Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

"Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas." Charles de Gaulle (extrait de l'Appel du 18 juin)

Le Comité Valmy entend commémorer l'appel du 18 juin 1940 à l'occasion de son 69ème anniversaire, et rendre hommage au Général de Gaulle qui l'a lancé depuis Londres. En y appelant à la poursuite du combat et à la Résistance puis par son action ultérieure au premier rang de celle-ci, Charles de Gaulle a pris une place éminente dans l'histoire de notre pays. Il s'avéra dans le temps, que son appel patriotique du 18 juin était en harmonie avec la volonté de tous ceux qui, dans le peuple de France, n'allaient pas se résigner à la défaite.

L'un des mérites historiques du Général de Gaulle fut de ne pas suivre ceux qui comme Jean Monnet, déjà anglo-américanisé, préconisaient le renoncement national, voulaient intégrer la Résistance militaire extérieure naissante à l'armée anglaise et proposaient la « fusion définitive » de la France et de l'Angleterre. À Londres Charles de Gaulle avait déjà choisi la continuation de la nation, de la France Libre, plutôt qu'une voie supranationale et vassalisée dans laquelle Jean Monnet et ses maîtres à penser voulaient l'entraîner.

Le combat de la France libre dirigé depuis Londres et celui des différentes composantes de la Résistance intérieure se développèrent non sans interactions, mais le choix de Jean Moulin par le Général de Gaulle comme son représentant dans celle-ci, marqua une étape importante qui confirmait l'unité fondamentale des objectifs nationaux, antinazis et républicains de la Résistance. Jean Moulin, dans sa mission unificatrice des différentes composantes de la Résistance intérieure, rencontra de nombreuses difficultés et des obstacles allant jusqu'à la trahison qui amena, sous la torture, son élimination physique et politique, dont les conséquences sont incalculables. Mais l'action de Jean Moulin fut facilitée, en particulier, par la volonté d'union nationale dans la Résistance qui était celle du Parti Communiste Français clandestin.

Le 27 mai 1943, date de la Constitution du Conseil National de la Résistance, marque une nouvelle étape décisive, le programme du CNR sera progressiste et imposera à travers des nationalisations après la guerre, une certaine forme de compromis historique, des services publics importants et l'existence d'une base économique à l'indépendance nationale. Pour le Comité Valmy le 18 juin 1940 et le 27 mai 1943 sont les deux dates symboliques de la Résistance qu'il est souhaitable de lier. Pour le combat actuel comme pour les générations futures, ces dates historiques indiquent le chemin de l'union du peuple de France et le choix à faire entre la collaboration et la Résistance.

Aujourd'hui, l'exemple de la Résistance est plus vivant que jamais, le combat actuel en France pour l'indépendance nationale, la souveraineté populaire et le progrès social s'intègre, comme en 1940, à ce qui, dans les faits, est sous une autre forme une nouvelle guerre mondiale. A nouveau le peuple de France doit construire son unité et refuser la nouvelle vassalisation et la dictature euro-atlantiste. Son combat est totalement solidaire de celui de l'ensemble des peuples du monde, notamment contre les nouvelles menaces de guerres préparées par l'impérialisme américain et ses agents.

Paris le 18 juin 2009

Communiqué du Comité Valmy

source: "comité valmy" 

 

 

Commenter cet article