Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

Vous lirez, ci-dessous,  la position des Jeunesses communistes du Rhône à propos des prochaines élections...

Les élections
 
Les jeunes communistes doivent avoir pour horizon immédiat la conquête des masses. Nous ne voyons pas avec enthousiasme les pratiques électoralistes qui en fin de compte dessaisissent les masses. Nous ne remettrons pas la clé du futur à des personnes ou des partis intégrés à l'Etat.
Nous ne croyons pas que les élections soient en elles-mêmes suffisantes à opérer un changement radical.
Mais nous croyons que les élections doivent être utilisées non pour poursuivre la bonne marche de l'etat mais :
 
- pour nous exprimer haut et fort : exprimer notre volonté, nos idées, notre projet.
 
- pour combattre l'appareil d'Etat bourgeois, en affaiblir les institutions et permettre l'émergence d'un nouveau pouvoir parallèle qui se substituera au pouvoir d'Etat bourgeois.
(comme un comité de grève tend à prendre le pouvoir dans la fac ne reconnaissant plus les autres instances démocratiques universitaires)
 
Et ces principes sont valables pour le haut comme pour le local et ce, quelque soit le type d'élection.
Se présenter aux élections sans vouloir mettre en œuvre ces principes, c'est s'intégrer à l'appareil d'Etat, c'est se détacher des masses.
 
Nous ne voulons pas voter pour des propositions mal ficelées et qui ne seront pas appliquées. Nous ne voulons pas voter pour un programme réformiste de gouvernement. Nous voulons voter pour fortifier notre camp révolutionnaire, celui du vrai changement de société pour lui donner de la force.
 
Pour nous, il ne peut donc être question de soutenir des candidatures qui ne portent pas ce changement de société. Pas question de soutenir des candidatures qui dessaisissent les masses au nom des masses.
 
Force est de constater que pour les élections de 2007, de Laguiller à Bové, de Besancenot à Buffet, aucun candidat, aucun parti ne se bat pour le communisme, aucun n'a une tactique pour saisir les masses, tous se noient dans l'opportunisme électoraliste.
 
 
Si pour les présidentielles il n'y pas de candidat du communisme, nous ne soutiendrons aucun candidat et tenterons selon nos forces de se saisir des élections pour que les masses, en particulier dans la jeunesse se saisissent des enjeux d'aujourd'hui et s'organisent pour elles-mêmes.
 
 
Dans la campagne il faudra combattre l'idée que le vote PS serait moins pire que le vote de droite, il faudra dire aussi clairement que les anti-libéraux ne sont porteurs d'aucun changement de société, car ils prétendent changer la vie avec des propositions réformistes et avec les institutions bourgeoises. Ils prétendent créer de l'espoir mais ne vont que désespérer les masses en réchauffant les plats froids de 1981 et 1997.
 
Nous ne voterons pas pour Royal au second tour, quel que soit son adversaire, car elle n'est porteuse au mieux que de continuité avec la droite. Elle s'est d'ailleurs déclarée contre toute rupture politique. Son ordre est injuste, c'est celui de la bourgeoisie.
 
 
Nous ne soutiendrons pas le prochain gouvernement en tant que tel.

Commenter cet article

makhno 01/12/2006 13:22

"Un pas en avant, un pas seulement" (V.Lénine)
Avant de lutter pour le communisme, essayons d'instaurer le socialisme, je suis moi aussi convaincu qu'il n'y a rien de décisif à attendre de la démocratie bourgeoise, mais il nous faut bien constater que pour l'instant nous sommes une infime minorité à faire ce constat d'évidence. Avoir raison tout seul, c'est bien, mais ça ne mène pas à grand chose camarades.
Je comprends bien votre impatience, par certains côtés, je la partage, mais il ne servira à rien "d'aller plus vite que la musique", le temps des élections c'est aussi un temps privilégié pour tenter de faire surnager quelques idées au milieu d'un océan d'idées toutes faites et de propagande débridée à longueur de soirées hertzienne, ça vous agace, moi aussi, quand on a dit ça, on n'a pas fait beaucoup avancer les choses.
Il nous faut, il nous faudra toujours convaincre, on  n'instaurera pas le socialisme autrement que par la démocratie, d'autres s'y sont essayés, ils se sont cassé les dents, pour notre plus grand malheur à tous.
S'armer théoriquement, profiter de toutes les occasions, y compris les élections pour convaincre, voilà à mon humble avis le seul chemin qui soit susceptible un jour de nous "conduire à la mer" comme disait Jaurès.
Le sens de l'Histoire ne fait plus de doute, son rythme nous est encore totalement inconnu.
Cordialement