Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

 

Service Public ferroviaire : La CGT s' adresse aux citoyens et aux usagers !

Usagers, Citoyens, Salariés,

Tous concernés !

Bonjour,

Depuis des années, vous subissez les conséquences des choix désastreux des gouvernements successifs et de la Direction SNCF concernant le Service Public ferroviaire. Guidées par la rentabilité financière, les politiques développées n’ont eu de cesse de dégrader le Service Public SNCF et donc, vos conditions de transport.

Malgré, les mobilisations sociales et citoyennes, les nombreuses alertes syndicales, les propositions alternatives avancées par la CGT, la « technostructure » qui, comme chacun sait, a toujours raison sur tout et contre tous, a poussé de nombreuses restructurations à la SNCF de façon incohérente, inadaptée et contre productive.

Des choix contraires au « Grenelle de l’Environnement » !

Le transport ferroviaire de marchandises est malheureusement un dossier emblématique des politiques libérales et de choix uniquement « comptables » pris par la Commission Européenne et le Gouvernement Français.

La rentabilité des Services Publics, ou pour la CGT leur efficacité socio économique, ne saurait se mesurer à leur compte de résultat. L’ouverture à la concurrence privée, si chère à nos dirigeants, a entrainé un déclin sans précédent du transport de marchandises par fer.

Aujourd’hui, la situation du fret ferroviaire est catastrophique.

Entre 2004 et 2008, la stratégie de la SNCF a conduit à fermer plus de 500 gares au fret et à mettre près de 2 millions de camions sur les routes.

Alors que le gouvernement, sous couvert de lutte contre le réchauffement climatique, tente d’instaurer une nouvelle contribution injuste pour les ménages appelée : « Taxe Carbone » et qui ne répond pas aux enjeux posés, la Direction SNCF avec l’aide de parlementaires UMP, souhaite réduire de 60% la technique ferroviaire fret appelée : « wagon isolé » ou messagerie ferroviaire. Le « wagon isolé », outil de collecte et d’assemblage de plusieurs wagons, est indispensable au développement économique et à l’aménagement du territoire, son développement et son efficacité sont les seules alternatives au tout routier.

Si les nouvelles propositions de la Direction SNCF vont à leur terme ce seront près de 2.5 millions de trajets camions supplémentaires sur le territoire national.

C’est un non sens économique et écologique !

La SNCF contribue  au chômage de masse!

Socialement, les politiques successives appliquées à l’ensemble de l’entreprise publique SNCF ont conduit à supprimer près de 20 000 emplois depuis 2002.

Et les prochaines mesures sur le Fret risquent de supprimer près de 6 000 emplois de cheminots.

Certes, ce véritable « plan social » se fait sans licenciement, mais le non remplacement des départs en retraite prive chaque année plus de 2500 jeunes d’un emploi.

Pour une entreprise publique de service public dont la production manque cruellement de personnel au quotidien, c’est inadmissible !

La suppression massive des effectifs à la SNCF contribue à dégrader les conditions de vie et de travail des cheminots et la qualité du service public de transport ferroviaire.

Cette démarche de « sabotage », à l’opposé de la réponse aux besoins des usagers, vise à faire des gains de productivité et à décrédibiliser le Service Public SNCF et les cheminots.

Le gouvernement préfère  sauver les banques !

De plus, le système ferroviaire français souffre d’un endettement majeur issu du désengagement de l’Etat, en particulier dans le cadre du financement des infrastructures (ligne TGV,…), ainsi que de sous investissements chroniques conduisant à un réseau fortement dégradé avec des milliers de Km de ralentissements.

Le gouvernement préfère pourtant offrir des centaines de milliards aux banques (dont on sait qu’ils ont permis, entre autres, de payer d’indécents bonus aux traders !!), plutôt que d’aider son entreprise publique de Service Public.

Au contraire, l’Etat a ponctionné 321 millions d’euros en 2 ans sur les comptes de la SNCF.

Vous qui vivez le transport ferroviaire au quotidien, vous savez bien que le manque de moyens se répercute directement sur le fonctionnement et la qualité du service.

Il n’y a pas de fatalité à la dégradation et à la casse du Service Public SNCF.

A l’instar de la mobilisation en cours contre la Privatisation de la Poste, il faut un véritable élan populaire pour regagner un véritable Service Public SNCF de qualité digne du 21e siècle.

Seule une entreprise publique de Service Public, dotée de réels moyens humains, matériels et financiers est capable de répondre aux besoins des populations.

La SNCF appartient à la Nation, ne laissons pas le Gouvernement et la Direction créer les conditions d’une future Privatisation.

L’intérêt général doit primer sur les intérêts particuliers d’entreprises privées obnubilées par le fric.

Tous ensemble,

cheminots, usagers, citoyens, salariés,  opposons-nous au démantèlement de la SNCF  et déclarons le transport ferroviaire de voyageurs et de marchandises d’utilité publique !

le 16 septembre 2009

 

 

 

Commenter cet article

Yvette Genestal 26/09/2009 14:48


SNCF, Poste, Santé : ces services publics sont menacés par la même logique capitaliste.  C'est la même politique qui a conduit à la privatisation de France Télécom, d'Air France, puis
aujourd'hui poursuit la privatisation de la SNCF, de la Poste...  Alors pourquoi autant de luttes dispersées face au même ennemi, qui lui marche du même pas, CNPF et gouvernement ensemble, au
nom de la même doctrine et pour la même politique ?  C'est aussi la même politique européenne, la même depuis ses débuts, depuis les fameux "pères fondateurs" qui aboutit à ces
politiques.  Alors pourquoi ne pas hausser le ton davantage contre l'Union Européenne ?  Yvette Genestal


DIABLO 26/09/2009 21:00


Chère camarade, tu peux si tu le souhaites m'adresser une tribune libre que je publierai volontiers salut et fraternité DIABLO


Tourtaux 25/09/2009 19:03


En ma qualité de retraité cheminot, ex-délégué CGT au CHS-CT, je n'ai pas manqué de publier ce communiqué en direction des usagers du rail.
Ce problème de l'insécurité des usagers et des cheminots n'est pas nouveau. La SNCF pratique la politique du risque calculé alors que, comme partout ailleurs, elle supprime des postes, ferme des
établissements.
Dans mon secteur, à Epernay qui était réputée pour ses ateliers ferroviaires, il n'y a pratiquement plus rien, c'est catastrophique. Plus un seul triage dans la région. Des équipes
squelettiques au service voies et bâtiments, etc. 
Nationalement, des matériels roulants insuffisamment révisés, bref, la SNCF met la vie des cheminots et des usagers en danger de mort. Je n'exagère pas puisque lorsque j'étais encore en activité,
je suis intervenu dans ce sens de nombreuses fois notamment lors des CHS-CT. 
Dans nos métiers, supprimer du personnel aux ateliers où les locomotives, les wagons n'ont plus les soins ausquels ils doivent prétendre; chez les agents travaillant à la sécurité tels les chefs de
sécurité, les agents de conduite, les agents de manoeuvre, les services de la voie, la sécurité ne peut être galvaudée.
Désormais circulent dans l'enceinte de la SNCF des trains privés dont les conducteurs n'ont pas la formation que reçoivent les ADC cheminots. On ne plaisante pas avec la sécurité, la vie d'autrui
en dépend. J'ajoute que les dirigeants de la SNCF n'ont pas l'esprit cheminot comme ceux que nous avons autrefois connus, ceux-ci ne sont là que pour faire du chiffre, même si cela doit être aux
détriment des usagers du rail et des cheminots.
Jacques Tourtaux