Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Communiqué

Le ministre du budget vient d’annoncer de nouvelles mesures d’austérité qui vont mettre à mal la situation du logement en 2011. A nouveau, ce sont les ménages modestes et le logement social qui sont attaqués. La Confédération Nationale du Logement dénonce vigoureusement cette aggravation de la crise du logement.

Le gouvernement a décidé de supprimer la possibilité, pour les étudiants et leurs familles, de cumuler l’Aide Personnalisée au Logement et la demi-part fiscale attribuée pour enfant à charge. Alors que les jeunes rencontrent d’énormes difficultés pour accéder à un logement et qu’ils doivent souvent compter sur les solidarités familiales pour financer leur logement dans le cadre de leurs études, une telle mesure est totalement injuste et scandaleuse.
Pour la CNL, cette annonce est d’autant plus insupportable que les aides au logement n’ont pratiquement pas été relevées depuis des années et que le nombre de ménages en situation d’impayés ne cesse d’exploser.

Par ailleurs, la confédération Nationale du Logement dénonce vigoureusement la chute vertigineuse des financements pour le logement social. En effet, il est prévu que les aides à la construction chutent de 74% entre 2010 et 2011, alors qu’elles sont déjà à un niveau historiquement bas. De plus, le gouvernement va continuer de ponctionner le 1% logement pour financer l’ANAH et l’ANRU, à hauteur de 1.25 milliard d’euros par an. C’est, à nouveau, un véritable hold-up, un détournement de la mission de cette institution et des moyens financiers en moins pour le logement social.

Pour la CNL, le plan de rigueur est en marche et frappe les couches populaires ainsi que les secteurs sociaux et publics.

Alors que le pays traverse une crise économique et sociale sans précédent, le gouvernement poursuit sa désastreuse logique de désengagement total de la construction et de la réhabilitation du logement social en France en faisant reposer son financement sur d’autres acteurs. Pour la CNL, une fois de plus, ce sont les ménages, notamment les plus modestes, qui vont être les premières victimes de ces coupes budgétaires. Plus intolérable encore, c’est le principe même de solidarité nationale qui est bafoué avec ces nouvelles mesures.

La CNL mettra tout en œuvre pour contrecarrer cette politique d’austérité et appelle au rassemblement et à la riposte. Elle exige que les parlementaires, au moment du vote du budget, prennent leurs responsabilités en refusant catégoriquement de telles propositions socialement et économiquement injustes.

La CNL demande :

La mise en œuvre d’un Service public national et décentralisé du logement et de l'habitat

Le gel des loyers dans tous les secteurs locatifs

La revalorisation de 25 % des aides personnelles et la prise en compte dans le calcul de la totalité du coût des charges locatives 

La construction annuelle de 180 000 logements locatifs véritablement sociaux,

L’arrêt de toutes les saisies, expulsions, coupures d’eau, de gaz et d’électricité

La garantie et l’amélioration du statut d’occupation des locataires

La Confédération Nationale du Logement

Le 8 juillet 2010

Commenter cet article

Genestal Yvette 12/07/2010 14:31



Et l'offensive contre le logement social est en harmonie totale avec l'UE ! Bruxelles a  obligé Amsterdam à limiter l'accès du parc HLM aux ménages dont les revenus sont inférieurs à 33 000
euros par an. Les Pays-Bas construiraient trop de logements sociaux.  Ce serait un obstacle à la concurrence ! Le patronat du BTP se réjouit.


Yvette Genestal