Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

Fédération CGT de la Santé et de l'Action Sociale

COMMUNIQUE DE PRESSE

Nos pensées vont tout d'abord à la famille et aux proches du petit Iliés. La mort de l'enfant, qui semble être due à une erreur d'administration de médicament, est un drame insupportable.

La Fédération Santé et Action Sociale CGT et son UFMICT-CGT comprennent et partagent la douleur de l'entourage du petit garçon. La communauté hospitalière est à nouveau bouleversée par un évènement tragique.

L'enquête devra faire la lumière sur les circonstances de l'ensemble des évènements : ceux qui ont précédé immédiatement le drame comme ceux de la chaîne de responsabilités qui y auront contribué. Lumière devra être faite aussi sur la responsabilité des fabricants de médicaments qui trop souvent modifient les conditionnements.

Les professionnels manquent de temps et d'informations pour assimiler ces changements inopinés. C'est bien pour cela, que la Haute Autorité de Santé se préoccupe de ces modifications de présentations essentiellement dues à des choix économiques.

Les objectifs de productivité à l'hôpital et la course à l'activité mettent les professionnels en difficultés. Cela conduit à la baisse de la qualité de la prise en charge des patients. Il faut faire de plus en plus d'actes avec moins de personnel. Ainsi le temps de l'écoute, de l'échange, de l'évaluation de l'état du malade, de la transmission se réduit...... et l'irréparable se produit.

Les professionnels de santé travaillent chaque jour sur la corde raide : effectif à flux tendu, charge de travail trop lourde, équipe de soin stressée, trop surmenée, trop isolée, manque de repos, organisation du travail « en mode dégradé » dans tous les établissements. Le personnel est à bout, les heures supplémentaires s'enchaînent. Toutes les conditions d'un tel drame étaient réunies. Madame Bachelot avait été alertée depuis plusieurs mois de cette situation inacceptable. Elle a ignoré le syndicat CGT, première organisation syndicale dans la Santé et de l'Action Sociale. Combien faudra-t-il encore de drames pour que le gouvernement prenne en compte la réalité des établissements de santé ?

L'infirmière, qui a commis l'erreur fatale, l'a reconnue immédiatement et a alerté ses responsables hiérarchiques. C'est le signe d'une grande conscience professionnelle. Elle se sent responsable de ses actes.

Brisée par ce drame, elle subit de plus le choc de la garde à vue parce qu'elle est l'ultime maillon de la chaîne du soin.

La CGT demande la levée de sa garde à vue non justifiée dans un tel cas et lui apporte tout son soutien.

La CGT de l'AP-HP a déposé en juin 2008 une procédure d'alerte « DANGER GRAVE ET IMMINENT » pour l'ensemble des hôpitaux de l'institution. Cet avis reposait sur des situations graves dans les établissements : 123 situations de danger grave et imminent ont été rapportées en 2007 sur 19 sites ; 43 d'entre elles mentionnent l'insuffisance d'effectif et 10 la dégradation des conditions de travail et des relations au travail Ces conditions font courir des risques importants aux patients et aux professionnels.

La Fédération Santé Action Sociale CGT et son UFMICT CGT appellent l'ensemble des professionnels de santé à se rassembler pour refuser de servir de fusible à une politique de restriction budgétaire subie par le secteur sanitaire et social.


Fait à Montreuil, le 26 décembre 2008

Commenter cet article

emmelise82 29/12/2008 11:56

J'adresse mon soutien à cette infirmière brisée car moi-même infirmière, je peux comprendre qu'avec nos conditions de travail de plus en plus déplorables, il soit possible de faire une telle erreur... Combien de fois m'est-il arrivé de préparer des injections à 14h, en totale hypoglycémie (petit déjeuner pris à 5h30) après avoir courru toute une matinée, jonglé entre les coups de fils incessants, les familles à informer, les soins à donner... comment être au mieux de ses capacités avec l'estomac dans les talons et nerfs mis à rudes épreuves?...Félicitations Madame Aubry. Je suis infirmière depuis 7 ans et j'ai vu mes conditions de travail se dégrader avec l'apparition des 35h. Etre rappelée sur mes jours de repos, alterner jours/nuits en permanence, sans aucune cohérence dans les horaires (faire 2 nuits et revenir à 6h30 pour faire une matinée, repartir en nuit), travailler 10 jours d'affile, avoir 1 jour de repos et repartir pour 7 js... voilà ce qu'était ma vie à l'hôpital. Je dis étais parce que, écoeurée, je viens de tirer un trait sur ma profession et je suis en reconvertion.Alors je réintère mon soutien à cette jeune femme et à cette famille, toutes 2 anéanties...

diablo 29/12/2008 12:12


Merci pour ce soutien et ce témoignage -bon courage- DIABLO


fab 27/12/2008 11:27

que l infirmiere mise en cause soit assurée de mon soutien sans reserve...ainsi que les parents du petit...j'espere que madame bachelot et les sbires du gouvernement auront bon appétit et dormiront bien les jours qui viennent..