre le silence sur la situation nicaraguayenne, et informer activement avec véracité et indépendance, sur ce qui se passe réellement au Nicaragua et  la région centre-américaine.

Aux gouvernements progressistes et indépendants d'Amérique Latine et du reste du monde, à multiplier leur solidarité avec le peuple du Nicaragua et son gouvernement légitime et démocratiquement élu.

Décembre 2008

Premières signatures :

Blanca Segovia Sandino, Nicaragua

Marbely Castillo C., Nicaragua

Walter Castillo Sandino, Nicaragua

Aldo Díaz Lacayo,  historien, Nicaragua

Manuel Talens, écrivain, Espagne

William Grigsby Vado, journaliste, Nicaragua

Karla Jacobs, écrivaine, Nicaragua

Dick Emanuelsson, journaliste, Honduras

Toni solo, écrivain, Nicaragua

Lidia Camacho,  Uruguay (résidente en Suède),

Oscar Ernesto Castillo, journaliste, Nicaragua

Verónica Alemán Gutiérrez, journaliste, Comité Canarien de Solidarité avec les peuples,Canaries, Espagne

Salah Ahmine, Nicaragua


Commenter cet article