Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

photo-jlComment et avec qui François Hollande a préparé son programme qui sera présenté le 3 juillet 2012 à l’Assemblée Nationale… par Jean Lévy

Le Monde , daté du 29 juin 2012, a publié un « récit », c’est le terme employé par Dominique Gallois et Frédéric Lemaître – ses signataires -, d’un dîner offert par le président de la République, François Hollande, le 11 juin dernier à l’Elysée, à quelques grands patrons du CAC 40, du côté français, et du BDI, le MEDEF allemand.

La délégation d’outre-Rhin est menée par Gerhard Cromme, président des conseils de surveillance de Siemens et de Thyssen-Krupp, assisté de Peter Löscher (Siemens), Paul Aschleitner (Deutsch Bank), Johannes Teyssen (E.ON),  et de Hans Peter Keitel, président du BDI (le MEDEF allemand).

Du côté français,  cornaqués par M.Beffa, ancien PDG de Saint-Gobain (et membre du conseil de surveillance du Monde, c’est le journal qui le précise…), se retrouvent Pierre-André de Chalendar (Saint-Gobain),  Gérard Mestrallet (GDF-Suez), Jean-Pascal Tricoire (Schneider), Thierry Breton (Atos), et Henri de Castries (Axa).

Ce déjeuner fait suite à une semblable réception accordée, début mars,  par le candidat Hollande à ses commensaux patronaux, alors dans un lieu discret et non relayée par nos médias. On les comprend…A ce premier entretien, assistaient Emmanuel Macron, associé-gérant chez Rothschild et Cie, aujourd’hui secrétaire-général adjoint de l’Elysée, et Stéphane Le Foll, devenu depuis ministre de l’Agriculture…

Comme l’écrit justement Le Monde, « Cette rencontre vaut symbole ». Et le journal poursuit : « Il n’y avait aucun propos polémique, tout a été dit de façon constructive, résume l’un des patrons. Tous sont d’accord, il faut sauver l’euro ».

Dans cette ambiance d’aimable complicité, les représentants de la grande industrie allemande font la leçon au candidat socialiste à la présidence de la République, lors de leur première rencontre, en mars dernier :

« Soyez le Gerhard Schröder français, monsieur le Président ».

Cela se traduit, dans le langage policé de ces messieurs, par :

« Nous avons fait un tour d’horizon de ce qui s’était passé en Allemagne depuis la réunification (l’annexion pure et simple de la RDA par la RFA), afin d’expliquer comment le pays affaibli avait été remis sur la bonne voie grâce aux réformes de Gerhard Schröder, entamées en 2002 ».

La politique à suivre est donc claire : réaliser en France la casse de toute la protection sociale, à l’instar de ce qu’a fait en Allemagne l’ex-chancelier du Reich.

Le Monde décrit la scène :

« Chacun y va de sa réflexion, évoquant la différence des charges salariales entre les deux pays, vantant le modèle allemand de l’apprentissage ou le recours au chômage partiel et la flexibilité du travail ».

Et de poursuivre :

« Nous sommes face à un président qui écoute et prend des notes, confirme un participant. Et qui n’hésite pas à se faire préciser tel ou tel point, renchérit un autre ».

La conclusion du quotidien du soir vaut morale de l’histoire : « Quoi qu’il en soit, la composition du tour de table ressemblait un  peu à celle d’un conseil d’administration de Saint-Gobain avec quatre d’entre eux : Jean-Louis Beffa, Pierre-André de Chalendart, Gerhard Cromme (patron de Siemens et Thyssen-Krupp, rappelons-le), et Gérard Mestrallet, relève un participant. Sans parler du conseiller technique industriel de l’Elysée, qui vient aussi de cette entreprise ».

Ainsi, par deux fois, sans que l’évènement soit divulgué, durant la campagne électorale et, une fois élu,  à l’Elysée, le président de la République se fait dicter son programme par des grands patrons des deux côtés du Rhin !

 Cela n’apprend rien à tous ceux qui ne sont jamais fait d’illusions sur le « changement » annoncé par François Hollande, à tous ceux – et ils sont des millions et des millions – qui n’ont pas voté pour lui au second tour, ou qui ont utilisé leur bulletin de vote pour, d’abord, chasser Sarkozy.

Mais la relation des rencontres élyséennes devrait ouvrir les yeux à tous ceux qui pensent que la « gauche » au pouvoir, c’est moins pire que la droite.

Une fois de plus, nous répétons que ceux qui gouvernent effectivement ici comme dans tous les pays européens, sont ceux qui détiennent la pouvoir économique, l’oligarchie industrielle et financière, qui a fait main basse sur nos richesses pour en tirer le plus grand profit.

Le grand capital - il faut l’appeler par son nom - comme la noblesse avant 1789, pille le Trésor public, impose ses hommes aux leviers de commande et considère la France comme son bien propre.

Ce n’est pas la couleur de l’équipe qui les sert qui fera changer les choses.

Le Monde vient d’en faire la démonstration.

Jean Lévy

Commenter cet article

cotty 02/07/2012 20:12


Merci Jean Levy la connivence étroite qui lie le patronat Allemand et Français avec François hollande est flagrante! dans ce cas la social -démocratie fera le lit de l'exrême droite
frontiste aux prochaines élections! A moins d'un mouvement populaire sans précédent qui peut changer le cours de l'histoire des peuples Européens.Mais cette hypothèse semblerait à ce jour pas
réunie..