Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Après d'autres, et avec d'autres, je voudrais donner mon opinion sur cette question.

Et pour commencer, rappeler que c'est une question qui se pose pour TOUTE élection, si l'on n'a pas oublié que le bulletin de vote n'est qu'une des formes de la lutte des classes.

On voudra bien m'excuser de commencer par ce rappel, mais force est de constater que, dans la France d'aujourd'hui, l'appel de John Monk, secrétaire général de la CES, à sauver le capitalisme malgré lui, n'a pas soulevé l'ire des confédérations syndicales françaises. Il y a donc tout lieu de penser que pour les dirigeants de ces confédérations, la lutte de classes n'existe plus ou, pour le moins, qu'ils considèrent conciliables les intérêts de ceux qui accaparent les profits au mépris de la vie de ceux qui les produisent.

Naturellement, cet abandon fondamental s'exprime aussi, et sous diverses formes, dans la sphère politique. C'est ainsi que l'on continue à dire la France « démocratique » bien que soit bafouée la souveraineté du peuple légalement exprimée, que l'inscription sur les listes électorales soit limitée, que la mobilité exigée par la précarité du travail exclue de l'exercice du droit de vote un nombre grandissant de salariés.

Alors que nous vivons la dictature terroriste du capital financier, que les patrons prennent quotidiennement les salariés en otages, de « bonnes âmes » s'émeuvent lorsque des travailleurs en lutte séquestrent un patron...
Acquis de la lutte des classes, ce droit de vote n'est pas, comme le voudrait l'adversaire de classe, une obligation de vote pour celles et ceux que les vicissitudes de l'exploitation capitaliste n'ont pas empêchés de s'inscrire sur les listes électorales. Bien que, par ses luttes, le peuple de France ait mis fin au vote censitaire, l'exclusion du droit de vote se poursuit, et toujours sur une base sociale.

C'est dans ce contexte de lutte de classes, de plus en plus meurtrier pour le peuple (les suicides au travail, les morts des suites des conditions de travail, l'élargissement du nombre des « sans » travail, revenu, logement, accès aux soins, papiers, etc., sont des réalités bien concrètes), que se pose la question de l'utilisation du droit de vote.

Ce n'est qu'à partir de la réalité actuelle de la lutte de classes, dans ce moment inédit où le capitalisme en faillite multiplie les initiatives pour assurer sa pérennité en faisant payer sa crise aux peuples, que se pose la question du vote ou de l'abstention.
Dans ce contexte, alors que ce sont les tenants du capital qui décident du contenu du scrutin électoral, se pourrait-il qu'un scrutin n'ait pas pour objectif de pérenniser le capitalisme ?
Se pourrait-il que sur le fonds, l'alternative proposée au vote des citoyens soit autre que : à quelle sauce voulez vous être mangés ? En témoignent les gouvernements successifs de ce dernier quart de siècle : ceux qui l'auraient oublié se souviendront que le dernier gouvernement de gauche a privatisé plus que le gouvernement de droite qui l'avait précédé.

Voilà comment, pour ma part, j'appréhende ma participation à une élection. Et confronté à la question : à quelle sauce est-ce que je veux être mangé ?, probablement par instinct de conservation, je vais chercher le moyen de dire haut et fort que je refuse d'être mangé...

Parce que mon avenir, et celui de ma classe, sont ailleurs.

Jean-François

ajusteur mécanicien retraité.

 

 

Commenter cet article

Chris 30/04/2009 20:29

Je rejoins le commentaire d'Eva et je partage son opinion.Et même si tu as raison, en homme libre, si je dois être mangé, ce sera en ayant lutté et donné mon avis.L'abstention, c'est accepter de se faire manger sans réagir.La Gauche s'est toujours battue et nous devons garder la tête haute.Je milite et je vote pour le Front de Gauche, parce que c'estle seul à proposer l'union à Gauche.Cordialement.

Eva R-sistons 28/04/2009 23:50

INTENABLE ! On annonce la victoire de l'UMP aux Européennes - les abstentionnistes sont de gauche. C'est une position suicidaire, stérile, ambigue, dangereuse, ...au moins voter blanc !Faire le lit des droites libérales, quelle responsabilité !Quel crime contre les classes populaires !Faire le jeu du libéralisme, faire la politique du pire.  Ca m'étouffe !Et le Front de Gauche, alors, il existe ??? Voilà une alternative !Cordialement eva  http://r-sistons.over-blog.com