Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Lettre reçue ce jour pour courriel par CommunCommune- le Blog de Diablo

 

comite-base

Pour la Construction d’un Front Populaire Antilibéral Unifié dans le Nord-Pas de Calais.

 

Chers(es) amis(es) et camarades,

 

Nous nous adressons à vous avec ce texte murement réfléchi et discuté collectivement depuis un mois, et nous prenons nos responsabilités pour avancer. Il ne s’agit pas de faire un quelconque raccourci impatient dans la construction d'un Parti « de type nouveau » capable de conduire la classe ouvrière à la victoire au niveau d’une région qui regroupe deux départements, mais « Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire » et sans volonté de vaincre, pas de possibilité de victoires.

 

De tout temps, les travailleurs et notamment ceux ici issus de la Classe ouvrière, ont su s’organiser pour faire face à une menace, et quand ils l’ont été avec discipline et unité, rien n’a pu les arrêter, même pas une armée !

 

Notre volonté est de construire et d’unifier les « volontaires » au niveau de notre région Nord-Pas-de-Calais, qui est fortement industrialisée mais aussi fortement impactée, et même sacrifiée par les effets de la crise systémique du capital, la plus longue de l’histoire.

 

Ainsi, notre proposition de bâtir un véritable rapport de force collectif dans un authentique Front Populaire afin de lutter contre les effets dévastateurs du capitalisme et de l’ultralibéralisme, n’a rien d’utopique.

 

Comme plus personne, même le parti historique de la classe ouvrière, devenu festif et européen, n’ose plus affronter le capital de face pour proposer clairement et sans détour aux masses populaires et aux travailleurs, de véritables alternatives anticapitalistes : oui nous voulons bousculer l’histoire ralentie par accommodement politicien.

 

Cela veut dire que nous voulons clairement mettre en avant : la socialisation des moyens de productions et d’échanges, qui dans un premier temps, passe par des nationalisations sans contrepartie pour les propriétaires qui possèdent les moyens de productions, pour sauver les emplois, les outils et les savoirs faire…

 

Nous proposons de créer une alternative politique collectiviste et collective, à la politique individualiste et capitaliste de sape des usines et des services publics livrés à la finance et au dogmatisme européen, mais aussi pour sauver les capacités et les compétences historiques des travailleurs, avec comme point de départ, puisqu’il en faut un, notre région Nord-Pas-de-Calais… une étape laboratoire.

 

Nous proposons à celles et ceux qui veulent nous rejoindre, adhérents ou non à un parti, une association ou un syndicat… de progrès social, auxquels ils sont fidèles… de devenir des opposants farouches et déterminés à la droite, à l’extrême-droite et à la social-démocratie et à tous les bras du capitalisme et du pouvoir financier qui accablent les masses populaires et laborieuses et font reculer la société.

 

Nous n’avons ni la crainte des agences de notations du grand capital ni la crainte du spectre malfaisant de l’Europe ultralibérale entraînée dans une folie destructrice par les monopoles financiers et les firmes capitalistes, ni la crainte des politiciens et de leurs arrangements… car aujourd’hui ou demain, nous n’avons rien d’autres à perdre que nos chaînes… comme les travailleurs grecs, espagnols ou italiens refusent de devenir des larbins du capitalisme et des banques qui pillent sans relâche ni contrôle.

 

L’indignation n’a pas d’avenir, même si chacun à raison d’être indigné, la résistance ne suffit plus, même si résister reste nécessaire.

 

Désormais il nous faut passer à l’étape de la bataille idéologique de terrain : nous sommes une classe en soi, préparons le passage à une classe pour soi, avec une offensive organisée, disciplinée et de terrain sur la base des réalités des masses populaires et laborieuses et des quartiers populaires en proie à la ghettoïsation, à la ségrégation, à l’individualisme et à la survie informelle.

 

Soyons debout, soyons volontaires, soyons déterminés à vaincre… puisqu’en face de nous se dressent des forces politiques et capitalistes, organisées et puissantes, composées d’élites, qui pour ne pas prendre sur les profits et maintenir cette division de notre classe sociale, restent sourdes aux revendications légitimes exprimées par des masses populaires et laborieuses à bout.

 

Nous ne pouvons pas ou plus admettre que, derrière la richesse apparente, derrière le faste des voitures de luxe, derrière les enseignes qui brillent et les gratte-ciel des firmes, derrière l’égocentrisme de l’aristocratie républicaine qui utilise une démocratie de pacotille au service des nantis du capitalisme… des millions de personnes souffrent en silence.

 

Et quand elles rompent ce silence, individuellement ou collectivement, elles sont qualifiées de « racailles », de « troublions », de « terroristes », de » voyous », d’«ennemies de la République» ou de « dangereux démagogues ».

 

Le syndicalisme ne suffit plus, même si sa base est sincère, il s’est bureaucratisé à sa tête… il n’invente plus, ne crée, n’analyse plus et n’écoute plus.

 

Ce syndicalisme ralentit ainsi les cycles de luttes d’une base de classe et de masses qui tente de pousser mais qui est tenue loin de la barricade voire même est exclue des débats élitistes : même le syndicalisme historique de la classe ouvrière s’est réformé et se contente désormais de son habit historique, mais ce bel habit (qui ne fait pas le moine) tombe en guenille puisqu’il n’est plus entretenu depuis 30 ans après s’être dénaturé en supprimant de ses statuts, le principe de la socialisation des moyens de productions et d’échanges et le socialisme comme seule alternative au capitalisme.

 

Quant aux forces à la gauche du PS, elles sont minées par l’opportunisme et le « politiquement correct », poussant beaucoup d’entre nous à être très méfiants, ne comprenant pas pourquoi ces forces politiques revendiquées à gauche de la social-démocratie sont incapables de s’entendre pour créer l’unité et passer à une véritable offensive collective sur des bases réellement de classe et de masses : tel est le constat que nous avons fait, pendant que les travailleurs prennent de plus en plus de coups chaque jour. [Et les dernières élections italiennes confortent ce point de vue… quitte à avoir des clowns, les italiens ont voté pour un clown populiste sans se soucier qui en réalité, se cachait derrière le fard et le nez rouge]

 

Que dit le KKE (le PC grec) :

- « Les travailleurs qui souffrent doivent prendre une décision. Ils doivent prendre conscience de leur force et avancer dans un esprit de lutte, vers la rupture, jusqu'au bout. Sinon, ils se trouveront piégés, face à un mur »

- « La classe ouvrière n'a pas valorisé tout son immense pouvoir qui réside dans son organisation de classe, sa conscience politique et idéologique »

 

Que dit le KKE à propos des fascistes :

- « L'Aube dorée, ce sont les troupes de choc nazies du système. Et, en ce sens, elle est au service de tous ceux qui veulent continuer l'offensive contre notre peuple. Il nous faut les isoler de la société, afin qu'ils ne puissent se trouver parmi les travailleurs »

 

Les travailleurs et les masses populaires ne supportent plus d’être trahis ni d’être délaissés ni d’être écartés, et nous sommes arrivés à la conclusion que ces forces de luttes sont volontairement laissées dans le flou comme une armée mexicaine, pour de basses raisons de tactiques politiciennes.

 

Comme en politique le vide n’existe pas, nous voulons combler cet espace « des laissés pour compte et des trahis » [ces majoritaires ne sont plus écoutés voire se sentent regardés comme une minorité gênante], pour rassembler des forces de progrès social dans un Front Populaire Antilibéral Unifié au sein de la région NPDC.

 

La situation nationale est grave, un très grand nombre de travailleurs pâtit de la plus longue crise de l’histoire du capitalisme, le rapport entre les classes s’aiguise. Cette situation ne peut être réglée, ni par des réformes et des taxes nouvelles, ni avec des emplâtres ou des remèdes de gourous bonimenteurs, car il est impossible de guérir le mal capitaliste en le soignant avec le mal capitaliste, lequel nous emmène fatalement vers la mort sociale, la misère de masse et le servage renaissant, le terreau fertile au fascisme montant et visible.

 

Quant à la situation internationale, elle est juchée de guerres, de coups d’Etat financiers, et de coups bas sur fond de vengeance et de reconquête des territoires libérés du colonialisme mais pas libérés du capitalisme donc toujours menacés par le pillage impérialiste avec ses ingérences et ses dérives racistes et xénophobes.

 

Notre monde actuel est divisé en deux classes qui s’affrontent : celle des exploités face à celle des exploiteurs, mais aussi en deux camps que tout oppose : celui des impérialistes à la tête des pays riches avec comme patron les USA, contre celui des anti-impérialistes qui agissent pour la défense de la paix, de la souveraineté et des peuples opprimés.

 

Les guerres « contre le terrorisme religieux » ou au nom de « la démocratie » ne sont que des leurres destinés à cacher la vérité : car la vérité est révolutionnaire et elle doit être cachée par des artifices et des duperies.

 

Nous refusons tout compromis avec ceux (le patronat « plutôt Hitler que le Front Populaire ») qui furent bourreaux des peuples puis alliés des assassins de nos martyrs et des unités de waffen-ss… et nous refusons de renier ceux qui furent les héros et les vainqueurs de la barbarie nazie dans les faubourgs de Stalingrad puis de Berlin. L’histoire est ce qu’elle est, mais les faits sont têtus et une barricade n’a que deux côtés.

 

Nous voulons préparer avec et, la classe ouvrière et les travailleurs à accomplir sans relâche ce qui est leur tâche historique, c’est pourquoi il est important de faire appel et écho chaque jour, de toutes les ressources d’initiatives créatrices de cette classe.

 

Notre tâche organisée est de tirer les masses populaires pour les unifier afin qu’elles interviennent partout et dans toutes les affaires sociales, économiques et politiques, n’en déplaise aux politiciens qui nient les réalités de la lutte des classes ou la ralentissent pour ne pas être débordés.

 

Aussi, nous devons organiser l’unité de combat, et cimenter l’action commune des ouvriers, des travailleurs, des masses populaires précarisées et des quartiers populaires, en dénonçant les théories des sociaux-démocrates et des libéraux qui perpétuent l’idée que le capitalisme est le seul système qui produit une amélioration des conditions de vie… car ces théories mensongères ne sont dites que pour atténuer les contradictions de classe et la lutte des classes elle-même.

 

Mettons tous les charlatans de la politique politicienne devant leurs propres contradictions, pour faire avancer la démocratie afin qu’elle passe de son état bourgeois actuel qui ne sert que les nantis, à l’état de démocratie populaire qui servira les masses populaires et laborieuses en priorité.

 

Nous ne pouvons ignorer la paupérisation de masse, et la situation oblige à lutter contre les effets de la libre exploitation capitaliste qui ne font que s’aggraver. Nous devons donc travailler à l’unité organisée de nos propres rangs en la renforçant avec les classes embourgeoisées ou moyennes appauvries (attirées par le FN - soyons en conscients) par des années de duperie et de rêverie

 

L’important est de faire admettre et de montrer aux larges masses de la nécessité d’un changement de cap de la politique générale qui soit une antithèse au fascisme montant, et surtout une source de progrès démocratique et social qui améliorera les conditions d’existence et repoussera l’exploitation de l’homme par l’homme.

 

« Prolétaires de tous pays, unissez-vous », car un peuple qui en opprime un autre ne peut pas être libre comme une classe opprimée ne pourra jamais être libre sans se débarrasser de son oppresseur.

 

Chers-es amis-es et camarades, il est clair et avéré, que nous ne pouvons que compter que sur nous-mêmes et sur notre propre force pour se débarrasser du rouleau compresseur qui avance et écrase tout sur son passage, broyant des droits, des histoires, des pans, mais aussi des familles… nous devons détruire la machine qui prépare le terrain favorable à la pire des dictatures des exploiteurs, qu’est le fascisme.

 

Nous sommes en capacité de proposer et d’organiser une réunion pour débattre de la création collective de cette force alternative démocratique, disciplinée et centralisée, capable de s’opposer fermement à la doctrine capitaliste et au mutisme institutionnel des partis attentistes, avec comme objectifs : unir, inventer, créer, innover, organiser, solidariser et solidifier… une véritable riposte collective et déterminée à cette politique libérale de destruction organisée de nos vies, de nos droits, de nos emplois, de nos moyens de productions et d’échanges… dans la région Nord-Pas-de-Calais. L’avenir est entre nos mains, c’est un choix de société à décider ensemble, pour nous et entre nous, car personne ne le fera à notre place.

 

Salutations militantes à toutes et tous. La Cellule Ouvrière du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais

Le 09 Mars 2013

Nous sommes en capacité de proposer et d’organiser une réunion pour débattre de la création collective de cette force alternative démocratique, disciplinée et centralisée, capable de s’opposer fermement à la doctrine capitaliste et au mutisme institutionnel des partis attentistes, avec comme objectifs : unir, inventer, créer, innover, organiser, solidariser et solidifier… une véritable riposte collective et déterminée à cette politique libérale de destruction organisée de nos vies, de nos droits, de nos emplois, de nos moyens de productions et d’échanges… dans la région Nord-Pas-de-Calais.

 

Notre avenir collectif est entre nos mains, c’est un choix de société à décider ensemble, pour nous et entre nous, car personne ne le fera à notre place.

 

Des camarades nous demandent depuis des mois de nous révéler au grand jour, ce sera chose faite. 

 

A renvoyer sur : comibase@gmail.com

 

 

En renvoyant ce coupon, j’accepte le principe d’une réunion pour débattre de ce projet :

 

Nom :................... Prénom : .............. Ville :....................... Email :............................

Téléphone:...................... Structure:.................


 

 

Commenter cet article