Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

Depuis des mois, toutes les juridictions saisies : tribunal des prud’hommes, tribunal administratif, jusqu’à la cour de cassation, la plus haute juridiction du pays, ont déclaré illégaux et sans raison économique les licenciements collectifs opérés par le groupe Continental en France depuis 2009, aussi bien la fermeture de l’usine de Clairoix que celle, partielle, de Rambouillet. De même, l’Etat, saisi des licenciements des représentants du personnel, qu’il a validés, a vu toutes ses décisions annulées.

 

continental-manif.jpg

Le groupe Continental, riche à milliards, qui se vante aujourd’hui d’avoir amassé de 2008 à 2013 les profits record de son histoire, refuse d’appliquer les accords qu’il a signés concernant les reclassements. Mais aujourd’hui dépasse toute mesure. Ainsi non content de refuser la réintégration des délégués come le tribunal administratif l’avait ordonné il entend les licencier à nouveau, sans les avoir réintégré ! C’est un message adressé à tous les salariés ou ex-salariés de Continental : le groupe est prêt à tout, à violer toutes les lois, dans l’espoir de faire baisser la tête à tout le monde.

 



Dans le même temps, d’ailleurs, Continental refuse d’appliquer toutes les décisions de justice qui concernent tous les ex-salariés de Clairoix comme ceux de Rambouillet.



De plus Continental viole tous les accords signés depuis 2009, conjointement avec l’Etat, en particlier celui signé en septembre 2012, concernant ses obligations de reclassements. Plus de la moitié des ex-salariés de Clairoix sont encore à Pôle-emploi aujourd’hui, risquant de perdre tout dans un très proche avenir.



Et enfin les salariés de Sarreguemines sont spoliés de milliers d’euros, ceux de Toulouse soumis à des attaques incessantes comme vient de le constater, avec une nouvelle condamnation, la cour d’appel de Toulouse.




Mais cette arrogance est directement liée à la passivité complice de l’Etat qui refuse de contraindre Continental à respecter ses obligations.



Les uns et les autres pensaient sans doute en avoir fini avec les travailleurs de Continental. Eh bien ils se trompent. Et c’est le sens de la marche que nous organisons le samedi 23 novembre en direction des ministères et de 

Matignon pour y transmettre nos exigences.



Nous exigeons que le gouvernement mette fin à sa passivité complice et fasse respecter à Continental les jugements et les droits des travailleurs.



Il faut mettre fin au harcèlement contre les personnes, respecter les droits syndicaux et les droits des salariés, appliquer les décisions de justice, imposer le reclassement de tous, arrêter les spoliations, rendre à chacun ce qui lui est dû.



Exiger du gouvernement et de l’Etat qu’il fasse respecter à des grands patrons les droits des travailleurs concerne bien sûr tous les ex-salariés de l’usine de Clairoix, tous les salariés de Continental, mais au-delà tout le monde du travail.


C’est pourquoi, par delà leur mobilisation propre, les ex-salariés de Clairoix, avec leur Comité de lutte et avec leurs syndicats, appellent tous les salariés qui en ont marre des attaques anti-ouvrières à leur apporter leur soutien et leur solidarité.



Nous en appelons aux confédérations syndicales, à tous les syndicats et leurs militants, ainsi qu’aux associations et partis, à leurs militants et leurs élus, pour faire leur ce combat pour les droits ouvriers.


Tous Samedi 23 novembre 2013

 à 10h15 Gare de Compiègne
à 12h00 Gare du Nord à Paris


source: http://www.frontsyndical-classe.org/

Commenter cet article