Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Les annonces de licenciements, de fermetures d'entreprises, ne cessent de tomber.

Les restructurations à la hache se traduisent par une avalanche de suppressions d'emplois et, pour ceux qui « restent », une surexploitation à coup d'horaires de plus en plus flexibles, de rallongement du temps de travail et de remises en cause de tous les acquis. Par contre, les primes de départ ou d'arrivée et les rémunérations pour les dirigeants, continuent à se chiffrer à plusieurs millions d'euros.

Loin de se résigner, les ouvriers, les employés, des cadres refusent d'être sacrifiés. Ils sont de plus en plus nombreux à occuper les entreprises, à séquestrer les patrons et leurs représentants pour faire pression sur les directions dont certaines « ne comprennent pas pourquoi il est si difficile de supprimer des emplois en France!». Ils finiront pas comprendre, quand se généraliseront les luttes contre les licenciements.

Les ouvriers de Caterpillar ont eu raison de refuser le diktat du groupe US, soutenu par le gouvernement Sarkozy-Fillon, prévoyant 600 licenciements, l'augmentation du temps de travail et qui s'acharnent contre des grévistes traînés en justice.

Ceux de Continental s'en sont pris à la sous préfecture, suite à l'annonce du feu vert donné à la  direction du groupe de fermer l'usine de Clairoix - et de Hanovre en Allemagne - pour transférer toute la production en Roumanie, pour  400 euros de salaires mensuels.

Ceux de Molex ont séquestré deux cadres quand ils ont découvert que la direction du groupe organisait la délocalisation de la production, avec la complicité des groupes automobiles qui touchent des millions d'argent public.

Tous ces groupes, qu'ils soient financiers ou industriels, restaurent leurs profits, restructurent et accroissent la productivité pour être encore plus compétitifs, face à leurs concurrents.

Face à la colère légitime des travailleurs, la réponse de Fillon, c'est les poursuites judiciaires. Fini les promesses démagogiques, place aux menaces, à la répression, à la justice de classe qui protège les actionnaires contre les ouvriers et les salariés.

« On ne paiera pas votre crise » est scandé dans toutes les manifestations, partout dans le monde, Ce n'est pas seulement un cri de colère, mais un mot d'ordre d'action.

Refus des licenciements, pour les travailleurs en CDI, CDD et les intérimaires, exigence du paiement à 100 % du chômage technique, refus des mesures de flexibilité, exigence de hausses de salaires... la classe ouvrière n'a pas à s'autolimiter dans ses revendications. Elle se bat pour vivre, pour faire payer au capital sa crise, pour construire la solidarité entre actifs, chômeurs, précaires, retraités : aucun ne doit être laissé sur le bord du chemin.

Que ce soit à Chicago, à Mexico, à Lille ou à Grenoble, à Turin ou à Dehli, à Moscou ou à Pékin, dans les faubourgs de Tunis ou du Cap, c'est le mot d'ordre qui sera scandé dans les manifestations du 1er Mai.

Paris, le 22 avril 2009

Parti Communiste des Ouvriers de France

Commenter cet article

le fol 27/04/2009 17:55

bonjour; bien sûr il est juste de ne pas payer pour leur crise..mais je ne vois pas , nulle part de ciblage sur ce qui est la cause et le responsabilité de la crise: Si l'on ne demande pas que soit "encadré" l'actionariat, que les taux de benef soient juste alignés sur les réels taux de croissance de la boite, cet forme de cannibalisme des travailleurs continuera...de même demandons la nationalisation des banques qui ont gravement "fautés" dans des spéculations pourries et sont responsables de la criseEnfin il faut demander, exiger que soit taxer les revenus financiers spéculatifs... Sans cela nous n'aurons plus qu'à manifester nos désespoirs , dans une situation d'un capitalisme qui ne peut être régulé, moralisé (c'est du pipeau). manifestons devant les banques (attention, danger , fonds toxiques)..bien à vous tousalain