Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

guerre-algerie-cout-1958.jpg

Benjamin Stora, historien versé sur la guerre d’Algérie, a commis, le 31 octobre un article dans le Monde motivé par l’anniversaire (60 ans) du début de cette guerre. Il en est de l’Histoire comme de l’économie ou de la politique, les media ont leurs spécialistes. Et ces spécialistes sont chargés de répandre  le point de vue officiel du prêt à penser ; bref ce sont les hérauts de l’idéologie dominante. Il est donc intéressant de prendre connaissance de ce point de vue.


Notre Benjamin Stora se désole de la fragmentation des mémoires : il y a le point de vue des anciens colons, celui des Algériens indépendantistes et celui des  harkis. On sent qu’il rêve d’un point de vue unique et bien clair, l’Histoire comme science exacte. On voit aussi que le point de vue ne sont pas liés à des classes sociales mais à des groupes souvent trans-classes (les pieds noirs ou les indépendantistes).


On se souvient d’une controverse, pendant les années Sarkozy au cours de laquelle des historiens de la bonne conscience de gauche reprochaient aux textes officiels dans l’enseignement de faire la part trop belle au point de vue des colonisateurs. L’incident semble clos et l’Histoire officielle est aujourd’hui axée sur l’idée du partage des bons et les mauvais points entre les colonisés et les colonisateurs. C’est cela qui caractérise la ligne officielle de Stora, analysons le point de vue des uns et des autres, sereinement et posons-les l’un à côté de l’autre. Mettons sur le même plan la France impérialiste et l’Algérie colonisée (on pourrait faire le parallèle avec Israël et la Palestine).


Le texte est clair : « Il faut […] poursuivre le travail d'écriture de l'histoire, accorder une plus grande place aux historiens de tous bords, sans céder au tyrannisme de certains groupes de mémoire qui veulent imposer leur histoire en toute méconnaissance des faits. C'est pour ça qu'il est important de restituer l'ensemble des points de vues […] et non avoir une mémoire exclusive, univoque qui refuse la reconnaissance de la souffrance de l'autre, comme certains, tournée uniquement vers les immigrés de manière obsessionnelle. »


L’historien doit donc décontextualiser les événements, les appréhender en-dehors du contexte de classe. On regarde les faits des uns et des autres d’un point de vue qui emprunte beaucoup à la morale. C’est d’ailleurs ainsi que la guerre d’Algérie est abordée au lycée : torts partagés. Les indépendantistes ont tué, eux aussi, et comment ils ont traité les harkis !!!


Ce n’est pas comme cela que l’Histoire doit se préoccuper des guerres de libération. Toute guerre a ses victimes, et, pour la gagner, il faut tuer. Mais le principal problème, pourquoi la guerre a eu lieu, est totalement occulté par Stora et ses émules qui enseignent. L’occupation de l’Algérie par la France, le pillage de ses ressources, la surexploitation de ses travailleurs étaient-ils légitimes ? La question ne sera pas posée.


Pour COMMUNISTES, la question se doit d’être abordée complètement différemment. 

 

 

La guerre d’Algérie fut un modèle de libération d’un peuple colonisé : battu, le colonisateur dut céder. On peut y accoler le terme de décolonisation, souvent utilisé dans d’autres cas où il ne sert qu’à masquer une réorganisation des tâches (sans violence observable par Stora et consorts) effectuée par les impérialismes. Pour ce qui est de l’Algérie indépendante, ensuite, il y a quelques éléments à connaître. Le FLN constituait l’archétype du mouvement de libération nationale : tout le monde en faisait partie, des représentants de la haute bourgeoisie indigène gênée par la colonisation à des militants syndicalistes ouvriers ; des communistes à des anticommunistes  notoires, notamment les "ancêtres" de l’intégrisme actuel. Au milieu et à la direction, la petite bourgeoisie et les classes moyennes engagées dans le combat militaire. Inévitablement, ce mélange allait donner lieu à des divergences et des conflits, dès l’indépendance gagnée (et même avant). Comme ce fut le cas dans d’autres pays libérés par les armes, le FLN, de mouvement de libération nationale devint un parti unique, avec les mêmes influences contradictoires qui le traversaient. Parvenu au pouvoir avec le soutien de l’armée, Houari Boumediene tenta d’installer une forme de socialisme. Il procéda en 1971 à la nationalisation des hydrocarbures, au grand dam des sociétés capitalistes françaises. Si le mot socialisme est discutable, car il n’existait pas de parti de la classe ouvrière, on peut créditer les dirigeants algériens de cette époque d’une volonté d’établir une société collective.


Cela, pratiquement aucun lycéen n’en entend parler aujourd’hui. On leur demande de compter les points, attentat de l’OAS contre attentat du FLN, révolte armée contre putsch des généraux fascistes, sans trame, sans explication de fond. Pour "Communistes", il n’y a pas de torts partagés : les torts reposent exclusivement sur la classe dominante de l’impérialisme colonial, la France, et sur l’Etat à son service.


Le combat pour les idées est  très important et la restitution de la vérité concernant les guerres de libération nationale, particulièrement celle d’Algérie est un enjeu de taille dans ce combat.

 

source: www.sitecommunistes.org

Commenter cet article

Cros Jacques 04/11/2014 10:23


Le débat me rappelle l'accrochage que j'ai eu avec le réalisateur du film de Lledo "Algérie, histoires à ne pas dire" au cours des écahnges qui avaenit suivi la peojz=zction. Voir sur le sujet
l'aricle de mon blog auquelon accède en cliquant sur le lien 


http://cessenon.centerblog.net/4518959-Algerie--histoires-a-ne-pas-dire


Par ailleurs la situaiton des appelés n'est pas réellemetn prise en compte dans l'analyse. La FNACA s'est toutjour montrée incapable de dire que la guerre d'Algérie était une guerre coloniale
dans laquelle on avait enrpolé contre leur gré less soldats du contnggent.