Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Diablo

Lu sur le blog "CanempechepasNicolas":

RAFAEL CORREA : «La tactique de la droite nord-américaine en Equateur, au Venezuela et en Bolivie est de financer des fondations pour déstabiliser les gouvernements progressistes. »

correa-equateur-2013.jpg

Quito, 8 mai 2013

Après l’ex-président Lula qui a dénoncé le rôle des États-Unis dans la tentative de déstabilisation du Venezuela à la suite de la victoire de Nicolas Maduro (1), après l’expulsion de l’USAID – un des prête-noms de la CIA – par le président bolivien Evo Morales, le président équatorien Rafael Correa a réitéré l’avertissement à l’ambassadeur des États-Unis, Adam Namm, de s’en tenir à ses attributions diplomatiques au lieu de participer à des activités politiques contre le gouvernement.

 

 

Lors de conversations avec la presse à Guayaquil, le président équatorien a écarté pour le moment d’expulser l’ambassadeur états-unien mais lui a recommandé de faire preuve de plus de respect pour le pays qui l’accueille.

 

 

Correa a qualifié d’acte grossier la participation de Namm à une activité organisée par un groupe de journalistes travaillant au sein de grands groupes médiatiques privés, adversaires du gouvernement, pour dénoncer… “l’absence de liberté d’expression en Equateur”.

 

 

"Pourquoi les autres ambassadeurs ne vont-ils pas à ces réunions ? s’est interrogé Correa. On a rarement vu autant de servilité dans le fait d’inviter l’ambassadeur des États-Unis, dont la présence ne vise qu’à créer des problèmes". Aux propos de l’états-unien qui se dit “très préoccupé”, Correa a répondu qu’il “aille se préoccuper chez lui. Et s’il veut continuer à se sentir préoccupé, nous le renverrons à Wahington pour qu’il puisse se préoccuper là-bas et nous attendrons que vienne quelqu’un qui n’est pas précoccupé pour qu’il remplisse les fonctions diplomatiques. Le dérapage de cet ambassadeur dit beaucoup de sa vision. Il croit qu’il vient nous poser des conditions. Qui lui a dit que c’était son rôle ? Pour l’heure je veux considérer qu’il s’agit d’un fait sans importance mais si cela continue, prenons garde : nous affrontons des pouvoirs immenses.”

 

 

“A tout moment, a expliqué le président Correa, nous devons subir des dénonciations de la “Commission Inter-américaine des Droits de l’Homme” (OEA), financée par Washington, alors que les États-Unis n’ont pas signé le Pacte de San José. A tout moment, l’Équateur est dénoncé au Secrétariat pour la Liberté d’Expression, financé par Washington, bien que les États-Unis ne le reconnaissent pas, sur la base de rapports jamais vérifiés de Fundamedios, également financé par Washington. Jusqu’à quand devons-nous subir ces choses ? Voyez la Bolivie : Evo Morales a déjà expulsé l’USAID (Agence des États-Unis pour le Développement International) et ici c’est la même agence qui finance Fundamedios, ils disent que ce n’est pas vrai parce qu’ils le maquillent sous une triangulation : l’USAID donne l’argent à la Fondation FARO et celle-ci finance Fundamedios. Nous n’allons pas accepter que dans le cadre d’une prétendue "coopération",  de l’argent étranger soit transféré en Équateur pour générer une opposition interne.

Cela fait partie des méthodes souterraines, a réitéré Correa : “la tactique de la droite nord-américaine en Equateur, au Venezuela et en Bolivie, est de financer des fondations pour qu’elles s’opposent et déstabilisent les gouvernements progressistes. Nous n’acceptons plus ce cirque et ce néo-colonialisme”.

Par ailleurs le Parti des Travailleurs du Brésil (parti de Lula da Silva et de Dilma Roussef) a répondu aux récentes attaques du président états-unien Obama contre le gouvernement vénézuélien par un communiqué officiel :

 

"Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a été élu le 14 avril et sa victoire a été reconnue par tous les pays d’Amérique Latine et des Caraïbes.

Le 19 de abril, Maduro est entré en fonction en présence de plusieurs chefs d’État et de gouvernement parmi lesquels la présidente Dilma Rousseff.

Les récentes déclarations du président Obama et des porte-paroles de la Maison Blanche et du Département d’État, remettant en cause le résultat des élections et se solidarisant avec une opposition responsable des actes de violence, révèlent plus qu’une ignorance des faits, ce qui constitue une ingérence inacceptable dans les affaires intérieures du Venezuela.

Le Parti des Travailleurs réaffime sa solidarité avec le gouvernement de Nicolás Maduro, avec la défense de l’ordre constitutionnel, de la démocratie, de la souveraineté et de l’autodétermination du peuple vénézuélien."

Rui Falcão, président national du PT

Iriny Lopes, secrétaire des relations internationales du PT

Valter Pomar, membre de la direction nationale du PT et secrétaire exécutif du Forum de Sao Paulo (NdT : organisation qui regroupe les principaux partis de gauche d’Amérique Latine et des Caraïbes).

Avec Prensa Latina

Traduction : Thierry Deronne

(1)   Sur la position de Lulahttp://venezuelainfos.wordpress.com/2013/04/17/defaite-de-la-tentative-de-coup-detat-lex-president-lula-critique-lingerence-des-etats-unis-dans-les-elections-venezueliennes/

 

Source : VENEZUELA INFOS

Commenter cet article