Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

 

arntz09-copie-1.gif

 

Le poids des mots.

 

Lorsqu’en 1998 le Conseil National du Patronat Français (CNPF) décide de se transformer en Mouvement des Entreprises Françaises (MEDEF, ses adhérents, ses structures, son but restent les mêmes. Le but de l’opération est de faire disparaître un mot : PATRONAT, mot qui  est trop lié à l’idée d’exploitation, de profit, de classe dominante.

 

Il en est de même pour le mot capitalisme. Il a disparu du vocabulaire au profit des mots « libéralisme » voire pour les plus audacieux « ultralibéralisme ».

 

Les choses sont encore poussées plus loin. Les Ouvriers Spécialisés (OS) sont remplacés par des « opérateurs » qui travaillent comme avant sur des chaînes. Les cotisations sociales qui sont du salaire socialisé qui sert à couvrir toutes les périodes d’inactivité de la naissance à la mort sont transformés en « charges » biens sûr insupportables pour les malheureuses entreprises  et qu’il faut supprimer dans les meilleurs délais.

 

Bref, tous ces changement de mots, martelés jour après jour par le patronat, les gouvernements successifs, les médias, ne sont pas innocents. Ils visent à ancrer dans les consciences que la lutte de classe a disparu, que la collaboration entre patronat et salariés est  une nécessité pour solutionner les problèmes partout dans le monde et en France.

 

Comme l’entreprise est devenue un terrain neutre cela amène à une série de déclarations très éclairantes.

 

Passons sur le « J’aime les entreprises » de Manuel Valls qui manifeste son amour en leur versant cette année 20 milliards d’euros au titre du Cice (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) et 41 milliards supplémentaires en diminution de cotisations sociales et d’impôts

 

-Emmanuel Macron, ministre de l’économie, ancien dirigeant de la banque Rothschild déclare à « Ouest France » : « L’entreprise est une collectivité humaine qui est  la propriété de ceux qui la font ».   

 

-Laurent Berger, secrétaire de la CFDT, à France Inter le 8 octobre, invite le patronat à : « faire sa révolution culturelle en considérant que l’entreprise a une responsabilité sociale ».

 

-Thierry Lepaon, secrétaire de la CGT, au journal « le Nouvel Economiste » : «  l’entreprise est une communauté composée de dirigeants et de salariés et ces deux composantes doivent pouvoir réfléchir et agir ensemble dans l’intérêt de leur communauté ».

 

Arrêtons là les citations, Mais elles permettent à P. Gattaz Président du Medef de déclarer à son université d’été 2014 : « l’entreprise n’est ni de gauche ni de droite, elle est là pour l’emploi ».

 

C’est faux. L’entreprise n’est pas là pour l’emploi mais pour le profit des actionnaires 

 

Sinon il n’y aurait pas en France 7 millions de chômeurs, 500.000 de plus en deux ans. Des pans entiers de l’industrie ont disparu (textile, chaussure), les délocalisations vers les pays à bas coûts se sont multipliés (Peugeot Citroën, Renault et tous les autres) pour une seule raison et cela bien avant la crise : le profit capitaliste

 

Cette réalité est dénoncée par un patron de l’imprimerie JP Maury. Il explique qu’il a perdu un marché de livres au profit d’un concurrent d’un pays d’Europe du Sud qui offrait 2% moins cher. Ce patron imprimeur  appelle au civisme industriel ! Appel qui a peu de chance d’être entendu au vu de la réalité.

 

 

Appelons un chat un chat.

 

L’entreprise reste ce qu’elle a toujours été : un lieu d’exploitation des ouvriers, des salariés  où se créent les richesses confisquées par le patronat à son seul profit.

 

Par exemple, aujourd’hui la direction d’Air France  veut baisser les salaires des pilotes et aggraver leurs conditions de travail pour sa compagnie low-cost, d’où la grève actuelle des pilotes. Cela pour lui permettre de porter le taux de profit à 8-10% d’ici à 2017.

 

De cette exploitation naît une autre réalité : la lutte de classe. Tous les rideaux de fumée tendus par le patronat, le pouvoir politique et tous ceux qui partagent leur point de vue ne changeront rien à cette réalité. Elle se manifeste tous les jours dans les luttes quotidiennes que mènent les travailleurs dans leurs entreprises pour les salaires, l’emploi, leur santé.       

 

source: www.sitecommunistes.org

 

Commenter cet article