Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

prcf-logoNotre pays, le monde du travail, l’ensemble des acquis populaires en France et en Europe sont la cible d’une offensive réactionnaire sans équivalent depuis les années trente. Dominé par les marchés financiers, le capitalisme mondialisé fait payer sa crise systémique aux peuples en détruisant tous les acquis sociaux et en arasant jusqu’au droit des nations à disposer d’elles-mêmes. Sous couvert de « sauver l’euro » et de relancer une « construction européenne » de plus en plus impériale et fascisante, la souveraineté de la France est piétinée (alignement sur le très régressif « modèle » allemand, pilotage arrogant de l’UE par A. Merkel et par son complice Sarkozy, mise en place rampante d’un Etat supranational et d’un gouvernement économique franco-allemand totalement inconstitutionnel, perte du droit du parlement français à fixer librement le budget de la nation…) en violation ouverte du Non opposé par notre peuple à la constitution européenne. Le régime vassalisé et grossièrement antidémocratique de Sarkozy profite aussi de la crise pour harceler la fonction publique, les travailleurs privés d’emploi, les ouvriers immigrés et l’ensemble des salariés, toujours trop « chers » et jamais assez « productifs » au gré du MEDEF.

 

Ce gouvernement antisocial et antinational sans équivalent depuis Vichy s’attaque aussi à l’identité républicaine de notre pays. Il étouffe les communes et les départements, il détricote la « république une et indivisible » à coups d’euro-régions et de « métropoles » ; il substitue en tous domaines le business English à la langue de Molière ; il aide le MEDEF à détruire le produire en France en marginalisant des pans entiers de la classe ouvrière, de la pêche artisanale et de la paysannerie ; il saccage l’Education nationale, la fonction publique, l’hôpital public, la Sécu, la SNCF, l’EDF, la Poste, l’Equipement et les autres services publics ; il strangule les libertés et la laïcité institutionnelle ; il oppose sans trêve les « Français d’en bas » entre eux : les jeunes contre les retraités, les Français « de souche » (sic) contre les « musulmans » (sic), les salariés du privé contre les fonctionnaires, les actifs contre les malades et les chômeurs, etc. La continuité même de la nation est menacée au seul profit d’une oligarchie uniquement préoccupée par sa propre insertion dans la mondialisation néolibérale chère au FMI et à l’OMC.

 

Or face à cette casse généralisée, l’ « opposition » médiatiquement la plus visible n’offre aucune alternative. F. Hollande n’offre aucune autre perspective que l’austérité « de gauche » (sic). Le PS se garde de contester l’euro ; il légitime la « dette » artificiellement créée par les dispositifs européens et néo-libéraux ; il applaudit à l’interventionnisme néo-colonial d’un pouvoir UMP inféodé à l’OTAN. Solidement arrimé au SPD, le PS pousse les feux du fédéralisme européen, de l’ « Union transatlantique » et de l’euro-décentralisation du territoire national. Malheureusement, une bonne partie de la « gauche de la gauche » se refuse à rompre avec cette « construction européenne » mortifère : elle préfère défendre l’euro, cette arme de guerre contre les travailleurs, et l’U.E., cette prison des peuples. En cultivant les mensonges de l’ « Europe sociale » et de « l’euro mis au service des peuples », la gauche « euro-constructive » creuse le lit d’une extrême droite dangereuse, qui feint de militer pour un retrait français de la zone euro !

 

Alors que notre peuple cherche les voies du sursaut social et républicain, les conditions d’une alternative progressiste sont à notre portée. Il faut pour cela que les patriotes progressistes fassent l’effort de s’adresser ensemble à notre peuple. Il s’agit d’abord de dire clairement que nous voulons sortir de l’UE et de l’euro sur des bases progressistes, non pour isoler la France mais pour faire vivre une République sociale, indépendante, laïque, une et indivisible et démocratique, donnant une place centrale au monde du travail et coopérant à égalité avec tous les peuples du monde. Tel était l’objectif du programme du C.N.R., qu’attaquent ouvertement ou insidieusement les dirigeants de l’UE, de l’UMP et de la « gauche » établie. Il est urgent par ailleurs de « reconstituer » la République en appelant le peuple à exiger une Constituante ravivant les traditions de la Révolution, du mouvement ouvrier et de la Résistance.

 

Alors qu’un nombre grandissant de citoyens rejettent l’UE et gardent au cœur l’idéal de la République indépendante et sociale, nous pouvons briser ensemble l’euro-résignation que voudraient créer les protagonistes auto-désignés de la campagne présidentielle. Aussi proposons-nous de réfléchir à une rencontre qui permettrait d’organiser en commun à l’hiver 2012 un rassemblement unitaire pour dire ensemble : la France doit sortir unilatéralement du broyeur de l’UE et de l’euro ! Il faut reconstituer la République sur des bases démocratiques et sociales ! Il faut unir notre peuple contre l’oligarchie sur la base d’un large Front pour l’Indépendance et la République Sociale respectueux de la diversité politique du peuple de France.

 

Et pour inscrire l’action unitaire dans la durée, pourquoi ne pas réfléchir ensemble à l’organisation en septembre 2012 d’une manifestation populaire commémorant le « non » à Maastricht (septembre 92) et pourquoi pas aussi, la bataille de Valmy où l’armée des Sans-Culotte triompha déjà de l’Europe réactionnaire aux cris de vive la Nation !

 

Le Pôle de Renaissance Communiste en France

Malakoff, le 4 décembre 2011

Commenter cet article

rateau ma 17/12/2011 10:00


et pouroi faudrait-il attendre septembre 2012 ?