Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

lepaon-berger2.jpg

CGT- CFDT : le tournant dangereux

 

 

L'an dernier, la CFDT, la CFTC, la CGC et l'UNSA signaient ensemble la capitulation de leurs centrales face aux revendications du Medef, soutenues par le gouvernement, dit "socialiste". Avec l'ANI, sous couvert de recherche de productivité, le patronat obtenait la liberté de licencier, de réduire les salaires, d'allonger les horaires, sans se soucier du Code du travail et des Conventions collectives.

 

 

 

Cet "accord" fut immédiatement dénoncé comme une trahison du monde du travail par la CGT, FO et la FSU. 

 

 

 

C'était l'an passé...

 

 

 

Le 23 novembre 2013, Thierry Lepaon et Laurent Berger, au nom de la CGT et de la CFDT, défilaient bras dessus bras dessous en Bretagne, non contre le Medef (c'était impensable pour Laurent Berger), mais contre les "populismes", nom donné aux manifestations de colère de catégories sociales rassemblées contre l'Ecotaxe et  les impôts nouveaux qui leur étaient imposés. Certes, les revendications étaient  portées par des foules où les salariés étaient très minoritaires, avec une composante patronale inquiétante, la présence de FO ne compensant pas celle-ci.

 

 

On pouvait discuter la décision prise ce jour-là par la CGT bretonne de défiler dans d'autres lieux, pour ne pas créer d'amalgame.

 

 

Mais la nouvelle et soudaine empathie de la direction confédérale CGT envers la CFDT-ANI pose question.

 

 

 

 

De même, les objectifs affichés du nouveau couple : la lutte, non contre le MEDEF et le gouvernement à sa botte, mais la rédaction d'un "programme commun" à soumettre à ceux-ci. Ce qui permetteraient aux centrales syndicales (à toutes, sauf à FO), d'évacuer toute possibilité de mobilisation populaire contre la politique de misère dictée par le patronat et mise en musique par l'équipe Hollande.

 

 

C'est là que le bât blesse.

 

 

Qui a décidé, au nom de la CGT, ce changement de cap ?

 

 

Les syndicats et les militants n'ont, nulle part, été consultés.

 

 

Certes, la direction confédérale, depuis la journée revendicative du 10 septembre dernier, n'avait jamais envisagé de préparer une suite au 10 septembre.

 

 

En la matière d'inaction, Lepaon battait même Bernard Thibault.

 

 

De son temps, un défilé par trimestre faisait patienter les militants et servait de défouloir...

 

 

Aujourd'hui, plus rien de rien.

 

 

Sur fond d'accord avec la centrale jaune pour "causer" avec le patronat !

 

 

Ce n'est plus possible !

 

 

Les militants et les salariés, confrontés à la plus noire réaction sociale depuis Vichy, doivent réagir. Et vite !

 

 

Si rien ne se passe, alors, oui, s'ajoutera le risque bien réel, non pas celui d'un quelconque "poujadisme", mais d'un pouvoir autoritaire en complet veston investi par la force,  pour imposer par décrets les objectifs dictés par un Pierre Gattaz impatient de réduire à néant ce qui reste encore du "modèle social français" détesté par le patronat depuis la Libération.

 

 

 

N'est-ce pas là d'ailleurs, l'objectif de l'Union européenne et de Business Europe ?

 

Le 26 novembre 2013

 

Jean LEVY

adhérent de la CGT depuis septembre 1944

 

source: http://canempechepasnicolas.over-blog.com/

Commenter cet article

COTTY 27/11/2013 12:04


EXCELLENTE ANALYSE CAMARADE JEAN-LEVY.SALUTATIONS FRATERNELLES COMMUNISTES.JEAN-LOUIS COTTY

Michel LeDiablo 27/11/2013 21:48



Salut et fraternité merci pour ta visite


Diablo