Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

lenine

Sur l'Ukraine

 

Article de Lénine, dans la Pravda numéro 82, 28 juin 1917

 

Traduction AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/

 

La faillite de la politique du nouveau gouvernement provisoire de coalition devient de plus en plus patente. L'Acte universel sur l'organisation de l'Ukraine, promulgué par la Rada (l'Assemblée) cenrale ukrainienne et adopté le 11 juin 1917 par le Congrès des délégués des forces armées de toute l'Ukraine dénonce ouvertement cette politique et offre des preuvres concrètes de cette faillite :

 


"Sans se séparer du reste de la Russie, sans faire sécession vis-à-vis de l'Etat russe", peut-on lire dans l'Acte, "le peuple ukrainien doit avoir le droit de disposer de lui-même, sur son propre sol (...) Toutes les lois qui décideront de l'ordre établi ici en Ukraine ne peuvent être adoptées que par l'Assemblée ukrainienne. Et les lois garantissant l'ordre dans tout le territoire régi par l'Etat russe doivent être adoptées par un Parlement de toutes la Russie".

 


Voilà des termes parfaitement clairs. Ils affirment très précisément que le peuple ukrainien ne désirent pas se séparer de la Russie, à l'heure actuelle. Il demande l'autonomie sans nier la nécessité d'une autorité suprême d'un "Parlement de toute la Russie". 

 


Pas un démocrate, et encore moins un socialiste, ne se risquerait à contredire la légitimité pleine et entière des revendications ukrainiennes. Et pas un démocrate ne refuserait à l'Ukraine le droit à se séparer librement de la Russie.

 


Seule une reconnaissance inconditionnelle de ce droit rend possible la défense d'une union libre des Ukrainiens et des Grand-russes, une association volontaire des deux peuples en un seul Etat. 

 

Seule une reconnaissance inconditionnelle de ce droit peut signifier rupture, complète et irrévocable, avec le maudit passé tsariste qui a tout fait pour rendre étrangers deux peuples, pourtant si proches par leur langue, leur territoire, leur caractère et leur histoire.

 


Le maudit tsarisme a fait des Grand-Russes les bourreaux du peuple ukrainien, et a suscité en eux une haine pour ceux qui allaient jusqu'à interdire aux enfants ukrainiens de parler et d'étudier dans leur langue maternelle.

 


Les démocrates révolutionnaires russes, si ils veulent être vraiment révolutionnaires et vraiment démocrates, doivent rompre avec leur passé, doivent regagner pour eux-mêmes, et pour les ouvriers et paysans de Russie, la confiance fraternelle des ouvriers et paysans ukrainiens. Cela ne peut être le cas sans la reconnaissance pleine et entière des droits de l'Ukraine, y compris le droit à la libre séparation de la Russie.

 


Nous n'encourageons pas l'existence de petits Etats. Nous soutenons l'union la plus étroite des travailleurs du monde entier contre "leurs" capitalistes et ceux de tous les autres pays. 

 


Mais pour que cette union soit volontaire, le travailleur russe, qui ne peut croire à un seul moment la bourgeoisie russe ou ukrainienne sur quoi que ce soit, soutient désormais le droit des Ukrainiens à faire sécession, ne voulant pas leur imposer son amitié, mais désirant se battre pour gagner leur amitié en les traitant comme des égaux, comme des alliés, des frères dans la lutte pour le socialisme.

 


La Reteh, journal des contre-révolutionnaires bourgeois aigris, rendus à moitié déments par la rage, a violemment attaqué les Ukrainiens, accusés d'avoir pris une décision "illégale". "Cet acte des Ukrainiens" disent-ils, "est une violation pure et simple de la loi, il appelle à l'application immédiate de sévères sanctions légales". Il n'y a rien à ajouter à ce déchainement de haine des contre-révolutionnaires bourgeois. 

 

A bas la bourgeoisie contre-révolutionnaire ! Vive l'union libre des paysans et ouvriers libres d'une Ukraine libre avec les ouvriers et paysans d'une Russie révolutionnaire ! 

Commenter cet article