Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

C’est quand qu’on  reprend la Bastille ?

 

par Jean Lévy

 

Depuis des décennies, le 14 juillet évoque un jour férié…

Et pourtant…


C’était, il y a 225 ans.

 

prise-bastille.jpg

En 89, un hiver de glace, un printemps sans grains, les cours s’envolent et c’est la famine. Le peuple des faubourgs gronde. Des spéculateurs subissent leur colère. Le roi prend peur. Il appelle sa Gardes suisse et le Royal allemand. Ainsi menacés, les manouvriers, les artisans du Fg Antoine s’arment et prennent la Bastille, le symbole de l’absolutisme. Les paysans brûlent les châteaux et les droits féodaux. 20.000 femmes, à court de pain,  marchent sus à Versailles et ramènent à Paris, « le boulanger, sa femme et le petit mitron ».

 

Le roi n’est plus le souverain. Le peuple a pris sa place.

 

Contre les manants en sabots, l’Europe des rois coalisés vole au secours de Capet. En vain. La République est proclamée.

 

Pas pour longtemps.

 

Au-delà des princes et des petits marquis, la riche bourgeoisie se sent menacée.

 

Elle prend le pouvoir et installe la terreur de l’argent.

 

Les talons rouges de l’aristocratie ont cédé le pas au talon de fer du capital

 

Aujourd'hui, l’oligarchie n’est plus en perruque, et en rubans. Elle a troqué la culotte pour le complet veston. Elle s’est habillé de mots  volés à notre peuple, qu’elle nommait hier les "manants" : la liberté, la démocratie et jusqu’à la République.

 

Ainsi déguisée et camouflée,  une minorité infime s’est accaparée les richesses du pays, les leviers de commandes, l’information écrite, parlée et télévisée, pour mieux tromper et empêcher un nouveau 14 juillet…

 

Car, qu’est-ce qui a changé depuis que les parents de nos arrière-arrières grands parents ont pris la Bastille, perdue, retrouvée,  à nouveau kidnappée ?

 

Ils nous ont volé la liberté de penser, le droit de travailler.


Ils nous ont imposé des lois écrites à l’étranger


 

Le profit sans frontières règne sur le pays.


Ils ont embastillé, par les jeux et la télé, un peuple déboussolé.

 

Jusqu’à la Nation qu’ils ont fait prisonnière.


 

Mais on entend enfler une rumeur de colère.


Contre les agioteurs financiers, les bonimenteurs,  ceux qui font la loi dans les salles des marchés, mais aussi à Matignon comme à l’Elysée. Nos usines démantelées, les ouvriers licenciés, la France écartelée entre des baronnies d’Europe au service des nouvelles têtes couronnées qui, de Bruxelles, font aujourd’hui leur loi pour nous museler.


Oui, vraiment il est temps de nous réveiller, de nous unir, de nous rassembler pour, enfin, nous libérer.

 

Et d’ajouter à l’histoire un nouveau 14 juillet.


 


 

 source :canempechepasnicolas

Commenter cet article