Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

leon-landini2.jpgUne tribune libre

de Léon Landini 

président du Pôle de Renaissance Communiste en France

---

Patriote et révolutionnaire, Hugo Chavez a su symboliser le processus révolutionnaire au Venezuela et dans le monde, ce qui lui vaut aujourd’hui encore, la haine et un tombereau de calomnies de la part des ennemis de la Révolution bolivarienne, c’est à dire des milieux oligarchiques, de l'impérialisme et de ses agents. La presse française fut en pointe dans la tentative de diabolisation d’Hugo Chavez. Alors que ce dernier a toujours été élu démocratiquement, qu'il a été l'objet d'une tentative de coup d'Etat, dirigé par les USA et le patronat local (le «président» putschiste était le président du MEDEF vénézuélien), c'est lui que Le Monde ou Libération traitent, contre toute évidence, de «dictateur» !
Parions qu'il n'y aura aucune autocritique de leur part après les campagnes de haine qu'ils ont mené contre Chavez. Non pas que le processus révolutionnaire soit un chemin de roses, dépourvu de contradictions (y compris au sein du front révolutionnaire), mais il faut savoir que ce qui fut reproché à Chavez -volontiers opposé aux dirigeants réformistes- c'est la radicalité du processus en cours au Venezuela. C’est l'anti-impérialisme et l'amitié avec Cuba, avec les frères Castro, et l'exemple qu'a donné la révolution bolivarienne à d'autres pays d'Amérique, qui ont entamé des marches vers le progrès social et la justice, ouvrant à la perspective socialiste un avenir, après la défaite historique de l'URSS.
Il faut rappeler le bilan du gouvernement progressiste de Chavez, éloquent : les progrès en matière d'éducation, d'alphabétisation, de santé et de recul de la pauvreté sont impressionnants. Le taux d'analphabétisme a chuté de 9,1% en 1999 à 4,9% en 2011. 83% des jeunes accèdent à l'enseignement supérieur. La mortalité infantile a chuté de 19,15% à 13,95%. L'espérance de vie a progressé de deux ans. Près de la moitié de la population vivait sous le seuil de pauvreté en 1999, moins d'un quart aujourd'hui. La pauvreté extrême a été divisée par deux (de 21,7% à 10,7%). Et, comme cela nous change des politiques imposées par l'UE et ses serviteurs, sous Chavez, 1 600 entreprises sont passées sous contrôle de l'État, ces entreprises qui représentaient en 2009, 30% du PIB du pays.
«Hugo Chavez a créé un système de protection sociale, il a rendu gratuit l'accès à la santé et à l'éducation, il a instauré un salaire minimum et généralisé les retraites pour le secteur informel : ce sont de vraies grandes avancées pour la population vénézuélienne, notamment pour les plus défavorisés», explique Jessica Brandler-Weinreb, doctorante en sociologie à l'Institut des Hautes Études de l'Amérique latine (Paris 3). Résultat : l'écart de revenus entre les plus riches et les plus pauvres s'est réduit - l'indice de Gini est passé de 0,46 à 0,39 en dix ans, 0 signifiant l'égalité parfaite des revenus.
Hugo Rafael Chavez Frías, a contribué au plus haut rang, à permettre à la révolution de revenir à l'ordre du jour dans le continent américain avec un rayonnement mondial. Les communistes du Venezuela et du monde furent les meilleurs soutiens de Chavez avec leur souci d'élargir les bases de la révolution et d'analyser avec lucidité la réalité des rapports de forces.

Les hommes sont mortels. Mais leur exemple leur survit et Hugo Chavez s'inscrit dans la longue chaîne de ceux qui, avec courage et abnégation, servent le peuple et consacrent leur intelligence et leur force à son service. Et le peuple est immortel, et la Révolution est immortelle car l'histoire est l'histoire de la lutte des classes. Aujourd'hui la classe ouvrière, le peuple vénézuélien s'unissent dans le deuil mais c'est pour se remettre en marche, pour approfondir le processus révolutionnaire, pour aller de l'avant vers le socialisme.
Nous saluons la mémoire de notre camarade Hugo Chavez et nous inclinons devant celui qui a combattu avec vaillance et fougue et le capitalisme, et l'impérialisme, et la maladie.
C'est cette dernière qui emporte Chavez dans l'Histoire où il a déjà une place aux côté du Libertador Simon Bolivar. Hugo Chavez vit dans chaque Vénézuélien, chaque Américain, chaque être humain qui se bat pour un monde plus juste, plus libre, plus fraternel.

Mardi 12 Mars 2013


Source : L’ECHO Haute-Vienne

Commenter cet article