Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par eldiablo

C’est l’investissement productif, le renforcement de l’appareil de production industrielle qui tire toute l’économie du pays, qui assure le développement de la croissance. Lui seul peut permettre la création de millions d’emplois.
 
Les entreprises françaises ont les moyens d’investir, elles n’ont jamais gagné autant d’argent.
Leurs superprofits flambent. Entre 2.000 et 2.005les profits des firmes du CAC 40 ont augmenté en moyenne de + 71,7% (GDF +448% - Vinci+190% - Pernod +144%). Et 2006 s’annonce exceptionnel.
 
Et pourtant les investissements reculent
Entre 2.000 et 2.005 ils ont reculé en moyenne de 41,4%, parfois plus comme par exemple France- Télécom de 87% (France-Télécom qui a décidé de supprimer 8000 emplois).
 
Pourquoi ? Où passent les superprofits ?
Les actionnaires empochent des dividendes de plus en plus énormes :
Par exemple, Lagardère leur a offert en 2005 : 412 millions d’euros (4 fois plus qu’en 2000)
 
Total a distribué 3,5 milliards d’euros…14 fois plus que les 250 millions nécessaires pour un nouvel équipement à Gonfreville L’Orcher (équipement dont Total a gelé la réalisation) qui devait permettre de traiter le « fond du baril » c'est-à-dire les résidus de raffinage qui finissent dans les « bateaux poubelles ». Les profits se moquent pas mal de la préservation de l’environnement !
 
Pour augmenter encore plus les dividendes il faut augmenter sans cesse la rentabilité et vite. On bloque les salaires, on réduit les acquis sociaux, on augmente la productivité, on délocalise.
 
Et plutôt que d’investir en France dans leur appareil productif, les grands groupes préfèrent aller au plus rapide et plus sûr : acheter des concurrents, grossir, grossir toujours, créer des géants mondiaux pour être les plus forts dans la course aux marchés, dans la concurrence capitaliste mondiale.
 
2006, année record pour les fusions-acquisitions en France et dans le Monde
3.800 milliards de dollars dépensés au niveau mondial + 38% par rapport à 2005
1.432 milliards de dollars dépensés en Europe + 37,5%
162 milliards de dollars en France + 52%
 
BNP Paribas est le numéro un des fusions- acquisitions en France, mais les autres ne sont pas en reste. L’Oréal multiplie les acquisitions en Chine et absorbe le champion du cosmétique « écolo », The Body schop. L’équipementier Schneider – Electric vient d’acheter pour 4,5 milliards d’euros l’américain APC …. 
Pour se protéger dans cette course aux achats car les appétits sont féroces, le meilleur moyen est de se racheter soi-même, d’où le rachat par les multinationales de leurs propres actions.
 
Les privatisations ont libéré en France cette course permanente à la rentabilité financière immédiate.
 
La course aux profits sacrifie le développement et l’emploi.
Peugeot, dont la presse cette semaine annonce une année « difficile », a dépensé 2 milliards d’euros en cinq ans pour verrouiller son capital et accroître son « autocontrôle ». C’est l’équivalent d’une année d’investissement dans ses usines ou de ses crédits de recherche et développement. S’il avait consacré cette somme énorme à renforcer son appareil de production, il se porterait sans aucun doute beaucoup mieux aujourd’hui.
 
Oui, les moyens existent pour investir utilement en France, créer des centaines de milliers d’emplois, augmenter les salaires, les retraites… relancer la croissance.
 
Pour faire cela il faut une autre politique. Cela exige un gouvernement qui muselle ceux qui détiennent aujourd’hui les pouvoirs économiques et financiers, qui s’attaque aux profits fantastiques de ces grands groupes, qui développe une politique économique et sociale pour le peuple. Un gouvernement qui s’appuie sur les salariés et le peuple.
 
Aucun des candidats à l’élection présidentielle qui tous bavardent sur la rupture, le social, la participation… n’a cela dans son programme. Et pour cause, ils veulent tous continuer à cheminer avec les capitalistes en Europe et ailleurs.
[source= «communistes»]

Commenter cet article

K
Rouge vif? Hébé, on dénonce les mêmes choses, c'est après que ça se gâte.....Bah, c'est sûr que les grandes entreprises françaises préfèrent filer  des $$$ à leurs actionnaires ou à leurs cadres supérieus pendant qu'ils emploient des femmes de ménage à temps partiel sous-payées. C'est honteux, encore un argument à sortir pendant la campagne d'avril!
Répondre