Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Diablo

manifestation-bangladesh.jpg

Le désastre humain a révélé toute l'hypocrisie des pays occidentaux, et de leurs multi-nationales, pour qui la liberté se limite à la libre-entreprise et s'arrête aux portes de la liberté d'expression, de manifestation, d'organisation syndicale.

 

1127 morts au dernier décompte macabre : la catastrophe humaine vécue au Bangladesh a dévoilé les conditions d'esclavage moderne des ouvriers du Bangladesh devenu, avec la Chine, l' « atelier du monde » dans le secteur textile.



La catastrophe a ému les travailleurs du monde entier, a enragé les ouvriers et ouvrières locaux qui réclament désormais non seulement des normes de sécurité fermes mais aussi l'expropriation des employeurs et enfin la liberté d'organisation syndicale.



Car les grandes firmes occidentales comme Benetton, H et M ou Carrefour ont choisi le Bangladesh comme terre d'élection pour deux raisons : le pays offre le coût du travail le plus bas au monde (1 $ par jour) ; le gouvernement assure un environnement favorable aux entreprises.



Favorable aux entreprises, cela veut dire peu d'impôts, pas de cotisations sociales patronales, aucun droit du travail contraignant, et surtout répression de tout mouvement syndical organisé.



Au Bangladesh, la répression contre le mouvement syndical est constante : le droit de grève n'est pas reconnu dans les « services essentiels » ; la syndicalisation impossible dans le secteur public mais limité dans le privé à la reconnaissance par les autorités de l'organisation syndicale.



Dans le secteur textile, la situation est encore plus simple : le droit à la liberté syndicale est proprement nié.



La présence d'une organisation aurait, selon plusieurs voix concordantes, sans doute permis de défendre la sécurité sur le lieu de travail, organisé un droit de retrait des salariés au vu des conditions de plus en plus périlleuses de travail, telles que constatées avant la catastrophe.



La portée de la décision adoptée le 13 mai ne doit pas être sur-estimée mais elle vaut pour son symbole : les 4 millions de travailleurs du textile se voient enfin reconnaître le droit à l'organisation syndicale sans autorisation préalable de l'employeur.



Cette mesure s'inscrit toutefois dans une volonté de faire descendre la pression au moment où la colère des ouvriers sur place monte. Dans le même temps, le gouvernement annonçait la fermeture de 18 usines pour raisons de sécurité.



Cette mesure ne doit soulever aucune illusion. Le droit de grève et les droits syndicaux étaient censés être reconnus en droit, mais contredits en pratique par la complaisance de l'Etat avec les multi-nationales, par les multiples réserves à leur application, les rendant inopérants.



Ce que la catastrophe révèle, ce que cette annonce médiatique dévoile, c'est ce que la mondialisation capitaliste est prêt à détruire au nom du profit :



les salaires, les droits sociaux, les services publics pour les travailleurs exploités du cœur ; les droits fondamentaux et la vie pour les travailleurs de la périphérie super-exploités.



Rappelons cette citation du Capital (chapitre XXXI), reprise d'un économiste anglais du XIX ème siècle, d'une tragique actualité :



« Le capital abhorre l'absence de profit ou un profit minime, comme la nature a horreur du vide. Que le profit soit convenable, et le capital devient courageux : 10 % d'assurés, et on peut l'employer partout; 20 %, il s'échauffe !, 50 %, il est d'une témérité folle; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines; 300 %, et il n'est pas de crime qu'il n'ose commettre ».



Identifier le taux de profit des multi-nationales du textile, c'est comprendre jusqu'où elles étaient prêtes à aller dans le crime et l'horreur humaine.



Face à de telles crimes, l'indignation humaniste n'est qu'une première prise de conscience. Elle doit mener à l'action politique révolutionnaire visant au renversement de ce système inique.

 

Article AC

 

Source : Solidarité Internationale PCF

 

Commenter cet article