Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

Ces gros bonnets ils étaient ensemble côte à côte,  en tête de la manifestation de samedi qu’ils avaient organisée. Les leaders régionaux du MEDEF, cette organisation patronale réactionnaire, étaient là. Les dirigeants bretons de la FNSEA, cette Fédération des Syndicats agricoles, étroitement contrôlée par les gros propriétaires, marchaient à leurs côtés. On y trouvait aussi, main dans la main, des patrons licencieurs, des politiciens de l’UMP, d’autres du Front National etc… On y trouvait même  FO et Philippe Poutou du NPA.

 

 

Tout ce beau monde donnait le ton, lançait des mots – d’ordre servant les intérêts du patronat et des gros agriculteurs locaux. Tout ça pour défendre le peuple !

 

 

 

Thierry MERMET est le Président de la FNSEA Finistère. Il a osé dire aux manifestants : «  Une union sacrée est en train de se mettre en place en Bretagne ». Lui et les siens devant et le peuple derrière, leur « union sacrée » c’est ça. On connait. « C’est le mariage de la carpe et du lapin » s’est réjouit le journal réactionnaire  « Le Figaro ».

 

 

Toutes ces organisations prennent en otage et détournent le mécontentement réel d’une grande partie de la population à des fins politiciennes. Ce combat patronal n’est pas celui des salariés.

 

 

Les patrons et les gros propriétaires agricoles unis avec les ouvriers et les paysans ? Quelle imposture ! Ce sont eux qui ferment les usines. Des exemples ? En quelques mois 8.000 licenciements : Doux, Gad, Tilly, Boutet, Nicolas…

 

 

La société Doux fustige la production volaillère brésilienne. N’oublions pas que ces capitalistes ont négocié  avec l’Union Européenne et l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) la libéralisation totale de ce secteur. Elle a su tirer profit des subventions européenne jusqu’au bout, elle a bien joué le jeu du dumping social et de la mondialisation capitaliste en rachetant Fragosul, entreprise…brésilienne. Doux a déjà supprimé 1 millier d’emplois.

 

 

Gad est un abattoir porcin. Son propriétaire, la CECAB, s’est octroyé 10 millions de dividendes en 2008. Importante coopérative légumière, elle a élargi ses activités jusqu’en Russie ou au Brésil. Là encore, les règles capitalistes du marché mondial et le dumping social ne lui font pas peur. GAD licencie mais emploie des intérimaires roumains fournis par une agence d’intérim... roumaine. 

 

 

L’usine finistérienne  Marine Harvest à Poullaouen,  transformait le saumon d’élevage norvégien en saumon fumé, désormais délocalisée en… Pologne. Numéro un mondial du saumon fumé, elle annonce la fermeture de deux de ses sites bretons, 400 emplois de moins. Un plan qui intervient alors que la société vient de déclarer, un bénéfice opérationnel de 111 millions d'euros.                                                                   

 

 

Licenciements dans l’automobile, la construction navale, chez Alcatel…

 

 

Cette casse  organisée est un gâchis pour l’économie, pour les femmes et les hommes qui sont les victimes de la frénésie capitaliste a la course au profit. Ce gâchis engendre colère, désespoir et mécontentement. Europe, mondialisation, dumping social, il n’y a rien de spécifique à la Bretagne Les socialistes, l’UMP  ont voté la totalité des traités européens, les accords de l’OMC… Le FN qui est pour le capitalisme,  sont tous responsables de la situation.

 

 

Non, les initiateurs de la  manifestation du 2 novembre 2013 à Quimper ne portent pas les revendications des salariés. Les casseurs bénéficient d’une quasi-impunité. Les meneurs de Pont de Buis paradent devant les télés,  ne sont même pas inquiétés. Alors que les syndicalistes comme les 5 de Roanne sont envoyés devant les tribunaux pour avoir défendu l’emploi.

Un détail : c’est le patron de l’entreprise Armor Lux dont la plupart de ses produits sont fabriqués à l’étranger, notamment au Maghreb, qui faisait vendre  les bonnets rouges !

 

La  colère et la détermination  sont grandes aujourd’hui en Bretagne, comme dans toutes les régions.

 

 

Pour les organisations syndicales, la Bretagne est un appel urgent à l’action. Elles doivent organiser et mobiliser les salariés pour le maintien de l’emploi industriel, les salaires, permettre aux salariés de se retrouver pour lutter ensemble, pour faire aboutir leurs exigences, pour s’opposer aux fermetures des entreprises, à la casse des services publics et de la protection sociale. Les organisations syndicales doivent appeler l’ensemble des salariés au combat. Le temps presse.

 

 

De ces luttes peuvent surgir l’espoir et le changement, une remise en cause du système capitaliste.

 

 

Les salariés et les populations sont déterminés à résister, lutter et gagner. C’est donc la poursuite et le renforcement de l’action qui est nécessaire, y compris la grève et le blocage des sites.

 

 

Il faut engager dans tout le pays des actions comme celle de CARHAIX, celle des 5 de ROANNE.

 

 

Il faut reconstruire une filière agroalimentaire avec une production de qualité qui respecte l’homme et son environnement, une industrie agroalimentaire qui soit sous le contrôle de la nation, des paysans et des salariés eux même.

 

 

Le système capitaliste entraîne la pauvreté et une misère grandissante de la population.

 

 

La défense des droits sociaux les plus élémentaires, un emploi stable et bien payé, un logement, des soins de santé et une bonne retraite, requiert une lutte consciente de la classe ouvrière et de tous les salariés pour la construction d’un nouveau systéme : le socialisme.

 

 


Source:http://www.sitecommunistes.org/

 

 

Commenter cet article

caroleone 06/11/2013 10:11


Bonjour Diablo,


 


Elle est bien cette analyse, je te l'ai reprise en lien ainsi que celles de Roger qui vont dans le même sens.


Bonne journée


Et bises


 


caro

Photos-34 06/11/2013 10:11


Bonjour,


Hé oui, il faut informer, toujours informer pour arriver à faire comprendre la réalité au gens.


La premiere affiche, celle de l'homme qui casse la télé m'a beaucoup plu.


j' adhère totalement, comme dailleur je trouve que les bonné rouges en ont de grosses contrairement au reste de la population.


Seule l'action compte.


Résistons.


Photos34