Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Comment briser l’étau mis en place par l’U.M.’Pen et par l’U.E. du capital pour broyer notre pays ?

PRCF000.jpg

 

 

« Que je chante à jamais celle des travailleurs, / Ma France »… Jean Ferrat

 

Le premier tour de la présidentielle est loin d’être rassurant pour le mouvement populaire. Même si le score de J.-L. Mélenchon est honorable, même s’il est réjouissant que l’indécent Sarkozy soit en passe d’être battu au 2ème tour, il serait dangereux de se dissimuler les réalités suivantes :

 

-étroitement soumis à la funeste « construction européenne », Hollande ne propose rien d’autre qu’une « austérité juste », c’est-à-dire en réalité la soumission aux plans d’ « euro-austérité » géants qui attendent notre pays pour sauver le maudit euro des financiers ;

 

-pour l’essentiel, Marine Le Pen capitalise, pour le dévoyer vers le racisme et l’islamophobie, l’attachement légitime d’une part croissante de l’électorat populaire, à la nation française dépecée par le MEDEF sur l’autel de la « construction européenne » ;

 

-malgré son talent, Mélenchon n’a pas réussi à incarner une alternative crédible : en effet il est resté engoncé, de même que Pierre Laurent, secrétaire du PCF et président du « Parti de la gauche européenne (PGE) », dans l’illusion de « l’Europe sociale », de l’ « euro au service des peuples » et de « la BCE au service de l’emploi » : or, instruits par l’euro-casse des acquis, de la souveraineté nationale, de l’emploi industriel, du pouvoir d’achat et de la protection sociale, la majorité des ouvriers ne croit plus à ce conte de fées pour enfants sages...

 

-Si Sarkozy est battu le 6 mai (ce qui est indispensable !), le FN s’associera à l’ultra-droite de l’UMP. La nouvelle UM’Pen cherchera à devenir l’axe de l’opposition ultra-réactionnaire à Hollande. Le FN parie en effet que les directions syndicales françaises, tenues en main par la Confédération Européenne des Syndicats (cette courroie de transmission de Bruxelles) ménageront le nouveau gouvernement « hollandais ». Or, ministres PCF ou pas, ce nouveau gouvernement est par avance chargé par les maîtres de l’UE (l’Allemagne capitaliste et les marchés financiers) de « sauver l’euro » en massacrant tout ce qui subsiste des conquêtes sociales du Front populaire et de la Libération .

 

Dès lors, les militants progressistes doivent-ils s’obstiner à relayer le mot d’ordre trompeur de la « réorientation progressiste de l’Europe », qui réunit le PS, les Verts, le Front de Gauche, les syndicats affiliés à la Confédération Européenne des Syndicats et la plupart des partis d’extrême gauche ? Ne faut-il pas changer de stratégie avant que notre pays ne soit détruit par l’UE et que le fascisme (qui ne dira pas son nom) n’apparaisse à tort à des millions de gens comme l’issue permettant de sauver la nation, alors que les fascistes sont les pires ennemis de la France et de la République ? Camarades, il faut rompre avec le « prêt-à-penser » européen, c’est une question de vie ou de mort pour notre pays et pour le mouvement populaire !

C’est pourquoi le PRCF propose quelques éléments de réflexion aux progressistes qui refusent que le peuple français et la classe ouvrière soient conduits par la fausse gauche vers la plus grande défaite de notre histoire. Partons des faits, pensons par nous-mêmes, échangeons sans diaboliser les militants d’avant-garde qui osent aller contre le courant ! La vraie question n’est pas « quelle organisation dit cela ? » mais : ce qu’elle dit est-il juste ou pas ?

 

I – Voir clair sur la stratégie de l’ennemi de classe : le grand patronat veut tuer la France !

« Besoin d’aire » : le grand patronat met le cap sur la MORT DE LA France ; dans une Tribune du Monde (1er décembre 2011) L. Parisot présente « la solution (…) [qui] s'appelle Etats-Unis d'Europe, fédéralisme européen, délégation de souveraineté. (…) Il faut vouloir avancer vers un territoire reconfiguré, vers une nouvelle patrie, vers l'an 1 d'une véritable pratique de notre histoire fédérale. »

Dans le même esprit, le MES (Mécanisme Européen de Solidarité, voté par les Parlementaires français, en cours de ratification dans d'autres pays et qui entrera en vigueur en juillet 2012) place le peuple français sous la tutelle de la Banque de Francfort ; il voue les peuples à l'austérité voulue par l'UE et imposée aux députés qui voteront un budget quasi bouclé en amont, cadré par Bruxelles et la Banque de Francfort - et il y aura des amendes pour les Etats qui dépasseraient les « déficits » autorisés ;

la double tenaille sur le peuple français : -l’UMPS et l’UM’Pen ;

le sabordage des organisations de classe et le verrouillage anticommuniste du débat politique.

 

II – Pour la rupture révolutionnaire avec l’Europe du capital, isoler l’oligarchie capitaliste, rassembler le peuple de France contre l’oligarchie autour des principes actualisés du CNR.

Sur le plan idéologique, il faut se réapproprier l’idée de nation sur des bases progressistes : n’en déplaise aux groupes trotskistes et anars, il faut unir dans les luttes le drapeau rouge au drapeau tricolore, la Marseillaise à l’Internationale ; refusons d’abandonner le patriotisme à l’extrême droite, qui le dévoie en nationalisme. Comme les Communards, associons la lutte pour l’indépendance nationale à la lutte pour le socialisme ; à notre époque, sortir de l’UE, c’est forcément affronter le grand capital, c’est rompre avec la domination de l’oligarchie, c’est reprendre concrètement, non dans les mots mais dans les actes, le chemin vers le socialisme !

 

Sortons de l’euro par la voie progressiste ; l’euro est le maillon faible, si on le brise, on fait exploser les barreaux de la prison européenne des peuples ; des millions de travailleurs aideront la France à se (à les) libérer de ce carcan ; SI NOUS NE SORTONS PAS A TEMPS, ET SUR DES BASES PROGRESSISTES, de l’EURO, LA France « Y RESTERA » et le monde du travail retournera au 19ème siècle !

 

Les principes du CNR peuvent unir notre peuple bien au-delà de la « gauche radicale » ; quand le grand PCF de Jacques Duclos (dirigeant avec Frachon et Tillon de la Résistance communiste armée), de Thorez (auteur du statut de la fonction publique en 1946) de Croizat (père de la sécu, des retraites par répartition, des conventions collectives, des comités d’entreprise, du code du travail), de Marcel Paul (fondateur d’EDF et du secteur public industriel), de Joliot-Curie (reconstructeur de la recherche publique), de Wallon (rénovateur de l’Education nationale en 1945), de Fernand Grenier (qui obtint le droit de vote féminin en 45) s’adressait au peuple, il assumait toute l’histoire de la nation, comme l’avait fait auparavant le grand anti-impérialiste Jaurès. N’abandonnons pas la France à l’impérialisme, au colonialisme et au racisme, qui usurpent le drapeau bleu-blanc-rouge pour mieux détruire notre pays… et les pays africains !

 

Il faut rompre avec l’anticommunisme et avec l’antisoviétisme qui gangrènent la vie politique et intellectuelle et qui font le jeu de l’extrême droite dans toute l’Europe. Certes, on peut et on doit discuter de manière constructive de ce qui a marché et de ce qui n’a pas marché dans la 1ère expérience socialiste de l’histoire ; mais mettre l’URSS sur le même plan que Hitler, alors que l’Armée rouge fut le principal vainqueur de Hitler (comme le reconnaissait De Gaulle), c’est ouvrir un boulevard aux fascistes. Or cette diabolisation de l’URSS est inculquée aux jeunes dès l’école et malheureusement, la direction du PCF actuel a complètement capitulé devant l’antisoviétisme au nom de la « mutation ». Tant que des millions de gens continueront d’ignorer les grands acquis du socialisme, qu’une majorité de gens regrettent aujourd’hui à l’Est, expérience faite du retour catastrophique au capitalisme, la perspective du socialisme pour la France du 21ème siècle restera fondamentalement bouchée !

 

III – Ensemble, reconstruire nos outils politiques et syndicaux de classe !

- On ne pourra pas faire l’économie de la reconstruction d’un vrai parti communiste, marxiste-léniniste, proche des ouvriers, des employés, des paysans, de la jeunesse populaire, des intellectuels de progrès ; tant que le peuple français a disposé d’un tel parti, la classe ouvrière était à l’initiative et le capital était tenu en respect : militants communistes cartés ou pas au PCF, retrouvons-nous dans le débat et l’unité d’action, aidons le PRCF a transmettre et à actualiser le grand héritage communiste de notre pays et à unir les révolutionnaires pour faire renaître un vrai, un grand parti communiste !

 

-Tant que la CGT et la FSU se battaient sur des bases de classe, le patronat était sur la défensive et notre peuple avait des acquis importants. Aujourd’hui que la direction confédérale de nos organisations syndicales (qu’il faut renforcer !) s’est alignée sur l’euro-réformisme de la C.E.S., nous allons de défaites en défaites !

 

-Pas d’alignement ni de « soutien critique » à Hollande, encore moins de « ministres communistes » comme en 1995/2002 : OPPOSITION POPULAIRE ! : le « front de gauche » ne deviendra la base d’un nouveau front populaire que s’il est porté « en bas » par des milliers de comités populaires qui discuteront de la nouvelle constitution de notre pays, qui animeront les luttes, qui s’uniront sur le mot d’ordre minimal : « LE SAUVETAGE DE NOS ACQUIS et de notre pays VAUT MIEUX QUE LE « SALUT DE L’EURO » ».

 

-Au-delà du « Front de gauche », adressons-nous à tous les citoyens qui veulent sauver leur pays et qui pour cela, acceptent d’affronter, avec nos frères de classe étrangers, les capitalistes. Comme nous y appellent les Résistants du plateau des Glières, réapproprions-nous les principes du Conseil National de la Résistance : indépendance nationale, progrès social, planification, secteur industriel et bancaire d’Etat, égalité homme-femme, antiracisme et antifascisme, laïcité, coopération internationale, services publics, centralité du monde du travail dans la vie politique… l’écrasante majorité du peuple français, y compris ceux qui ne se sentent pas, ou qui ne se savent pas « de gauche », peut se retrouver dans ce projet qui ne nous éloignerait pas du socialisme, mais qui isolerait le CAC 40 et les grands privilégiés ; c’est ainsi, et non pas en criant « anticapitalisme » matin et soir, qu’on remettra à l’ordre du jour la vraie révolution socialiste, celle qui se fait par le peuple et pour le peuple !

 

-Sortir la France de l’euro et de l’UE, ce ne serait pas l’isoler, bien au contraire: en Amérique latine, Cuba socialiste, le Venezuela bolivarien, la Bolivie, l’Equateur, le Nicaragua ont coupé avec les traités supranationaux de l’Oncle Sam et ils ont construit ensemble l’Alternative Bolivarienne des Amériques, qui leur permet d’échanger d’Etat à Etat, sans passer par la « concurrence libre et non faussée » des traités capitalistes dont les européens . Il n’y a pas que l’Europe, il n’y a pas que la « communauté internationale » d’Obama et de Merkel, fauteuses de guerres impérialistes à répétition (Libye, Syrie, Iran, où s’arrêteront-ils ?), il n’y a pas que la barbare « Françafrique » de Sarkozy. Le peuple français s’émancipant de l’UE pour se reconstruire sur des bases progressistes obtiendrait la sympathie de tous les opprimés du monde. Il se tournerait vers les pays émergents (Brésil, Russie, Inde, Chine), vers l’Afrique (à égalité !), vers l’Amérique latine, vers la francophonie internationale, au lieu de se laisser coloniser par la culture unique, par la langue unique, par la pensée unique, par l’économie unique de l’Empire transatlantique !

 

-Bref, c’est une nouvelle Révolution française qu’il faut impulser en rompant avec le système capitaliste et avec ses instruments, l’euro, l’UE, l’OTAN, l’OMC, etc. au lieu de nous imaginer « changer de l’intérieur » ces instruments forgés pour nous torturer !

IV – une proposition politique à discuter et à co-élaborer ;

-Débattons à tous niveaux sans nous excommunier mutuellement : guerre au sectarisme et à l’esprit de chapelle ! Construisons la convergence d’action et de débat des communistes, le front syndical de résistance anticapitaliste, le Front de Résistance Antifasciste, Patriotique et Populaire (FRAPP !) ;

 

-pourquoi toutes les forces progressistes euro-critiques ne se retrouveraient-elles pas à l’automne sur une grande manifestation, chacune y allant sur ses propres mots d’ordre (vive le débat « en bas » !), contre le Traité de Lisbonne, contre les plans d’austérité européens (MES, TSCG, Pacte budgétaire et autre « règle d'or ») pour de nouveaux traités progressistes internationaux, et - pour ceux qui le souhaitent – pour sortir la France de l’UE sur des bases progressistes et anti-FN : le mois de septembre est propice à cette mobilisation, non seulement parce qu’il s’agit du 220ème anniversaire de la Bataille de Valmy, qui permit l’émergence révolutionnaire de la 1ère République, non seulement parce qu’il s’agit du 20ème anniversaire du Non de gauche au traité de Maastricht, - où Georges Marchais et Henri Krasucki s’opposèrent avec lucidité à la funeste « monnaie unique » - , mais parce que cela permettra de dire non SUR LE FOND au méga-plan d’austérité qui attend notre pays, que Hollande va certainement relayer (et a fortiori Sarkozy si ce cauchemar vivant est réélu !). Ce serait aussi une manière de couper l’herbe sous les pieds à l’UM’Pen en formation, à qui il faut interdire de capitaliser l’opposition !

 

V – renforcer le PRCF, c’est nécessaire pour porter ces idées nouvelles et sortir des sentiers de la défaite !

-Depuis sa fondation par des militants désintéressés qui refusaient la « mutation » suicidaire du PCF en parti social-démocrate et « euro-constructif », le PRCF a souvent conduit des batailles pionnières : refus de laisser criminaliser le communisme en Europe, défense de Cuba socialiste, défense du rôle dirigeant de la classe ouvrière, du « tous ensemble et en même temps » dans les luttes, alliance du drapeau rouge et du drapeau tricolore, construction d’un large rassemblement inspiré par les valeurs du CNR pour sortir la France de l’UE et de l’euro, bataille pour délégitimer radicalement Sarkozy, le casseur de la république, bataille lancée dès le 7 mai 2007 pour réindustrialiser la France et « produire en France » (avec les Français ET les immigrés), innombrables initiatives pour unir les communistes, unir les syndicalistes de classe, unir les vrais républicains, tendre la main au front de gauche pour le pousser à adopter une position franchement anti-UE, publication de nombreux livres, journaux et revues renouvelant l’analyse marxiste, édition d’un « programme-candidat » à l’occasion des présidentielles, etc ; et notre modeste organisation a été attaquée comme jamais, non seulement par Hortefeux et Guéant, mais par tous ceux qui ont toujours préféré la « lutte des places » à la « lutte des classes » ;

 

-Aujourd’hui nous en appelons à tous ceux qui veulent réellement venir en aide au mouvement ouvrier et à la nation républicaine en grave danger : pour porter les idées ci-dessus, on ne peut plus attendre. Il faut un PRCF plus fort. Rejoignez notre combat. Et pour ceux qui hésitent encore, abonnez-vous à « Initiative Communiste », le seul mensuel marxiste-léniniste franchement anti-UE dans ce pays !

 

Le Pôle de Renaissance Communiste en France

Commenter cet article