Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

J'ai trouvé ce texte sur internet, sans doute une initiative individuelle:
*
On assiste depuis quelques jours à une savante entreprise de destruction d'une dynamique en laquelle un certain nombre d'entre nous avions vu une petite lueur d'espoir ... Je n'ai pas envie de juger des responsabilités des uns ou des autres, de tel ou tel parti ou individu, nous sommes confrontés à une responsabilité que nous devons prendre collectivement, militants, élus et organisations politiques ... Et l'on redécouvre, avec effroi, que l'individu, militant ou sympathisant , de base, n'est rien face à des logiques qui le dépassent ... Logiques de Parti, comme les jouent le PCF ou la LCR, logiques de personnalisation - starisation qui servent les égos de tel ou telle ...
Je voudrais rappeler, comme l’ont fait un certain nombre d’orateurs à Montpellier, que l’objectif n’est pas que tel ou tel égo , qu’il soit individuel ou de parti, soit devant les caméras, puisque une victoire devrait marquer la fin du cirque présidentiel, mais de (re)donner l’envie de voter à gauche à tous les paumés, tous les exclus, tous ceux que la machine rejette … le vrai objectif, il est peut être dans ces législatives qui suivront dans la foulée … Prendre le risque de “dissoudre” l’espoir naît en 2005 c’est prendre le risque criminel que ceux à qui vous aurez dit, “attendez encore un peu, que nous nous entendions sur la répartitions des places, pour l’instant nous n’avons rien à vous dire qui ne puisse attendre 5 petites années …” n’entendent plus que les sirènes des fascistes … parce qu’elles leur parlent, parce qu'elles dénoncent le parlementarisme comme un système ou l'on se répartit les petits avantages ... et que seriez vous, vous aussi, en train de faire ?
Dans cette hypothèse, que je n’ose même pas envisager ( quoique … ) vous ( tous … ) ne seriez plus simplement imbéciles dans votre soif de cirque politico -médiatique … non, vous seriez définitivement criminels …
Vous n’auriez rien à dire aux 3 millions de mal- nourris …
Vous n’auriez rien à dire aux centaines de milliers de “pas logés”
Vous n’auriez rien à dire aux 8 millions de pauvres …
Vous n’auriez rien à dire aux 50 % de la population qui se définissent comme appartenant aux classes populaires …
Vous n’auriez rien à dire , si ce n’est “patientez” … ce que dit la social-démocratie européenne depuis 25 ans ... ce que dit l'église catholique depuis 2000 ans ... patientez, le paradis, c'est pour un de ces jours, pour après, quand toutes les conditions seront remplies ... après ...
Vous ne vaudriez pas mieux que les sociaux- libéraux …
Il vous reste quelques jours …
Pour en finir avec la lutte de places ...
Pour faire naître l'espoir ...
 

Commenter cet article

Jean-François Autier 29/11/2006 22:20

Erratum
Contrairement à ce que j'ai écrit, 38 % des Français jugeant le capitalisme négatif ne sont pas électeurs UMP-UDF.Ce que nous dit le sondage Louis Harris, c'est que 38 % des électeurs UMP-UDF jugent le capitalisme négatif.
Cette précision confirme, s'il en était besoin, qu'il ne faut surtout pas s'enfermer dans le clivage gauche-droite, mais le transcender sur une base de classe.
Et puisque j'en suis à corriger mes erreurs (enfin, certaines), il y a lieu de supprimer la cédille qui pollue mon adresse électronique.[Deux co(q)uilles dans un texte aussi court, il fallait le faire !]
Ceci dit, autour de Bordeaux, l'idée d'une rencontre de communistes (avec et sans carte) est en train de faire son chemin.
JF Autier

makhno 29/11/2006 17:18

En lisant le commentaire de Jean françois, on réalise combien tout ça, c'est si simple et si compliqué à la fois. Comme on est loin tout à coup du besoin de se compter des uns, opposé au désir de sauver les quelques meubles qui restent (à quel prix ?), des autres. Il faut en effet revenir aux fondamentaux qui ont "fait" le mouvement ouvrier, revenir au marxisme, non pas comme à une bible aux termes intangibles, mais comme à un outil indispensable et toujours d'actualité. L'avenir appartient aux "rêveurs de mieux" pour ce monde "bleu comme une orange", pour que "se marient enfin cerises et grenades au joli temps du mois de mai." Cordialement.

Jean-François Autier 28/11/2006 18:42

A propos de gauche
Dois-je m'en excuser ? les difficultés actuelles du rassemblement antilibéral, construction politique qui ne me semble pas répondre aux attentes clairement manifestées du peuple de France, ne parviennent pas à m'émouvoir.
Le 29 mai 2005, les Français n'ont pas seulement dit "non" au TCE, ils ont dit "non" à l'Europe telle qu'ils la vivent, et dont Volskwagen (après Renault) rappelle aux Belges qu'elle est au service du capital.La gauche antilibérale propose-t-elle de sortir de l'euro, de Maastricht, ou d'arrêter la fuite en avant dans cette Europe dominée par le capital ? Non.
Novembre 2005, un sondage Louis Harris pour Libération nous apprend que 61 % des Français "jugent le capitalisme négatif". Oui, vous avez bien lu : le ca-pi-ta-lisme. Jamais nos concitoyens n'avaient été aussi nombreux à porter un tel jugement : c'est historique.La gauche antilibérale propose-t-elle d'en finir avec le capitalisme ? Non.
Le même sondage de novembre 2005 nous apprend que parmi les 61 % de Français qui "jugent le capitalisme négatif", 38 % sont des électeurs UMP-UDF.La gauche antilibérale se propose-t-elle de les rassembler pour en finir avec le capitalisme et construire une société non-capitaliste ? Non.
Voilà pourquoi je n'ai pas de regret que cette construction politique, qui veut diviser le peuple de France en "peuple de gauche" et donc "peuple de droite", disparaisse.De toute évidence, ceux qui s'agitent dans cette gauche antilibérale ont oublié que la seule vraie division du peuple de France, elle se trouve entre exploités et exploiteurs.
Il serait temps que les communistes, organisés et inorganisés, se retrouvent pour faire des propostions aux 61 % de Français qui "jugent le capitalisme négatif".
Jean-François Autierjean-françois.autier@wanadoo.fr

eldiablo 29/11/2006 08:44

J'approuve à 100% votre commentaire mon cher Jean-François et rappelle que j'ai publié le texte de la pétition (ci-dessus) uniquement pour aider au débat et non comme signe d'approbation de son contenu. Salut et fraternité aux "rêveurs de mieux".

Lucifer 28/11/2006 14:56

Pour affiner nos analyses, voici des documents qui peuvent nous servir. Deux exemples :
Durée du travail : une étude qui dérange
Une étude très documentée, avec les statistiques officielles de plusieurs pays (sources indiquées avec précision) montre que l’on travaille plus en France que dans beaucoup d’autres pays.
La durée moyenne du travail, pour tous les emplois (temps complet et temps partiel) est, par semaine, de :
  36,3 h en France   36,2 h en Italie   33,8 h aux Etats-Unis   33,6 h en Allemagne   33,2 h en Espagne   31,7 h en Grande-Bretagne 
http://travail-chomage.site.voila.fr/emploi/duree_travail.htm
Gains de productivité du travail, durée du travail, chômage
Au lieu de réduire la durée du travail, comme dans les années 1970, les gains de productivité du travail ont conduit à un chômage très important, parfois caché en mettant plus de la moitié des chômeurs en invalidité (Pays-Bas, Grande-Bretagne, Danemark).
En France, la productivité du travail a augmenté de 17,22 % en sept ans, pour l'ensemble de l'activité nationale. Sans rien changer à la production de richesses du pays, le nombre d'emplois aurait pu être augmenté de 17,22 % en réduisant de 14,69 % la durée réelle du travail. En moyenne, avec des transferts d'emplois entre secteurs d'activité, le nombre d'emplois aurait augmenté de 4 284 500. Le chômage réel aurait beaucoup baissé.
http://travail-chomage.site.voila.fr/produc/gain_productiv.htm
Un site qui fourmille de dossiers bien ficelés.
 

makhno 27/11/2006 13:01

Avec tous ceux qui espèrent voir venir un jour "temps des cerises", j\\\'ai signé la pétition.
Ca suffit les querelles d\\\'égo, les luttes de chapelles et les inutiles rivalités pour savoir qui sera resté le plus pur dans la défaite qui s\\\'annonce.
Il est encore temps d\\\'influer sur le cours naturel des choses, il nous faut un vrai programme de gauche, il nous faut le faire savoir, une pétition ne règlera pas tous les problèmes, mais c\\\'est un outil qu\\\'il ne faut pas mépriser (sans trop d\\\'illusions non plus).
Cordialement

makhno 27/11/2006 13:00

Avec tous ceux qui espèrent voir venir un jour "temps des cerises", j'ai signé la pétition.
Ca suffit les querelles d'égo, les luttes de chapelles et les inutiles rivalités pour savoir qui sera resté le plus pur dans la défaite qui s'annonce.
Il est encore temps d'influer sur le cours naturel des choses, il nous faut un vrai programme de gauche, il nous faut le faire savoir, une pétition ne règlera pas tous les problèmes, mais c'est un outil qu'il ne faut pas mépriser (sans trop d'illusions non plus).
Cordialement