Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Le Diablo

Valls-hollande.jpg

Dans un premier temps, euro-austérité pour tout le peuple sur fond de cadeaux géants au M.E.D.E.F.. Saignons l’hôpital public, déjà exsangue, la Sécu, méconnaissable, saccageons l’Education nationale, l’Université, l’Equipement, la S.N.C.F., les retraites par répartition et les autres acquis du C.N.R.. Surtout, restons évasifs sur les « contreparties » demandées au M.E.D.E.F. pour amuser la galerie ; au lieu d’utiliser, comme il serait logique, l’argent public pour créer des emplois publics, au lieu de nationaliser les banques et les grands groupes industriels décadents pour sauver le « produire en France » et permettre à la Nation de retrouver sa mise, prenons aux Français pauvres et moyens pour donner toujours plus aux riches. Lesquels en profiteront aussitôt pour expatrier leurs surprofits, pour spéculer et pour accélérer l’AUTRE valse : celle de l’évasion fiscale, des délocalisations et des privatisations…

 

 

Dans un deuxième temps, achevons de désarticuler la France républicaine en brisant les départements et les communes, en accélérant – sans la moindre consultation du peuple – la « länderisation » du territoire national à coups d’euro-métropoles, d’euro-régions transfrontalières, d’éviction de la langue française au profit du tout-anglais et du féodal-régionalisme séparatiste. Surtout n’oublions pas, pour faire passer tout ça, de crier à tue-tête : « vive la France ! » et « dehors les Roms ! » !

 

 

Dans un troisième temps, parachevons le « saut fédéral européen » : mettons-en place, comme le commande P. Gattaz, notre bon Monsieur à tous, les ultimes « transferts de souveraineté » vers Bruxelles et vers Berlin ; construisons – là encore sans le moindre mandat populaire ! – les Etats-Unis d’Europe pilotés par Merkel ; négocions – secrètement ! – le Grand Marché Transatlantique ; enfin, prenons la tête du « Drang nach Osten » (la ruée vers l’est, en « français » médéfien : « besoin d’aire ») de l’O.T.A.N. : bref, annexons l’Ukraine, menaçons la Russie, soutenons les néo-nazis de Kiev, bénissons le gouvernement fasciste de Budapest, recolonisons – plus dur à dire qu’à faire hélas, car les peuplades locales résistent absurdement… – l’Afrique et le Proche-Orient. Et crions, pour dissimuler la chose aux yeux des braves gogos de la « gô-gôôôche » établie, « vivent les droits de l’homme » !

 

 

Mais nous, le peuple de France, nous n’avons plus envie de danser cette valse berlino-viennoise.

 

C’est pourquoi nous refuserons d’ouvrir le bal des européennes en cautionnant de notre vote un gouvernement antinational, antipopulaire, antidémocratique, qui déshonore la France et la référence au « socialisme ». Et si, comme on peut l’espérer, le monde du travail se rebelle en boycottant massivement cette caricature d’élection supranationale, dont le seul enjeu est de cautionner ou pas par notre vote l’Empire euro-atlantique en gestation, il se pourrait qu’assez vite (cf.les luttes de masse en Espagne, en Allemagne et bientôt chez nous ?), les actuels « chorégraphes » de l’U.M.P.S. et de l’U.M.’Pen soient contraints de DANSER à leur tour :  La Carmagnole, s’il ne tient qu’à nous: et pour cela, pas besoin de « manuel », avec ou sans majuscule : car une fois mis en appétit par l’abstention citoyenne de classe et par les luttes de masse contre le pacte Hollande-M.E.D.E.F., notre peuple aura tôt fait de réapprendre par lui-même à faire danser « les ours savants de la social-démocratie », pour reprendre le mot du jeune Louis Aragon.

 

source: http://www.initiative-communiste.fr/

Commenter cet article