Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par eldiablo

 
 
 
« A ceux qui ne s’en seraient pas aperçus, les événements des dernières semaines au Proche-Orient ont confirmé le tournant pris par la politique française. Bien qu’il ne soit pas encore total, on constate une rupture avec la politique traditionnelle de Paris telle qu’elle avait été définie par le général de Gaulle. Cela ne signifie pas un alignement pur et simple sur les Etats-Unis, ni la renonciation à tout discours autonome. Mais les événements en Palestine comme au Liban montrent une coordination de plus en plus étroite avec Washington et une difficulté à définir une ligne indépendante qui lui permettrait de jouer un rôle politique autonome, se bornant parfois à une diplomatie “humanitaire”.
Ainsi la France, qui, comme les Etats-Unis, a suspendu son aide directe à l’Autorité palestinienne après la victoire des candidats du Hamas aux élections législatives de janvier, cherche des moyens d’alléger les souffrances des populations, qu’elle contribue elle-même à aggraver. Elle accepte de voir se déliter les institutions de l’Autorité palestinienne et se borne à envoyer des fonds pour éviter une famine des populations. De plus, depuis le 28 juin et l’offensive israélienne sur Gaza - marquée par des attaques contre les infrastructures civiles, contre les bâtiments publics, contre les maisons, tout ce que l’on définit en droit international comme “crime de guerre” -, elle s’est bornée à appeler les parties à la “retenue” et à demander la libération “immédiate et sans condition” du soldat Gilad Shalit.
*
Sur le Liban, la position adoptée par la France (et par tous les membres du G8) est sans précédent. En insistant sur le droit d’Israël à se défendre, elle justifie l’opération israélienne, comme si celle-ci n’avait pour objectif que de libérer deux soldats faits prisonniers lors d’une action militaire. Tout en soulignant le caractère “disproportionné” de l’attaque israélienne, elle la justifie politiquement, en affirmant que la priorité est la libération des deux soldats sans aucune contrepartie. Paris n’a commencé à réagir que devant l’ampleur sans précédent de la destruction des infrastructures du Liban - un pays dirigé par un gouvernement “ami” de la France ! Il a fallu une semaine pour qu’elle commence à se démarquer du discours américain en appelant à un cessez-le-feu immédiat. Pourtant, son but stratégique rejoint celui des Etats-Unis et d’Israël : désarmer le Hezbollah, comme si celui-ci était la cause essentielle de l’instabilité dans la région.
*
A d’autres époques, la France savait agir sur le plan politique de manière autonome. Ainsi, au printemps 1996, le président Chirac envoyait le ministre des affaires étrangères Hervé de Charrette, qui allait passer près de deux semaines dans la région : “Je ne partirai pas tant qu’il n’y aura pas un cessez-le-feu et un accord.” Malgré les réticences américaines et israéliennes, Paris réussissait, et l’essentiel des propositions formulées par la France étaient adoptées lors de l’accord de cessez-le-feu du 27 avril, qui préservait le droit de la résistance à poursuivre la lutte contre l’occupation du sud-Liban et garantissait la sécurité des villes du nord d’Israël ... “Pour pouvoir réussir, disait Hervé de Charrette à l’époque, il faut pouvoir parler à tout le monde.” A cette époque, la France avait des contacts avec toutes les parties, de la Syrie au Hezbollah, d’Israël aux Etats-Unis et ne se limitait pas au “camp occidental”. Le comité de surveillance du cessez-le-feu sera d’ailleurs composé de la France, du Liban, des Etats-Unis, de la Syrie et d’Israël.
*
Refusant de parler à la Syrie, coupée du Hezbollah, la France a abandonné sa position “équilibrée” traditionnelle : elle appartient désormais à un camp et on voit mal comment elle pourra jouer un rôle positif dans l’“après-guerre” instable qui se dessine au Liban.
*
L’infléchissement français est parallèle du rapprochement avec Israël, marqué par la visite de M. Ariel Sharon à Paris en juillet 2005. Désormais, le problème palestinien est relégué au dernier rang de l’ordre du jour du dialogue bilatéral. Paris, bien sûr, maintient ses positions de principe sur la création d’un Etat palestinien indépendant, mais se garde de contrarier Israël.
*
La campagne menée dès 2002 aux Etats-Unis et en Israël sur “la France, pays antisémite” a aussi lourdement pesé. Les dirigeants et les responsables de plusieurs partis politiques français vont chercher à se dédouaner et à obtenir la caution des grandes organisations juives américaines. Lors de son voyage à New-York, en septembre 2003, le président Jacques Chirac se fait accompagner par les représentants d’organisations juives françaises pour rencontrer leurs homologues américaines. Celles-ci ne se privent d’ailleurs pas d’intervenir directement en France et d’y exporter leur savoir-faire. Ainsi, l’American Jewish Committee a organisé un voyage d’une vingtaine de députés français en Israël, dirigés par M. François Fillon, proche conseiller de M. Sarkozy. A l’issue d’entretiens avec les participants, l’agence Guysen Israel News notait, le 5 février 2006, que ce qui avait frappé le plus, c’est qu’“Israël et la France - en tant que démocraties parlementaires - sont dans une même position face à l’islam”.
*
Dans un discours prononcé à Herzliya, en Israël, le 16 décembre 2004, M. Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur, et l’un des principaux candidats à la succession du président Chirac, salue le combat commun menés par “nos soldats” en 1956, lors de la triste expédition coloniale contre l’Egypte de Nasser et pour “récupérer” le canal de Suez, combat qui se poursuit grâce à l’action “de nos services de renseignement”...
*
Le général de Gaulle est bien mort. C’est lui qui déclarait, prophétique, au lendemain de la guerre de juin 1967 : Israël “organise, sur les territoires qu’il a pris, l’occupation, qui ne peut aller sans oppression, répression et expulsions ; et il s’y manifeste contre lui une résistance qu’à son tour il qualifiera de terroriste”. Quarante ans plus tard, la Cisjordanie, Gaza, Jérusalem-Est et le Golan restent occupés, mais la France semble désormais considérer que l’instabilité de la région ne réside plus dans l’occupation, mais dans le “terrorisme”...
*
SOURCE : « Al-Akhba » quotidien publié à  Beyrouth- édition du 22 août 2006
 

Commenter cet article