Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

Monsieur le Président de la République

Monsieur Nicolas SARKOZY

Palais de l'Elysée

55, rue du faubourg Saint-Honoré

75008 Paris



Paris, le 30 décembre 2008



Monsieur le Président de la République,


Le 19 décembre 2008, l'AMUF déposait un préavis de grève nationale illimitée afin de dénoncer la dégradation constante des conditions de prise en charge des urgences et demandait la mise en place immédiate des mesures nécessaires pour garantir la sécurité et la qualité des soins à tous les français.

Depuis cette date, la réponse du Ministère de la Santé et de ses services a consisté à nier nos alertes, à menacer de sanctions financières et disciplinaires les médecins participant à la grève, à mépriser publiquement notre organisation devant le Sénat et à refuser toute concertation constructive.

La méthode de Madame Bachelot, est de renvoyer les problématiques de terrain dans une nouvelle « commission » appelée le « Conseil National des Urgences ». Il sera composé de plus de 45 membres où les urgentistes auront le même poids que les hématologues ou les biochimistes. Cette instance sera comme toujours très éloignée des réalités de tous les jours.

Devant la mise en tension extrême des services de SAMU-SMUR-Urgences en cette période de fin d'année l'AMUF a tenté en vain de contacter le directeur de cabinet du Ministre de la Santé afin de débloquer la situation. Le message qui est revenu est celui d'une réponse automatique «Je suis en vacances jusqu'au 5 janvier. Je ne lirai votre message qu'à mon retour »...

Il y a deux jours, l'AMUF signalait la saturation en série des services d'urgences en Ile de France et le manque de places de réanimation. Dans la nuit de samedi 27 décembre à dimanche 28 décembre 2008, la situation s'est aggravée. Une équipe du SMUR dans l'Essonne a dû cette nuit attendre que le SAMU contacte près de 27 établissements de santé avant de pouvoir hospitaliser en soins intensifs un patient dans un état grave. Dans les heures qui ont suivi une autre équipe du SAMU qui prenait en charge une détresse respiratoire chez un patient de 60 ans a dû attendre 2 heures au domicile du patient la recherche d'une nouvelle place de réanimation. Devant l'impossibilité totale de trouver une place de réanimation médicale en Ile de France et constatant la dégradation clinique du patient, l'équipe du SMUR s'est dirigée vers les urgences de l'hôpital le plus proche. Le patient a fait un premier arrêt cardiaque aux urgences de cet hôpital. Une place a finalement été trouvée dans une réanimation parisienne mais celle-ci ne disposant pas de tout le plateau technique nécessaire, le réanimateur a demandé la réalisation d'un examen cardiaque (coronarographie) seulement disponible dans un autre hôpital de l'APHP...

Après 6 heures de prise en charge « pré-hospitalière » par le SMUR, le patient décèdera à la porte d'un hôpital parisien, dans l'ambulance du SAMU, sans avoir pu accéder à un service de réanimation hospitalier adapté à sa maladie.

L'AMUF arrive en limite de ce qu'il nous est possible de faire pour alerter la Ministre. Nous sommes en grève depuis plus de 3 semaines, nous alertons chaque jour la DHOS des dysfonctionnements sans jamais obtenir de réponse ou même d'interlocuteur qualifié et responsable.

Le constat est terrible, mais la sécurité des patients n'est plus assurée dans les hôpitaux en Ile de France pendant cette période de fêtes. D'autres régions de France souffrent aussi de cette saturation chronique des places de réanimation. Nous dénonçons cette situation de plus en plus intolérable pour les patients au nom de la simple ethnique médicale, souvent mise en avant pour un oui pour un non, et qui trouve là son juste sens.

Oui, Monsieur le Président de la République, nous souhaitons vous alerter avec solennité, et en toute responsabilité sur la gravité de la situation et vous inviter à prendre immédiatement des mesures conservatoires avant qu'une catastrophe sanitaire ne se produise.

L'irresponsabilité de Madame la Ministre de la santé et de son Directeur de Cabinet sur ce dossier stratégique aboutit aujourd'hui à une perte de chances et un défaut de moyens pour de nombreux patients.

Nous restons à votre entière disposition pour travailler sans délais à la résolution de cette crise majeure qui touche les services d'urgence SAMU et SMUR de nos hôpitaux. Les urgentistes sont conscients de la tâche immense qui repose sur eux en termes de premier et souvent dernier maillon de la permanence des soins dans notre pays. Nous acceptons et assumerons au mieux cette mission, mais pour cela il vous faut entendre nos revendications et comprendre que le temps de l'urgence vitale n'est pas celui de l'administration ou d'un futur « Conseil National de l'Urgence ».

Dans l'attente de votre réponse, je vous prie Monsieur le Président de la République, d'agréer l'expression de mes sentiments les plus respectueux.

Docteur Patrick Pelloux

Président de l'AMUF


source : « amuf »

Commenter cet article