Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

J'ai trouvé utile de porter à votre connaissance ce texte du député gaulliste Dupont-Aignan. Quoique l'on puisse penser, par ailleurs, de cet élu, encore récemment membre de l'UMP, ses déclarations aident, sans nul doute, à faire la clarté sur les enjeux politiques du moment. DIABLO  



A propos de la motion de censure du PS

Ce n'est pas parce que le gouvernement et l'UMP mènent une mauvaise politique qu'il faut soutenir le PS, qui propose une politique tout aussi mauvaise, bien que différente en apparence.

Voilà pourquoi, tout simplement, je n'ai pas voté la motion de censure.

Contrairement à ce que certains peuvent croire, ce n'est pas par timidité politique. J'avais en effet voté sans état d'âme la motion de censure sanctionnant la réincorporation complète de la France dans le commandement militaire intégré de l'OTAN et l'envoi de troupes en Afghanistan. Mais, à l'époque, le PS était clair dans ses propositions, qui rejoignaient les nôtres, ayant tout à coup fait sienne une doctrine gaulliste d'indépendance nationale qu'il avait jusqu'alors toujours combattue.

Ce n'est pas le cas en matière économique aujourd'hui, très loin de là.

Le projet de plan de relance du PS est à cet égard affligeant, puisqu'il prône la relance par la consommation sans remettre en cause le libre échange intégral voulu à Bruxelles, lequel rend absurde toute politique de ce type (comme ont beau jeu de le souligner le gouvernement et la majorité).

Ainsi, comme l'UMP, le PS refuse de voir qu'il n'y a pas de redressement possible de la France sans changer le cadre européen. Bien sûr, comme d'habitude, l'approche des élections européennes fait resurgir à sa tête l'éternelle tarte à la crème de « l'Europe sociale ». Mais comment y prêter le moindre crédit ? Comment ignorer la sécession d'une partie du PS, emmenée par Jean-Luc Mélenchon, précisément pour cette raison ?

Comment oublier, en ce qui concerne plus particulièrement l'actuelle première secrétaire du PS, Martine Aubry, les promesses que cette dernière avait faites juste avant la ratification du traité de Maastricht en 1992, et qu'un blogueur associé du site Marianne2.fr vient de rappeler fort à propos : « C'est principalement peut-être sur l'Europe sociale qu'on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l'Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités [...] Comment peut-on dire que l'Europe sera moins sociale demain qu'aujourd'hui ? Alors que ce sera plus d'emplois, plus de protection sociale et moins d'exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, Béthune). CQFD...

Debout la République garde le cap, face à une UMP et un PS qui ne veulent pas, chacun à leur façon, remettre en cause le cadre européen. Un cadre européen qu'ils ont infligé au peuple français contre sa volonté, qui prive le pays de toute marge de manœuvre pour se redresser, mais qu'ils n'ont, bien entendu, pas le courage ni la franchise d'assumer !

C'est ainsi, en évitant le piège d'un front commun avec un PS en réalité d'accord avec l'UMP sur l'essentiel, que nous serons pleinement en mesure de proposer aux Français une autre Europe le 7 juin.

Quant à la journée d'action du 29 janvier, elle exprime le ras le bol légitime des salariés et mérite compréhension et même soutien. Chaque membre de Debout la République peut donc s'y rendre sans se laisser instrumentaliser par quiconque et en laissant de surcroît le mouvement syndical s'exprimer sans chercher à le récupérer.

Jouons notre rôle de parti politique en faisant connaître nos solutions concrètes pour sortir de la crise. Des solutions fortes que nous avons proposées il y a déjà des mois. Des solutions qui vont aux racines des problèmes. Des solutions cohérentes et globales, bien loin du bavardage des deux partis dominants, de leurs alliés et de leurs faux opposants.

Nicolas Dupont-Aignan

député de l'Essonne

Président de "Debout La République"


source : « objectif-france magazine »


Commenter cet article