Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Pour accroître leurs profits les grands patrons, avec l'aide des politiques de droite et de gauche, ont inventé l'Union Européenne en visant quatre objectifs : conquérir de nouveaux marchés, abaisser le coût du travail, limiter le rôle des parlements nationaux, affaiblir les luttes syndicales et politiques et mettre les peuples sous tutelle américaine. 

Une machine de guerre contre les conquêtes sociales

L'histoire de l'Union Européenne, c'est une succession d'attaques contre les salariés, les systèmes de retraite et de sécurité sociale, le droit du travail et le droit syndical.  En accord avec les gouvernements de droite et de gauche qui se sont succédés, le droit européen a pris le pas sur le droit des peuples. Du même coup les capitalistes ont pu accéder à des gisements de main d 'œuvre à bas prix au nom de la libre circulation des personnes et des biens. Partout, le droit du travail est remis en cause et  la cour de justice européenne donne raison aux employeurs qui appliquent le droit du pays d'origine et non les conventions collectives nationales aux travailleurs venus d'Europe de l'Est.

Une machine pour les profits

L'Europe capitaliste laisse les mains libres aux financiers et aux spéculateurs. Ainsi au nom de la libre concurrence et du libre marché, les capitalistes se sont vus offrir des pans entiers de notre patrimoine national : privatisations de Renault, de l'énergie, des transports, des banques, des services publics  ...

Et maintenant, comme à EDF, pour enrichir les actionnaires, les patrons et le pouvoir refusent d'augmenter les salaires.  Des licenciements sont programmés chez Total, Renault, EMT,  Plastic Omnium, Autoliv (Saint-Etienne du Rouvray) et dans le secteur de la chimie.  Des suppressions de postes sont annoncées à la Caisse d'Epargne, dans l'Education nationale, dans les services publics...  Des délocalisations sont prévues à Aérazur.  Des menaces de fermetures pèsent sur Ifrachem à Caudebec les Elbeuf.  Au-delà des licenciements c'est le travail qui disparaît en France.  C'est l'avenir des jeunes et de la France qui est menacé.

Mettre au pas les peuples les plus combatifs

Mettre les pouvoirs politiques inféodés au capitalisme à l'abri des revendications sociales et démocratiques que les peuples pourraient exprimer, voilà une autre raison d'être de l'Union Européenne !  En subordonnant l'autorité nationale aux pouvoirs européens, en coupant les volontés citoyennes des centres de décisions, les capitalistes ont trouvé le moyen d'assurer la survie de leur système de profits.  Le rapport des forces risquant de remettre en cause leurs intérêts dans les pays les plus combatifs est ainsi noyé dans un magma européen qui leur assure la sécurité au travers d'un rapport de forces se limitant à l'alternance droite/PS.

Le cheval de Troie de l'OTAN

Enfin, contrairement à ce qu'affirment ses partisans, l'UE est loin d'être un contrepoids à l'hégémonie américaine. Sur « recommandation » de l'OTAN et de la commission européenne, l'UE relance les dépenses militaires et la course aux armements. Elle est complètement inféodée à l'OTAN, qui intervient partout pour sauvegarder les intérêts américains et capitalistes. Et Sarkozy fait entrer la France  sous son commandement.

Elections européennes : Un scrutin de dupes

Le vote est doublement illusoire.

En premier lieu parce que le vote des Français n'est pas respecté.  En  2005 les électeurs  ont voté « Non » au traité constitutionnel.  Qu'importe !  Sarkozy signe avec les autres chefs d'Etat européen un nouveau traité qui réaffirme « le respect du principe d'une économie de marché ouverte où la concurrence est libre ».   La majorité des députés et sénateurs, PS compris pour la plupart, le ratifie,

En second lieu parce que le parlement européen n'a aucun pouvoir législatif. Seule la commission européenne, formée de technocrates nommés par les gouvernements, propose des « lois » et dirige l'UE.  Le conseil européen (formé par les chefs de gouvernement) définit les orientations de politique générale  de l'Europe.  Toutes les directives européennes ont donc été voulues par les chefs d'Etat français qui se sont succédés depuis des dizaines d'années! 

Combattre l'UE, développer les coopérations internationales

La politique de Sarkozy-Fillon, c'est la politique de l'Union Européenne.  Pour obtenir de réelles avancées sociales, pour sauver nos services publics, nos emplois, il faut combattre l'Union Européenne et en sortir pour construire autre chose. Penser que l'on peut prendre des décisions favorables aux peuples dans ce cadre là est une illusion ou un mensonge.  Les salariés n'y ont aucun intérêt.  Ils  peuvent œuvrer à en sortir.

Nous sommes pour l'abrogation de tous les traités européens qui s'opposent à la souveraineté des nations et qui remettent en cause les lois sociales, l'intervention de l'Etat dans l'économie, les services et les secteurs publics.  Nous souhaitons que des coopérations réciproquement avantageuses entre Etats remplacent les ententes entre multinationales : transports, projets industriels, recherche : tout cela est trop important pour être laissé aux mains du privé...  Nous  oeuvrons pour le maintien de la paix et le désarmement.

La voie du changement passe par les luttes

Contre la violence du patronat : des luttes solidaires

29 janvier, 19 mars : l'ampleur des manifestations reflète la colère des salariés contre la baisse du pouvoir d'achat, les licenciements, le démantèlement des services publics.   En Grèce, en Italie, des révoltes, des mouvements de grande ampleur ont eu lieu également.  Ces luttes se sont développées et se sont popularisées dans le cadre national parce que c'est là que les peuples trouvent leurs repères, leurs expériences et leurs racines.  Le 1er mai est une occasion, nationale et internationale, de montrer la détermination des salariés contre la politique des multinationales.  Mais tout ne sera pas réglé au soir du 1er mai.  Des milliers de  salariés se battent contre la violence sociale du patronat.  En réponse les actions syndicales sont criminalisées, les syndicalistes traités comme de dangereux malfaiteurs.  Face à l'union patronat-gouvernement il nous faut faire front tous ensemble, très vite.  Il serait dangereux d'attendre les élections puis septembre.  Seules des luttes unies, prolongées dans le temps, solidaires sur des objectifs communs, peuvent faire reculer le pouvoir Sarkozy-Fillon. 

Voici un bulletin de vote pour dire « NON à l'Union Européenne » !  Découpez-le et utilisez-le le 7 juin !

Action Communiste Haute Normandie

1er mai 2009


Commenter cet article