Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

COSATU-AF

Le syndicat de classe sud-africain COSATU quitte la Confédération syndicale internationale (CSI) et rejoint la Fédération syndicale mondiale (FSM)

 

Le 11 ème Congrès national de la confédération syndicale de classe sud-africaine, la COSATU, se tenait du 17 au 20 septembre 2012.

 

Avec le spectre du massacre de Marikana planant sur le Congrès, le débat a tourné essentiellement autour de la position à adopter vis-à-vis de l' « alliance tri-partite » formée avec le Parti communiste, allié historique de la COSATU, et surtout l'ANC, force dirigeante du processus de libération nationale.

 

L'unité réaffirmée mais sur des engagements à des « transformations radicales »

 

Le Congrès a finalement opté par une solution de compromis, réaffirmant la nécessité de l'unité du syndicat derrière le soutien à la coalition gouvernementale menée par l'ANC mais aussi l'urgence de luttes pour l'augmentation des salaires et pour des « transformations radicales » dans le pays.

 

Ainsi le discours de clôture du président réélu de la COSATU, Sdumo Dlamini, a mis l'accent avant tout sur l'unité :

 

« Dans les trois prochaines années, l'Afrique du sud connaîtra l'unité dans l'action. Les rues sud-africaines seront couvertes de tee-shirts rouges, ceux de la COSATU et du Parti communiste, ceux noir, vert et or de l'ANC ».

 

Mais le président a mis en garde contre les paroles qui ne sont pas suivies d'actes révolutionnaires conséquents, et a appelé à regarder vers les processus révolutionnaires latino-américains.

 

« Nous voulons une action résolue et non juste des paroles en l'air ; nous voulons des transformations radicales concrètes en faveur de la classe ouvrière comme trait saillant de la seconde phase de la transition.

 

La seconde phase radicale de la transition nécessite un engagement ferme à rendre le pouvoir économique au peuple. Les progrès que l'on observe au Brésil, à Cuba, au Vénézuela et dans d'autres pays d'Amérique latine et du monde sont une conséquence à la fois de luttes de plus en plus aiguës et de la détermination d'une direction révolutionnaire ».

 

Quand la COSATU quitte la CSI pour rejoindre la FSM

 

Moment fort du Congrès, le débat autour du retrait de la COSATU de la Confédération syndicale internationale (CSI), issue de la filiation avec les « syndicats libres » anti-communistes, et de son adhésion à la Fédération syndicale mondiale (FSM), héritière de la tradition d'un syndicalisme de classe et révolutionnaire.

 

L'adhésion à la FSM avait déjà été préparée ses dernières années par la décision de quatre syndicats influents : celui de la chimie (CEPPWAWU), de l'éducation et de la santé (NEHAWU) et surtout de la métallurgie (NUMSA) qui avaient tous rejoint la FSM. La procédure d'adhésion du syndicat des mineurs (NUM) était elle en cours.

 

Confrontés à une joute verbale entre les discours du secrétaire-général de la FSM, George Mavrikos, et celui de la secrétaire-générale de la CSI, Susan Barrow, les délégués de la COSATU, avec le poids décisif joué par les cadres du Parti communiste ont finalement décidé de quitter la CSI et de se rallier à la FSM.

 

Une décision qualifiée par la résolution de la FSM d'un retour à la maison : la « COSATU revient dans sa famille, cette grande famille qui lutte contre l'exploitation de classe et la barbarie impérialiste ».

Article AC


 

Source : "Solidarité Internationale PCF"

Commenter cet article

caroleone 28/09/2012 16:30


Bonjour Diablo,


 


Dic donc c'est une super nouvelle progressiste ça !!


Je suis passée à côté c'est vrai car j'avais la tête occupée ailleurs....ça me fait bien plaisir en tout cas et j'encourage fortement les autres syndicats à en faire autant car c'est tout
simplement aberrant pour un syndicat de classe de se retrouver au sein de la CSI...ché misère !!!


On a vu ce que ça donne dans les mouvements, peau de zibi comme dirait l'autre


 


Merci de relayer l'info petit diablo.


Bises et bonne fin de journée


 


caro