Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

Selon la Banque Mondiale, les Palestiniens vivent actuellement la pire dépression économique de l’histoire moderne. Les honteuses sanctions internationales imposées ont eu un impact dévastateur sur une économie déjà sévèrement affectée en raison de son extrême dépendance des sources externes de financement.
A tire d’exemple, l’Autorité Palestinienne dépend principalement de deux sources de revenus:
1/  La première est l’aide annuelle des donateurs occidentaux qui s’élève à environ 1 milliard de dollars par an d’assistance dont l’essentiel est maintenant suspendue (en 2005, selon la Banque Mondiale, les donateurs ont remis 1,3 milliard dont 500 millions de dollars (38%) au titre de l’aide humanitaire d’urgence, 450 millions de dollars (35%) au titre de l’aide au développement et 350 millions (27%) pour l’assistance budgétaire).
*
2/  La seconde est le transfert mensuel de 55 millions de dollars de droits de douanes et de taxes qui sont collectées par Israël pour le compte de l’autorité Palestinienne ; cette source de revenus, qui est absolument indispensable pour le budget palestinien est totalement bloquée. Actuellement, Israël détient illégalement près d’un demi milliard de dollars appartenant aux Palestiniens et qui sont désespérément nécessaires pour Gaza.
*
L’effet combiné des restrictions, en particulier l’incessant blocus et le boycott économique actuel ont provoqué un niveau sans précédent de chômage qui atteint 40% à Gaza (comparé à moins de 12% en 1999) En fait, les travailleurs palestiniens de Gaza n’ont pas été autorisés à travailler en IsraËl depuis le 12 mars 2006. Le marché primaire de Gaza, toutes les entrées et sorties ont été quasiment scellés depuis le 25 juin 2006 lorsque la campagne militaire israélienne à Gaza a débuté.
Dans les 5 prochaines années, 135 000 emplois nouveaux devraient être crées juste pour maintenir le chômage à 10%. Le commerce a été affecté de la même facon. Ainsi au début mai 2006, le point de passage de Karni par exemple, à travers lequel passent les marchandises qui pénètrent dans Gaza avait été fermé 47% de l’année avec une perte financière quotidienne estimée entre 500 et 600 000 dollars. A ceci s’ajoute les pertes agricoles estimées à 1,2 milliards de dollars pour la Cisjordanie et la Bande de Gaza pendant les six dernières années.
En avril 2006, 79% des foyers de Gaza vivaient en dessous du seuil de pauvreté (compare à moins de 30% en 2000) un chiffre qui a certainement augmenté depuis et beaucoup souffrent de la faim
Sara Roy, The Palestine Center 12 Octobre 2006
[source : rouge-midi]

Commenter cet article

marc d HERE 20/11/2006 10:21

Dominique V a raison....L'arrêt des tirs de roquette permettrait une amélioration de la situation

dominque v 18/11/2006 14:55

et pourquoi les Palestiniens n'essaient  pas l'arret de la fabication et de l'utilisation des roquettes artisanales , d'une inefficacité militaire nulle et psychologique douteuse ?
Israel perdrait bcp de raisons ou de prétextes pour occuper les territoires ...