Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

informations-ouvrieres

L’ÉDITORIAL d’INFORMATIONS OUVRIÈRES
par Daniel Gluckstein,
Secrétaire national du POI

 

« Dehors le mémorandum et la troïka, dehors l’Union européenne, le FMI, la Banque centrale européenne ! » Répétée sans relâche dans les grèves et manifestations, cette exigence a nourri le résultat électoral de dimanche dernier à Athènes, suscitant la sympathie des travailleurs et des peuples de toute l’Europe.


Au lendemain de ce vote, les cercles dirigeants s’interrogent sur la manière de contenir et faire refluer la résistance du peuple grec. Au sommet du capital financier allemand, on se dit fermé à toute renégociation de la dette qui menacerait ses intérêts propres. Au sommet du capital financier américain, certains voient d’un bon œil la proposition d’une « conférence européenne de la dette » (1). Il vaut mieux, disent-ils, renégocier et étaler le remboursement de la dette… à condition que le nouveau gouvernement poursuive les contre-réformes.


Hollande lui, s’est empressé de rappeler au nouveau gouvernement grec qu’il devrait « honorer les engagements » pris, autrement dit : payer la dette. A « gauche de la gauche », ceux qui prétendent s’approprier le résultat de Syriza recommandent, sous diverses formes, de baisser les taux, d’étaler les remboursements et de « réorienter la construction européenne » (2).


« Réorienter la construction européenne » ? Quelques jours plus tôt, la Banque centrale européenne avait lancé son programme de rachat des dettes publiques, à hauteur de 1 140 milliards d’euros, à raison de 60 milliards par mois (3). Tournant le dos aux dogmes qu’elle a elle-même assenés et imposés depuis plus de vingt ans, la BCE « réoriente » sa politique. De la restriction du crédit, on passe à l’abondance de liquidités (alimentée par de la monnaie de singe).


Mais c’est toujours le peuple qui paye. Il paiera quand cette inflation de monnaie fera chuter le pouvoir d’achat. Il paiera les conséquences de la spéculation nourrie par ces liquidités, quand l’éclatement de nouvelles bulles spéculatives provoquera un nouvel effondrement de l’économie. Et il devrait d’ores et déjà payer puisque ces 1 140 milliards sont conditionnés par la poursuite et l’aggravation de toutes les contre-réformes, à commencer, en France, par la loi Macron et le pacte de responsabilité.


L’Union européenne, la BCE, le FMI peuvent changer momentanément d’orientation : les intérêts sociaux qu’ils servent restent et resteront les mêmes. Respect strict des critères de Maastricht, ou emballement frénétique de la planche à billets : ce sont toujours les intérêts du capital financier qui dictent leur loi, toujours l’exigence de dégager plus de profit en prélevant sur la force de travail du prolétaire.


La réponse aux aspirations légitimes des travailleurs et des peuples se concentre en une exigence : dehors la troïka, le FMI, la BCE, démantèlement des institutions de l’Union européenne ! C’est la seule voie pour permettre aux peuples d’Europe de faire prévaloir leurs droits et leurs aspirations.


En combattant pour défaire les contre-réformes des gouvernements, les travailleurs des différents pays d’Europe, avec leurs organisations, ouvriront, par leur lutte de classe, la voie à la libre et fraternelle coopération des travailleurs et des peuples débarrassés des chaînes de l’exploitation.


(1) Proposition formulée par Alexis Tsipras lui-même.


(2) Tous s’expriment, jour après jour, dans les colonnes de L’Humanité


(3) Soit l’équivalent, chaque mois, du salaire de vingt millions de fonctionnaires français —enseignants, postiers, infirmières… — en début de carrière !


source : POI

Commenter cet article