Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

alba

Promue par Fidel Castro et Hugo Chavez en décembre 2004 à La Havane, l’ALBA, en tant que projet d’intégration et d’unité latino-américaine, s’est développée à un rythme soutenu. Depuis décembre 2004, des millions de personnes ont bénéficié des soins de santé, des milliers d’autres ont récupéré la vision avec l’ “Opération Miracle”. L’analphabétisme est éliminé au Venezuela, en Bolivie, au Nicaragua et en Équateur… Les Etats ont atteint un niveau d’autonomie financière et économique vis-à-vis des Etats-Unis. A ces politiques sociales, il faut ajouter des sommes énormes consacrées au soutien des petits et des grands producteurs.  L’échange commercial avance progressivement et le lancement du “Sucre”, une monnaie virtuelle, le  facilite.   L’attitude des États-Unis vis-à-vis de l’Amérique latine apparaît jour après jour comme une réaction face à la constante émergence latino-américaniste promue par l’ALBA et les positions anticapitalistes de Cuba, du Venezuela, de la Bolivie, de l’Équateur et du Nicaragua.  

L’impérialisme US ne supporte plus la politique menée par les pays d’Amérique Latine. Le pouvoir des États-Unis est chaque jour davantage remis en cause dans cette partie du monde.

Ce n’est pas le nombre de membres, ni les résultats de l’ALBA qui trouble les États-Unis. Leur inquiétude grandit parce que l’influence de Cuba, du Venezuela, de la Bolivie, de l’Équateur et du Nicaragua, est indiscutable. Sans forcer l’adhésion d’autres pays à ce projet alternatif d’intégration et d’unité latino-américaine, les gouvernements des pays de l’ALBA ont avancé dans le renforcement des relations Sud-Sud, aussi bien dans la région qu’au-delà de ses frontières, notamment avec la Chine.

La voie de l’émancipation enfin libre ?

Il serait naïf de penser cela. Le capitalisme ne renonce pas, il redoute la contagion :

- Fidel Castro attire l’attention sur le fait que “l’Empire est de nouveau passé à l’offensive”.

- Evo Morales à propos des mises en garde de Clinton, prévint que dans le cas d’une attaque des Etats-Unis, la région se transformerait en un “deuxième Vietnam”.

- Hugo Chavez affirme que l’Empire “est en train d’essayer de récupérer son arrière-cour”.

- Le coup d’État au Honduras contre le président Zelaya le 28 juin 2009, le renversement de cet homme politique conservateur qui avait osé s’écarter du chemin fixé par les USA, constitue un signal d’avertissement aux pays membres de l’ALBA.

- Au sommet de Copenhague, le Président Bolivien a lancé le défi, consistant à organiser un référendum mondial pour décider du futur de la planète et le Vénézuélien, démontrait qu’un changement de système permettrait de modifier la donne climatique, il lançait un appel aux peuples du Nord pour qu’ils se joignent à la révolution du Sud en promouvant la révolution de toute l’Humanité sur la planète.

La diplomatie de la canonnière

Le coup d’État d’avril 2002 visant à renverser le président Chavez ayant avorté, les USA passent à l’agression.

- retour de la 6ème Flotte, en juillet 2008 dans la mer des Caraïbes et les océans entourant l’Amérique du Sud.

- renversement du président Manuel Zelaya et de son gouvernement au Honduras

- allégations de coopération entre Caracas et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC)

- accord récent signé entre les Etats-Unis et la Colombie pour l’utilisation par l’armée américaine de sept bases militaires colombiennes, s’ajoutant aux deux autres déjà existantes.

- accord de Panama pour installer quatre bases militaires US dans ce pays

- ajoutons l’Initiative Mérida ou Plan Mexique, ratifié par Calderón, l’actuel Président, qui est en train de militariser le territoire mexicain à un rythme plus soutenu que prévu. 

Créer un climat d’instabilité

Le but est de renverser le Président du Venezuela soit par la création de turbulences à l’intérieur du pays ou bien par la manipulation de l’opinion publique en Colombie en faveur d’une invasion armée de ses voisins que sont l’Équateur et le Venezuela.

Le 11 décembre 2009, la Secrétaire d’État des États-Unis, Hillary Clinton, met en garde et menace ouvertement la Bolivie et le Venezuela, sur les relations diplomatiques qu’ils entretiennent avec l’Iran. “Si d’aucuns veulent flirter avec l’Iran, ils devraient en mesurer les conséquences ; nous espérons qu’ils y réfléchiront à deux fois”, dit-elle. 

Les cuisants échecs de l’impérialisme US

La mise en place de la Zone de Libre Echange des Amériques (Z.L.E.A.) ne s’est pas réalisée, c’est un échec cuisant pour les forces impérialistes.

- au Ve Sommet des Amériques, à Trinité-et-Tobago du 17 au 19 avril 2009, Barak Obama, sous la pression a été obligé de constater que l’ALBA était réellement bénéfique; de reconnaître le rôle décisif des médecins cubains, et surtout, d’entendre la demande unanime de la levée de l’embargo qui frappe Cuba.

- Le 28 octobre 2009, à l’assemblée générale des Nations Unies, les États-Unis ont subi la plus cuisante défaite face à Cuba. Des 192 pays membres de l’ONU, seuls trois d’entre eux, les États-Unis, Israël et Palau ont voté contre la réintégration de Cuba aux Nations Unies et deux se sont abstenus (les Îles Marshall et Micronésie). 

La lutte des peuples d’Amérique latine et de l’impérialisme notamment américain est désormais engagée.

source : site communistes

Commenter cet article