Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

Ci-dessous, une lettre d'un militant de la CGT
*
Camarades,
 
La Confédération Syndicale Internationale (CSI) a pris jour à Vienne le 1er novembre 2006. Les 4 principaux syndicats français y ont adhéré : FO, CFDT, CFTC, CGT.
Hélas, pour ceux qui défendent la diversité culturelle, pour ceux qui n'acceptent pas d'être globalisés sous un couvert uniforme, pour ceux qui ne veulent pas être commandés par la langue des Amerloques, l'article 39 des statuts  donnant à la langue anglaise, et uniquement à la langue anglaise, valeur de référence, n'a pas été modifié pour donner aussi une place au français comme c'est le cas dans la plupart des organisations internationales afin de contrebalancer la toute puissance de l'anglais impérial.
Seul le syndicat CFTC, par la voix de M. Joseph Thouvenel a eu le courage de s'opposer à cette vindicte. Honneur à ce syndicat !
Par contre, force est de constater que Bernard Thibault et Guy Jucquel, présents à Vienne au nom de la CGT, n'ont pas bougé le petit doigt pour protester et s'opposer, eux aussi, contre l'anglais-Roi.
Force est de constater aussi que personne de la CGT, et notamment parmi celles qui logent dans les grandioses bureaux de Montreuil, personne n'a eu la politesse de répondre à mon courriel du 6 octobre, un courriel qui dénonçait avec force et détails le discriminatoire article 39 du futur syndicat mondial.
Déjà, en septembre 2000 et en juin 2001, j'avais protesté contre l'anglicisation de notre société auprès de notables de la CGT, M. Daniel Prada et M. Alain Guinot. À ce jour, j'attends toujours la réponse. Je note que lorsque j'écris à mon patron, lui, il a la politesse de me répondre ; je constate, amer, que lorsque j'écris à la CGT personne ne me répond. Si le silence est pire que le mépris, alors j'en conclus que je suis largement méprisé à la CGT. Merci, Camarades !
Ces affaires me donnent vraiment l'impression que les apparatchiks de la CGT n'ont rien à foutre de l'avis du militant de base.
Que l'on ne soit pas d'accord avec moi, je le comprends très bien, mais au moins que ces Messieurs et Dames haut placés du syndicat aient le courage de me le dire, de me l'écrire, j'attends leurs arguments (s'ils en ont !).
Quoi qu'il en soit, je ne suis pas entré à la C.G.T pour faire des courbettes à la langue des Américains, langue qui véhicule à travers le monde, faut-il le rappeler, leur mode de vie et de pensée ; mode de vie et de pensée qui ne sont pas les miens, et j'ose l'espérer, pas encore ceux de la C.G.T.
Si défendre la langue française paraît à certains de la CGT comme étant un combat de droite, alors pourquoi ces mêmes cassandres ne disent-ils pas que défendre le repos dominical, c'est un combat de catholiques intégristes ? Tout cela ne tient pas debout.
La langue française, n'en déplaise à certains, est encore une grande langue internationale et la défendre sur le plan international, ce n'est ni être un facho ni être un néo-colonialiste, c'est être quelqu'un de réaliste qui profite de la position de cette langue pour contrer la politique du tout anglais, une politique qui menace de mort la diversité linguistique du monde entier. Le danger ce n'est pas la langue française dans le concert des langues, mais c'est l'anglais tout seul, en maître absolu, sur le monde.
Bernard Thibault a donc commis une grave faute en fermant les yeux sur l'article 39 de la CSI, un article, qui plus est,  est en droite ligne avec la politique de nos patrons qui, comme Seillière, Parisot, Trichet, Carrefour, etc. ne perdent jamais une occasion de promouvoir l'anglais, leur langue rêvée pour faire toujours plus de fric, pour délocaliser davantage, pour casser les Conventions nationales, pour mettre en concurrence les services publics de chaque pays, etc.
Si Bernard Thibault n'est pas capable de nous défendre face à la volonté des Anglo-américains de vouloir partout imposer leur langue, et à travers elle, leur culture et leur ultralibéralisme, qu'on arrête le TGV et qu'il descende. Ça tombe bien, il y a près de la gare un Carrefour et on cherche à y monter un syndicat CGT.
Camarades, ensemble, protestons contre cet humiliant et infâme article 39.
Exigeons son retrait. Exigeons sa re-écriture.
Montrons aux dirigeants de la CGT que nous ne sommes pas des moutons de Panurge juste bons à coller 12 timbres par an sur notre front, montrons-leur que nous sommes des hommes libres capables de réfléchir et d'agir pour notre liberté.
Vive la lutte !
Vive la CGT libre !
Régis Ravat,
Délégué syndical CGT à Carrefour Nîmes - Sud
Route d'Arles - 30000 Nîmes
Courriel :
cgt.carrefour@tiscali.fr

Note : merci de diffuser le plus largement possible ce message
* 

Le 26/12/2006

Merci pour votre publication.

Bravo pour votre site.

Et meilleurs voeux pour l'année qui arrive.

Bien cordialement

Régis Ravat

Syndicat CGT Nîmes-Sud

Commenter cet article

thimele 28/12/2006 00:30

Après la pensée unique, la monnaie unique, voilà la langue unique...Et le pire, c'est que les promoteurs de la langue anglaise n'ont même plus rien à faire, les résignés les servent sur un plateau !

Mick18 27/12/2006 17:42

Sincèrement, il y a plus grave que ton article 39. Tiens, par exemple, il y a l'OPTING OUT, approuvé sans bruit il y a 1 an. Va faire un tour sur mon blog dans la rubrique Europe.
http://politiblog.oldiblog.com

christine RS21 24/12/2006 11:24

Bonnes Fêtes El diablo !