Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Diablo

Roland Povinelli, le maire PS qui depuis plus de 30 ans fait régulièrement campagne sous le slogan « Allauch d’abord », (slogan qui n’a rien sur le fond à envier à l’extrême droite), vient d’annoncer qu’il fera appel pour sa prochaine liste de présentation aux municipales, à une responsable départementale de l’UMP. Ce qui n’est au fond qu’une confirmation en grand de ce qu’il a fait lors des dernières élections puisque sa liste actuelle comporte déjà 6 militants UMP dont 2 sont adjoints.

 

La différence, ce coup-ci, c’est que la démarche est officiellement annoncée dans la presse et la pressentie pour mener la tendance UMP de sa liste est une dirigeant départementale ce qui provoque une réaction du PS national…qui n’avait rien dit précédemment. Autrement dit tant que c’était fait en catimini cela pouvait passer…

 

Comme argument « le-partisan-des-allaudiens-d’abord » explique : « quelle différence y a-t-il entre un maire PS et UMP quand il s’agit de construire un stade ? »

 

Et en effet on ne peut pas lui donner tort quand on voit la manière dont vraie droite et fausse gauche gèrent les affaires tant au plan local que national.

 

Quelle différence y a-t-il entre privatisation de droite et privatisation de « gauche » ?
 

 

Et d’ailleurs plus largement quelle différence y a-t-il entre une décentralisation PS ou UMP ?
 

 

Sur l’attaque des retraites ?
 

 

Le refus de relèvement des salaires ?
 

 

La loi sur l’ANI ?
 

 

La position sur les traités de l’Union Européenne ?
 

 

Sur les questions de la paix ou de la guerre, en Libye, au Mali ou en Syrie ? _ Les attaques contre l’emploi ?

 

Effectivement Roland Povinelli a raison : fondamentalement sur les questions économiques et de gestion il n’y a guère de différence entre eux et il est étonnant que la presse s’étonne de cette phrase de bon sens. Car voyez-vous, depuis que Hollande est élu quelle mesure de « gauche » a-t-il prise ?
 

 

La seule mesure qui a fait débat entre PS et UMP (et encore pas tous !) est celle du mariage pour tous qui est une mesure que d’autres pays capitalistes (Canada, Angleterre…) ont adoptée sans que cela en fasse des pays de « gauche » pour autant.

 

Ce qui devrait étonner tout le monde c’est que des gens se réclamant de la gauche « radicale » ou de la « gauche de gauche » (sans parler de communistes) puissent encore envisager une politique de progrès social en s’alliant avec ce qu’est le PS aujourd’hui (voire avec les verts et de plus en plus avec le MODEM !).

 

Si on affirme vouloir un changement total de société, une « révolution citoyenne » il ne peut y avoir de gestion et de programme communs avec des gens qui ont des objectifs opposés et qui en sont à vouloir aménager le capitalisme et non s’affronter à lui. Question de bon sens…et de crédibilité en particulier quand la crise s’approfondit. Tout au plus juste par moments peut-on envisager des convergences ponctuelles et techniques pour éviter le pire quand c’est possible.
 

 

Sinon après il ne faut pas s’étonner que dans la dernière partielle, ce soit le FN qui profite de l’affaire Cahuzac et gagne plus de 1000 voix sur la précédente élection quand le Front de gauche en perd 500.

Gestion du système ou combat contre celui-ci ?

 

Car la question est là et pour ne s’en tenir qu’aux choix relevant de la municipalité, et pour ne prendre que quelques exemples, on pourrait commencer à reparler de clivage droite/gauche avec une liste qui prônerait :
 

 

Le retour dans le service public de tous les secteurs privatisés avec l’intervention dans la gestion des personnels concernés.
 

 

Une politique volontariste pour l’emploi et une ville point d’appui des luttes dans ce domaine comme cela devrait être le cas pour les Fralib ou les moulins Maurel voisins.
 

 

Une politique du logement qui permette aux familles populaires d’être logées sur place dans un logement de qualité et accessible (à peine 7% de logements dits sociaux à Allauch) au lieu de poursuivre le bradage du foncier à des intérêts privés.
 

 

Une municipalité qui développe les transports en commun et se fixe la gratuité pour objectif au lieu de se prononcer comme c’est actuellement le cas, pour une nouvelle rocade « aspirateur à voitures » entre deux autoroutes.
 

 

Une politique municipale qui refuse toute discrimination et ne se situe pas en territoire hostile aux quartiers environnants
 

 

Une ville qui associe à ses décisions les syndicats et associations.
 

 

Une ville qui se jumelle non avec un état pratiquant l’apartheid comme Israël mais avec un village de Palestine soumis à l’occupation.
 

 

Une ville qui se mobilise pour la paix à chaque fois que nécessaire

ELGAA plus que jamais d’actualité

C’est bien en ayant en tête de redonner du sens au clivage droite/gauche avec des propositions de ce type que s’était présentée aux dernières municipales la bien nommée liste ELGAA (Enfin La Gauche A Allauch), liste (citoyens, PCF, Rouge Vif, LCR) qui avait obtenu près de 20% des voix. 6 ans après ELGAA est toujours là et mène bataille au conseil municipal et auprès des 20 000 habitants de la commune à qui elle a encore récemment distribué un 6 pages détaillant ses critiques et propositions pour la ville. Le rassemblement qu’elle constitue, même si les sigles ont en partie changé au gré des recompositions politiques (aujourd’hui Front de gauche, NPA, Rouge Vif et des citoyens membres d’aucune organisation) est toujours d’actualité.

 

Lors de son assemblée mensuelle de juin, le sentiment qui se dégageait était que, face à ce maire populiste et rétrograde, il fallait qu’ELGAA représente à nouveau en 2014 les valeurs que l’on pourrait vraiment qualifier de rassemblement à gauche parce qu’il fait la différence entre la gestion du système et la nécessaire lutte contre celui-ci. Dans les urnes et dans la rue, au conseil municipal et dans la ville, contre les choix tant nationaux que locaux.

Dès le début septembre, lors de son assemblée de rentrée, ELGAA, devrait confirmer sa volonté de présenter une liste pour poursuivre son combat afin que continue à s’exprimer et lutter une vraie gauche à Allauch.


Source : ROUGE MIDI

Commenter cet article