Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

ag-lyceenne.jpg

 

Cette année encore, l'éducation paie un lourd tribut dans la réduction des dépenses de l'état. 16 000 postes d'enseignants ont été supprimés cette année alors même que les effectifs de lycéens commencent à augmenter. Les conséquences sont les mêmes depuis 4 ans. Cependant elles s'aggravent et nous en subissons les effets de plus en plus néfastes. Classes surchargées, manque de professeurs, emplois du temps gruyère, options peu prisées supprimées, suivi individuel absent.
C'est la qualité de notre enseignement qui disparaît progressivement, et ce sont les inégalités scolaires qui vont en profiter pour bondir. Les IUFM (instituts de formation des maitres) ont été supprimés cet été. A partir de maintenant, les professeurs qui débutent leur carrière arrivent dans nos écoles sans aucune formation. A cela s'ajoute des mesures sécuritaires telles les équipes mobiles, sorte de vigiles pour lycées ou les portiques de sécurité à l'entrée de nos lycées. Des mesures qui n'ont qu'une fonction répressive et qui ne règleront donc rien.

Plus grave encore, la suspension des allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire, on ne cherche pas à comprendre et à aider les enfants qui ont parfois des raisons de fuir le lycée (rejet, violences etc.), on les punit, et on punit leurs parents par la même occasion. Va t'on vers la privatisation de l'enseignement ?

C'est fort probable.

Le capitalisme n'a pour but que de rendre l'ensemble des services publics à l'état de marchandise afin d'en tirer des profits. Partout dans le monde ce constat se confirme, on peut d'ailleurs remarquer que le nombre d'enseignants recrutés dans le privé est d'année en année plus important alors qu'il ne cesse de se réduire dans l'éducation nationale. Combien de temps l'école publique tiendra t'elle ? Réagissons !
Réforme des retraites, l'injustice de trop !
La retraite est un acquis social d’importance, qui est l’aboutissement de luttes sociales. Après la seconde guerre mondiale par exemple, le Conseil national de la résistance (CNR) a mis en place en France un système de retraite par répartition pour le droit des salariés à une vieillesse digne, protégée de la précarité, augmentant sensiblement la justice sociale dans notre pays.

Or, déjà que les pensions ne suffisent plus aux plus démunis des retraités actuels pour couvrir leurs besoins fondamentaux (maladie, logements, etc.), et que trop souvent les salariés partent de la vie active sans retraite pleine, le gouvernement veut geler leur montant, et surtout augmenter le nombre d’annuités que les salariées devront cotiser, pour allonger la durée de la vie active, sans pour autant que les retraites en soient plus importantes, au contraire, « crise économique oblige ». C’est au « bas-peuple » encore une fois de se serrer la ceinture. La précarité en sera nettement renforcée, tout comme le chômage, les aménagements spéciaux pour les métiers usants supprimés, la solidarité mise en place à travers les cotisations des salariés entre eux mise à mal…

C’est le droit de tous à une vie digne après le travail qui est attaqué, et il nous appartient aujourd’hui d’être à l’offensive tant pour protéger ce qui était nos acquis que pour revoir à la hausse des retraites déjà trop proche du niveau de pauvreté en France, quand nous savons pertinemment que parallèlement à la casse de nos retraites le gouvernement renfloue les banques de 360 milliards d’euros et protège les nombreux privilèges fiscaux des possédants, dans un pays où le taux de productivité des salariés est le plus haut du monde, et où la richesse produite augmente chaque année largement plus que les salaires et l’espérance de vie des travailleurs...
Retraités de demain, nous devons nous unir pour affronter cette réforme injuste ! Jeunes en formations, jeunes travailleurs, lycéens, étudiants, chômeurs, ce combat est notre combat dès aujourd’hui, et si nous ne voulons pas travailler toute notre vie pour une retraite de misère, nous devons nous aussi revendiquer que justice nous soit faite.

AG Lycéenne  à Nantes

Le 6 octobre 2010

Commenter cet article