Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Le Diablo

informations-ouvrieres

La réforme territoriale est mal partie », titre Le Figaro (13 mai 2014). C’est un fait : la réforme territoriale dont nous traitons dans ces pages est une véritable bombe. De toutes parts, les élus la rejettent, de droite comme de gauche, y compris des responsables du Parti socialiste. Même des partisans de l’austérité trouvent que cela va trop vite, trop fort.

 

Disparition des départements, fusion des communes, explosion de la République et pacte d’austérité contre les travailleurs, leurs droits, leurs garanties : tout est lié.

 

Dans l’interview qu’elle donne à ce même quotidien, la directrice d’un « think tank » appelé Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (iFRAP) est claire : la suppression des départements a pour objectif de « réduire la masse salariale ».

 

A cet effet, elle propose de supprimer 56 000 des 360 000 emplois des agents des départements. Quant aux 300 000 autres, ils « ne changeraient pas de travail, juste d’employeur ». Rien que ça : changer d’employeur, donc de statut, et perdre au passage leurs garanties collectives !

 

S’agissant des missions des départements, ce serait l’occasion de les disperser, et surtout… de les supprimer. Avec une cible : c’est « surtout la Sécu qu’il faut centraliser et régionaliser. Caisse d’allocations familiales, centres communaux d’action sociale, pôle social départemental, il convient en priorité de s’attaquer au mille-feuille social départemental. »

 

Supprimer les départements permettrait donc tout à la fois de liquider les emplois par dizaines de milliers, de démanteler les services publics et de porter un coup majeur à la Sécurité sociale de 1945, fondée sur le salaire différé garantissant la solidarité ouvrière. C’est la noire réaction. Le terme n’a rien d’excessif. Le sujet « est très sensible », reconnaît la directrice de l’iFRAP, car « derrière cette strate administrative et politique se trouve (…) une histoire qui remonte au XVIII ème siècle » . Quel XVIII ème siècle ? Avant ou après 1789 ? Les départements, comme les 36 000 communes sont un héritage de la Révolution française et des premières conquêtes de la démocratie politique dans notre pays.

 

C’est, au sens littéral du terme, une véritable offensive contre-révolutionnaire dans laquelle s’engage le gouvernement Hollande-Valls qui prétend démanteler à la fois les conquêtes de 1789-1793 et celles de 1945 (Sécurité sociale).

 

Faut-il s’étonner que cette politique qui attaque à la hache droits ouvriers et garanties démocratiques provoque un immense rejet, qui s’exprime sur le terrain de la grève (du 15 mai notamment) comme dans la mobilisation croissante des élus ? Que ce rejet se traduise dans la vague d’abstention massive qui s’annonce pour les élections au prétendu Parlement européen est logique : réforme territoriale comme pacte de responsabilité, tout part de Bruxelles et tout y revient.

 

L’urgence est à bloquer cette offensive. Ce premier pas conduira à la reconquête de la démocratie et de la République. Ce qui appellera l’élection d’une Assemblée constituante par laquelle le peuple souverain mettra à bas les institutions de l’Union européenne et de la V ème République pour établir une véritable démocratie à tous les échelons, de la commune au département et à la République.

 

Le chemin vers cette reconquête passe par la réalisation du mouvement d’ensemble de la classe ouvrière et de ses organisations balayant le pacte de responsabilité et la réforme territoriale.

 Le 14 mai 2014 
 Daniel Gluckstein,
Secrétaire national du POI.
 
 source 

Commenter cet article