Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO


Samedi 27 juin, des militants syndicaux (CGT, FSU, CGT-E Dalkia), venant de 28 départements et de nombreux secteurs d'activités (Métallurgie, Livre, Énergie, Transports, Santé, Poste, Éducation de la Maternelle à l'université...), ont fondé l'association « Front Syndical de Classe », dans le sillage du succès de la « Lettre ouverte aux Etats-Majors syndicaux ».

Après lecture d'un message de soutien de Jean-Pierre Page, ancien responsable international de la CGT, ils ont adopté à l'unanimité les statuts ci-joints et élu le conseil d'administration composé de 19 membres (10 CGT, 8 FSU, 1 CGT-E Dalkia).

Le bureau de l'association est composé de : Cukierman Maurice, FSU - Foucambert Benoit, FSU, secrétaire général - Lacroix-Riz Annie, FSU, secrétaire - Omer Jacky, CGT, trésorier - Parquet Bernard, CGT, secrétaire - Rodriguez Gilbert, CGT - Silvain Roger, CGT, Président - Six Gérard, CGT, secrétaire

Un site Internet va être ouvert et, en plus du travail de diffusion d'informations et de construction de liens « à la base », des commissions de travail ont été mises en place afin d'intervenir au plus vite sur tous les terrains de la lutte de classe et du syndicalisme de classe :

- Salaire, Salaire socialisé et protection sociale

- Emploi-produire en France

- Fonction Publique

- Répression anti-syndicale et libertés démocratiques

- Congrès CGT

- Congrès FSU.

Outre des militants individuels, des syndicats CGT et une Union locale CGT ont adhéré au FSC.

Est encouragée la formation de collectifs et/ou associations locales.

Adhésion : 30 euros annuels pour les personnes (10 euros pour les petits revenus), 50 euros minimum pour les organisations, carte de bienfaiteur (100 euros minimum).

(Chèques à envoyer à : Jacky Omer, 40 Boulevard de la Liberté, 92320 Châtillon, à l'ordre de "Front Syndical de Classe")

Le bureau, le 29 juin 2009

 

 


 

Commenter cet article

J
Quelques mots : comment accepter de travailler à une enième division syndicale ? N'en avons nous pas trop soupé? Le Patronat n'a-t-il pas, lui, un seul syndicat ? Il n'y a pas si longtemps, la CGT prônait le syndicat unique, contre l'émiettement syndical. Comment ceux qui prétendent être les prolongateurs de cette ligne peuvent-ils prétendre se faire aujourd'hui les promoteurs d'une nouvelle division ?Comment oublier qu'au pire moment de la clandestinité, pendant l'occupation allemande, la ligne des syndicalistes communistes exclus de la CGT c'était de mener campagne pour que les ouvriers entrent dans les syndicats de officiels. Cette orientation sera explicitée dans l’interview de Benoit Frachon publiée dans la VO clandestine N°5, du 7 septembre 1940 : « Les capitalistes ont toujours redouté l’existence d’un syndicalisme ouvrier indépendant, groupant les masses de salariés. En France, pendant des années, ils se sont efforcés de maintenir l’état de scission, ce qui leur permettait de s’entendre avec les dirigeants réformistes qui ont fini par sombrer dans le chauvinisme et l’Union sacrée. L’union syndicale réalisée en 1936 fût pour eux un coup très dur. Leurs manœuvres de division n’ont jamais cessé (…) « L’intérêt des ouvriers est qu’ils entrent dans les Syndicats. Je connais les objections qui sont faites. Il répugne aux ouvriers de reprendre des cartes et de payer des cotisations à des dirigeants qui les ont trahis. Je sais aussi, et je l’ai regretté, que la plupart des syndiqués ont abandonné leurs organisations dès le début de la trahison des chefs réformistes. En agissant ainsi, ils rendent le plus grand service aux capitalistes et à leurs valets réformistes, qui souhaitent que les masses soient inorganisées. Il ne s’agit pas de laisser les chefs traîtres mener leurs intrigues, mais on ne combat pour la propreté et l’indépendance des Syndicats qu’à l’intérieur de ces Syndicats. Chacun doit donc reprendre sa place et faire le travail nécessaire pour avoir des Directions dignes du prolétariat français. » (…) « Il faut rassembler toutes les forces pour faire échec aux forbans, et remettre debout notre CGT indépendante de la bourgeoisie et de ses gouvernements. » (Les mentions soulignées le sont dans l’original du numéro de la VO).Voilà la vraie ligne révolutionnaire.Refusons ladivision, car elle sert les patrons ! Tous dans la CGT !
Répondre