Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

FSU

Communiqué de la FSU

Une conférence sociale bien mal engagée !

Alors que la situation économique, sociale et environnementale exige un haut niveau d’écoute des attentes et propositions des organisations syndicales, le gouvernement ne semble pas décidé à répondre à la hauteur de la gravité de la situation tant sur le plan de l’emploi que du pouvoir d’achat et de la protection sociale. Ainsi dans la fonction publique, les agents publics attendent toujours l’annonce de la fin du gel du point d’indice : il n’en est rien ! Au contraire, les dernières déclarations du chef de l’Etat indique une poursuite de la politique d’austérité.
 

 

Le discours d’ouverture du Président de la République ressemblait plus à un discours de clôture qu’à une invitation au débat et à la présentation de propositions.
 

 

Depuis 2 ans si les conférences sociales ont débouché sur plusieurs réformes ou mesures, les effets pour les salariés, les jeunes, les chômeurs et les retraités en matière d’emploi, d’amélioration du pouvoir d’achat, de protection sociale ou encore de développement des services publics ne vont pas pour l’essentiel dans le bon sens.
 

 

Aujourd’hui, un désaccord subsiste sur le pacte de responsabilité qui implique d’énormes contraintes budgétaires ne permettant pas d’assurer tous les investissements nécessaires en particulier pour conforter l’action publique et les services publics.
 

 

La FSU a interpellé le gouvernement lors des tables rondes aussi bien sur la méthode de dialogue social que sur les sujets posés : préparation de la rencontre annoncée avec l’ensemble des partenaires sociaux sur la méthode et les attendus réciproques en matière de dialogue social, mesures spécifiques pour l’emploi et la formation des jeunes, des seniors et des décrocheurs, rôle du système éducatif pour une meilleure insertion professionnelle des jeunes, développement des services publics et de la fonction publique, amélioration des conditions de travail et des salaires des agents de la fonction publique...
 

 

Mais trop d’interrogations demeurent quant aux réelles intentions du gouvernement notamment en ce qui concerne l’apprentissage, l’action publique sur l’ensemble du territoire...
 

 

La FSU constate qu’une fois encore à la conférence sociale, il n’est pas question de placer au cœur des questions d’actualité, les services publics et la fonction publique. Ils ne sont toujours pas placés comme un atout pour la nécessaire relance de notre pays.
 

 

 

La FSU n’accepte pas ce jeu de rôle qui ne permet ni de répondre aux enjeux posés par la gravité de la situation, ni de préparer l’avenir.
 

 

C’est pourquoi elle a décidé de quitter la conférence sociale avant son terme. Celle-ci aurait dû marquer un tournant décisif et le gouvernement aurait dû prendre en compte le mécontentement et les attentes des représentants des salariés.
 

 

La FSU attend maintenant que le gouvernement prennent des mesures concrètes pour sortir de cette situation et qu’il rétablisse les conditions d’un dialogue social de qualité et de respect mutuel des différents acteurs afin de mener les réformes dont le pays a besoin : des réformes pour davantage de justice sociale, d’égalité entre les citoyens et les territoires, et de progrès social pour toutes et tous.
 

 

La FSU juge nécessaire un rendez-vous intersyndical rapide, dans l’unité la plus large, pour faire face à la situation économique, sociale et environnementale.

 

Les Lilas, le 08 juillet 2014

Commenter cet article