Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

bertrand-renouvin

Misère de la communication. Depuis les derniers jours d’août, le bruit médiatique a recouvert de manière particulièrement assourdissante les événements majeurs qui pèseront longtemps sur le cours de notre histoire.

 

Le nouveau gouvernement, formé le 25 août à la suite des dérapages verbaux d’Arnaud Montebourg ? Après des dizaines d’heures de bavardages radiotélévisés, on constate simplement que MM. Hollande et Valls se sont débarrassés d’un gêneur qui parasitait la ligne officielle et agaçait fort Berlin.  Gagner en tranquillité et donner un gage supplémentaire à l’Allemagne, le coup double était à la hauteur des ambitions du gouvernement. Autre calcul : maintenir Christiane Taubira et promouvoir Najat Vallaud-Belkacem afin de certifier l’orientation à gauche du gouvernement tout en offrant aux racistes leurs cibles préférées. A chaque insulte venant de Minute, de Valeurs actuelles et de diverses officines, Manuel Valls volera au secours des proies complaisamment offertes et brandira l’étendard de la gauche outragée. Pour le reste, qui est l’essentiel, la messe ultralibérale est dite sous les applaudissements du patronat. J’allais oublier Emmanuel Macron qui scandalise tant de militants socialistes : comme Jean-Pierre Jouyet, c’est un fondé de pouvoir du capitalisme financier, qui appliquera la ligne fixée à Berlin où ce bon élève a su se faire bien voir.

 

Les journées socialistes de La Rochelle ? Petites manœuvres, petite fronde, petits sifflets et un discours médiocre du Premier ministre devant des élus et des apparatchiks qui dépendent pour leur carrière de la survie du Parti « socialiste ». L’important, les 30 et 31 août, c’était le sommet européen de Bruxelles qui aurait mérité des commentaires et des débats pointus. Il y avait de quoi dire ! Ce sommet a souligné l’échec de la tactique de François Hollande : se soumettre au plus fort pour qu’il accorde des concessions. Hélas ! Le fort en position de force a trop souvent coutume d’exiger toujours plus d’abaissement parce qu’il ne voit pas de limites à sa force. De fait, c’est le candidat de l’Allemagne, Jean-Claude Juncker, qui préside la Commission européenne. C’est le candidat de l’Allemagne, Donald Tusk, qui a été élu président du Conseil européen. C’est le candidat soutenu par l’Allemagne, Luis De Guindos, qui présidera l’Eurogroupe en 2015. Ce sont des Allemands qui président le Parlement européen, le Mécanisme européen de stabilité, la Banque européenne d’investissement, la Banque européenne de reconstruction et de développement.  Alors que François Hollande annonçait qu’il voulait plus de croissance en Europe, il a laissé Berlin corriger le communiqué final dans le sens qui convenait à la Chancelière et reporter sans date précise le sommet de la zone euro demandé par le président français.

 

L’affaire Trierweiler ? C’est un piège qui se fermera chaque fois qu’on voudra attribuer le statut fictif de « première dame » à une quelconque maîtresse. Cela ne valait pas le déluge de bavardages qui a rejeté dans l’ombre le sommet que l’Otan tenait à Newport les 4 et 5 septembre. François Hollande y fut, comme à son habitude, lamentable. La veille, il avait annoncé la suspension de la livraison du premier porte-hélicoptère Mistral au mépris du contrat signé avec la Russie et après avoir annoncé en juillet qu’il serait livré comme prévu. Celui qui porte le titre de président de la République a cédé aux injonctions américaines pour ne pas avoir à subir, sur place, les pressions de certains Etats. On s’asservit pour être tranquille dans les réunions… Le sacrifice de nos intérêts nationaux à court et à long terme est évident et l’alignement sur l’Otan, bras armé de la politique américaine, est total. Ceci en faisant mine d’oublier que Washington porte, en Afghanistan, en Irak, en Ukraine, la responsabilité de désastres patents.

 

C’est ainsi que le bruit médiatique ne cesse de couvrir les débats essentiels. Ce qui est évacué de l’avant-scène ne disparaît pas pour autant. Les reniements du hollandisme mettent en fureur d’innombrables citoyens qui n’attendent rien du pacte de responsabilité, qui comprennent que l’euro engendre la déflation et qui ont définitivement cessé de croire qu’un sursaut pourrait venir de l’UMP ou du Parti « socialiste ». Les candidats qui pensent pouvoir récupérer cette fureur feraient bien de se méfier. Même et surtout Marine Le Pen, si sûre d’elle-même en cette rentrée. 

Editorial du numéro 1061 de « Royaliste » – 2014

Commenter cet article