Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par eldiablo

Membre du conseil national du PCF, secrétaire départementale de la fédération de Savoie du Parti communiste, conseillère régionale depuis 2004, Myriam Combet a décidé de quitter le PCF et de rejoindre la LCR.
Interview par l’hebdomadaire « Rouge » :
Pourquoi as-tu quitté le PCF ?
Myriam Combet - Les divergences que j’avais depuis un certain temps avec les orientations du PCF se sont accrues au lendemain du 29 Mai, dans le cadre des débats du 33e congrès. Tout en s’attachant à ménager la chèvre et le chou, alternant grandes déclarations antilibérales et cogestion avec les sociaux-libéraux, le PCF s’orientait, en pratique, vers le renouvellement de son alliance avec le PS, se prononçant pour le rassemblement de la gauche du « non » et celle du « oui », de mon point de vue incompatibles.
Pourquoi rejoindre la LCR ?
M. Combet - La LCR a un discours cohérent, clairement anticapitaliste et sans compromission avec le social-libéralisme. Il est vrai que la LCR n’est pas un parti de masse, mais elle sait utiliser avec efficacité le peu de moyens dont elle dispose. Enfin, elle garantit le droit de tendance, ce qui me semble enrichir la vie démocratique d’un parti.

Comment te situes-tu aujourd’hui au sein du conseil de la région Rhône-Alpes ?
M. Combet -
En accord avec mes convictions, j’ai quitté le groupe communiste qui se situe dans la majorité PS-PRG-Verts-PCF. J’ai un temps pensé à démissionner mais, ayant été élue en 2004 sur la base d’un vote antilibéral, je pense être en phase avec les électeurs qui ont rejeté la Constitution de Giscard et ne veulent plus d’une gauche dominée par le social-libéralisme. J’ai donc décidé de siéger comme non apparentée pour continuer à porter au conseil régional les luttes des salariés et de la jeunesse.

Quelles relations as-tu aujourd’hui avec le PCF ?
M. Combet - Mes divergences avec la direction du PCF ne m’empêchent pas de conserver des relations fraternelles avec ses militants, qui aspirent, comme moi, à un changement radical de société. Au conseil régional comme ailleurs, je continuerai à lutter avec eux contre les politiques ultralibérales et réactionnaires de la droite. 
*
A mon avis, l’important dans la démarche de cette élue n’est pas qu’elle ait quitté le PCF pour la LCR . Cela est anecdotique. Ce qu’il faut retenir c’est le motif de cette démission, à savoir le double langage du PCF : « discours de lutte » pour s’attirer les électeurs et, une fois élu, on participe à l’exécutif (avec le PS évidemment) et on mène une politique « gestionnaire » qui se veut « réaliste ». Voilà bien une des causes (pas la seule) du déclin du PCF. Comme les sociaux démocrates, on se fait élire à gauche et une fois élu on gouverne à droite (cf. 1997-2002 et aussi dans les conseils régionaux). Cette attitude est suicidaire, mais elle permet de préserver quelques sièges d’élus. Le peuple en a ras le bol de ces attitudes. Il va probablement l’exprimer une nouvelle fois (mais de quelle manière ?) en 2007. Quant à Mme Combet, même si son choix d’adhérer à la LCR ne me paraît pas très judicieux, elle a eu au moins une démarche politiquement honnête quoi qui l’en coûte. Et pour cela, Chapeau !   EL DIABLO

Commenter cet article

J
Mais pourquoi donc ces "partis" (souvent groupusculaires, d'ailleurs!) qui se disent tous anti-libéraux, ne parviennent pas à mettre au point une plateforme politique commune? Est-ce donc si difficile? Ils ont su dire NON le 29 Mai 2005. Sauront-ils dire OUI à une plateforme commune en 2007? A mon avis, non! La raison en est toute simple : leur Non du 29 Mai n'avait pas, pour les uns et pour les autres, la même signification!Démolir ce que d'autres s'efforcent de construire, c'est très facile! Proposer une solution de rempacement, c'est beaucoup plus difficile.Pourquoi ces "partis" sont-ile atomisés en une kyrielle de groupes aux effectifs squelettiques?
Répondre
P
Il est encore bien trop tot pour se prononcer sur l'avenir de la LCR...qui n'a décollé qu'en avril 2002 avec l'élection présidentiel et le succes de Besancenot.
Il faut oublier la nostalgie du grand parti communiste et arreter de s'attacher aux étiquettes LCR LO PC et meme PS car la gauche anti libérale et sociale se trouve partout. Aujourd'hui les jeunes se rendent bien compte que les étiquettes d'hier ne correspondent plus forcément au vrai clivage...
gauche social libéral europhile / gauche anti libérale
 
Répondre
R
 
je ne crois pas que le LCR soit une bonne porte de sortie.La LCR a abandonné la dictature du prolétariat. Donc la LCR n'est plus révolutionnaire. La LCR est euro-constructiviste. Je rappelle que l'Europe est un Etat impérialiste en voie de constitution. Considère la Nation comme une notion bourgeoise (rejetant de ce fait la classe ouvrière elle-même car comme disait Politzer exécuté par les nazis : la Nation est la classe ouvrière elle-même)
La LCR discute dans ses rangs d'une participation gouvernementale avec le PS.
Le communisme ne peut se résumer à l'anti-libéralisme.
Le départ de M.Combet est un non-évènement. Le PCF n'est plus redressable. La LCR n'est pas et ne sera jamais un parti d'avant-garde. La LCR n'est que l'extrême gauche de la social-démocratie.
La LCR n'est pas en mesure de remplacer le grand PCF  dont l'héritage la rend bien palotte cette LCR chérie des médias et dont l'électorat est petit-bourgeois.
La LCR n'a pas su prendre la tête des luttes pour gagner en 2003 pour la défense des retraites. La LCR est toujours derrière les masses.
Répondre
A
c'est une anecdote ! cela est utile pour faire un peu d'anti-communisme ? mais qui est à la porte des usines quand il y a une merde ? qui aujourd'hui choisit de laisser la droite au pouvoir ?
faut être conséquent ! que les cocos ne soient pas parfaits c'est une évidence ! mais c'est LE SEUL PARTI à se battre :
el diablo : lit l'huma de demain ! s'il n'existait pas qui révèlerait les documents secrets ?
Arlequin
Répondre
U
Salut camaradeserait-il possible de mettre le blog de l'uec dans tes favoris ?Merci, et bonne continuation ;o)
Répondre