Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

informations-ouvrieres

L’EDITORIAL d’INFORMATIONS OUVRIERES
par Daniel Gluckstein,
Secrétaire national du Parti Ouvrier Indépendant

****

 

Aux camarades qui viennent de dire que le gouvernement actuel n’est pas mieux que le précédent, je réponds que la gauche et la droite, ce n’est pas pareil, et que le prétendre revient à soutenir une position de l’extrême droite. » Cette déclaration d’un responsable syndical national (1) appelle discussion.

Peut-on ignorer les faits ? Un fait : la réforme Ayrault adoptée en Conseil des ministres mercredi dernier continue (43 annuités) et aggrave (pénibilité, comité de pilotage…) la réforme Fillon. L’ancienne ministre de Sarkozy-Fillon, Valérie Pécresse, commente à la radio : « Une réforme, c’est comme l’escalade, on enfonce un piolet et on prend appui dessus pour enfoncer le suivant. » Ainsi, Ayrault poursuit-il Fillon sur les retraites, comme Peillon continue Chatel (en l’aggravant), comme le gouvernement Hollande-Ayrault poursuit la politique fiscale du précédent, imposant plus d’un million de nouveaux foyers des plus modestes jusqu’ici épargnés.



Exposer ces faits, appeler à les combattre, ce serait « soutenir une position de l’extrême droite » ? Non. C’est cette politique de déréglementation et de contre-réformes — dont le socle est le consensus pro-Union européenne — qui ouvre la voie à la pire réaction.



A propos de consensus : on a noté l’accueil enthousiaste réservé par la presse à la victoire électorale d’Angela Merkel, proclamée « chef de l’Europe » par Le Monde. On verra dans ce journal (page 10) ce qu’il en est : la probable grande coalition (entre démocratie chrétienne et SPD), destinée à imposer de brutales mesures anti-ouvrières, ne sera pas nécessairement la voie royale semée de roses que lui promettent des médias aux ordres. La classe ouvrière allemande n’a pas dit son dernier mot.



Sur BFMTV — chaîne de télévision dédiée aux intérêts du capital financier —, un « expert » commente : une grande coalition ne changera pas fondamentalement la politique de Merkel, puisque SPD et CDU sont d’accord sur l’essentiel, c’est-à-dire le strict respect du pacte de stabilité européen et le refus de tout renflouement excessif des pays en faillite. Et en France, lui demande-t-on, quelles conséquences ? Réponse : le gouvernement français devra comprendre qu’il n’a plus le choix, qu’il lui faut aller jusqu’au bout de la réforme des retraites et de la Sécurité sociale, et, sous toutes les formes, abaisser le coût du travail et réduire les dépenses publiques.



En France comme dans toute l’Europe, n’est-ce pas ce consensus qui, voulant tout sacrifier au « sauvetage de l’euro », menace d’effondrement les fondements de la démocratie ?



C’est prendre une grave responsabilité que de vouloir enfermer les revendications ouvrières dans la subordination à un gouvernement qu’on nous présente comme « différent », puisque « de gauche », alors que, chacun le constate, il se contente de continuer, en pire, la politique de Sarkozy dans le cadre fixé par la Banque centrale européenne et le FMI.



Seule l’indépendance politique de la classe ouvrière, refusant toute subordination à ce gouvernement aux ordres du capital financier, et se libérant du carcan de l’Union européenne, ouvrira la voie à une solution conforme à la démocratie et aux besoins de l’immense majorité.



Ces questions, et le débat qu’elles appellent, sont au centre des meetings du Parti ouvrier indépendant.

Le 25 sptembre 2013
(1) La semaine passée, lors d’une réunion convoquée en commun par les organisations syndicales qui, dans la localité concernée, avaient appelé au 10 septembre pour le retrait de la réforme Ayrault.

 

Source: POI

Commenter cet article