Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Pasquale Noizet (membre du Conseil National) a demandé la parole tôt dans la matinée de jeudi, mais n'a pas vu venir son tour.

Question : Pourquoi cette intervention préparée pour le 36ème congrès du PCF n'a pu être prononcée ?


Sommes-nous, ici en cette Europe, qui aime donner des leçons de démocratie au monde entier, dans une société moderne et civilisée ? L’Europe vaut-elle qu’on se batte pour elle, pour l’améliorer, la socialiser alors que les nations, les peuples qui la constituent souffrent et ne sont plus considérés comme souverains, comme maîtres de leur destin ? Alors que ces peuples plient sous le la main de fer de la finance, d’une concurrence libre et non faussée, comme si le mot « libre » voulait dire liberté, « libéral », générosité et « non faussée », vrai, sans mensonge ? L’Europe n’est-elle pas plutôt impérialiste dans sa forme même qui est d’imposer aux nations qui la composent les lois du capital, qui nient les droits acquis de hautes luttes par les travailleurs, qui rabaissent le travail au rang de marchandise bradée, qui mettent les travailleurs dans la situation de quémander ce qui leur revient : le droit de travailler, le droit à un vrai salaire, le droit à se cultiver, le droit de faire des choix de vie.

 

Plusieurs centaines de salariés d'Arcelor Mittal venus de Florange, en Lorraine, et de Liège, en Belgique, ont tenté mercredi de manifester devant le Parlement européen dont la police interdisait l'accès. Les sidérurgistes étaient venus demander à l'Europe d'agir pour empêcher la fermeture de leurs installations qui doit entraîner la suppression de 630 emplois directs en France et de 2.300 en Belgique. Ils ont été bien reçus, comme il se doit, aux portes du palais. On aurait bien pu leur dire « qu’on leur donne de la brioche ! ». Que demandaient-ils ? « Que l'Union européenne prenne des dispositions pour préserver la sidérurgie ». Mais la réponse a été édifiante puisqu’elle s’est formulée par une pure répression policière comme si les travailleurs étaient des terroristes.

 

Je me questionne sur le sens des mille fermetures d’usines en 2012 en France, je me questionne sur ces millions de travailleurs au chômage, sur ces travailleurs qui ne vont plus aux urnes, ou qui par défi et rancune votent Front national, je pense à l’avenir qui attend nos jeunes, diplômés ou non. Je me demande à qui nous, communistes, nous nous adressons, car lorsque nous parlons du « peuple de gauche » je n’y vois pas la révolte sociale, je n’y vois pas la volonté de rompre radicalement avec le capitalisme et ses injustices.

 

Je me questionne sur ces banques qui nourrissent et gavent le capitalisme, affament les plus pauvres.

 

L’Europe ne peut pas être sociale ; les peuples d’Europe doivent être reconnus nationalement et la banque européenne ne doit pas disposer de prérogatives qui la placent au dessus des banques nationales.

 

Alors, je propose que notre parti se mette à la tête d’une grande campagne politique exigeant la nationalisation de toutes les banques. Un front très large bien au-delà des limites habituelles de la gauche devrait pouvoir se réunir sur cette question.

 

Pasquale Noizet

Membre du CN

 

 

 

Source Réveil Communiste

 

 

Commenter cet article