Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Victor-Jara1-copie-1.jpgAssassinat du chanteur et militant communiste chilien Victor Jara : quarante ans après, ses tortionnaires enfin poursuivis par la justice


Quarante ans après l'assassinat sauvage du chanteur et militant communiste Victor Jara, l'arrestation de huit de ses tortionnaires fait vivre un espoir bien tardif. Que justice soit enfin faite.

 

Victor Jara aurait 80 ans aujourd'hui. Mais cinq jours après le coup d’État qui a tué le président démocratiquement élu Salvador Allende, et avec lui l'espoir du socialisme à la chilienne, la figure de la « Nueva cancion » chilienne engagée était réduit à jamais au silence.

 

Le 11 septembre 1973, les forces armées putschistes encerclaient l'Université technique d’État du Chili, internant dans le stade de Santiago du Chili l'ensemble des étudiants et enseignants qui occupaient le campus.


« Quel visage horrible que celui du fascisme ! » : les dernières paroles du chanteur aux mains brisés

 

Parmi eux, Victor Jara, militant du Parti communiste et voix de la révolution. Deux bonnes raisons pour les militaires putschistes de faire taire celui qui « ne chantait pas pour chanter ».

Emmenés dans les vestiaires improvisés en salle de torture, il est soumis à la « question ». Son instrument de travail, ses mains sont brisées par ses tortionnaires. Ramené à ses camarades, il livre alors ses dernières paroles :

« Nous sommes 5 000 ici, ici se trouvent 10 000 mains qui cultivent la terre et font tourner les usines. Le visage d'une humanité soumis à la faim, au froid, à la peur, à la souffrance, aux pressions morales, à la terreur et à la folie humaine.


Quel visage horrible que celui du fascisme. Ils appliquent leurs plans avec une précision diabolique, sans se soucier du reste. Le sang est leur récompense.


Mais ma conscience se réveille soudain et je vois que cette marée n'a aucun cœur qui bat, si ce n'est le battement des machines et des militaires montrant leurs doux visages d'accoucheurs. Qu'il est difficile de chanter l'horreur ! »


Le calvaire de Victor Jara n'est pas terminé. Reconduit par ses tortionnaires sur le lieu du crime, il est alors abattu de 44 balles de fusils, son cours abandonné dans la rue, le 16 septembre 1973.


La justice chilienne lance enfin des poursuites contre les huit tortionnaires


Quarante ans après les faits, justice n'est pas encore faite.


Il a fallu attendre 2007 pour que soit relancée l'enquête sur l'assassinat du chanteur chilien.


La décision du juge Miguel Vazquez, dans les derniers jours de l'année 2012, exigeant l'arrestation de sept anciens membres des forces armées de Pinochet ainsi que l'extradition de l'assassin en chef, réfugié aux États-Unis fait revivre l'espoir d'un rétablissement de la justice et de la vérité.


En dépit du silence de fer maintenu par l'Armée chilienne, les témoignages de rescapés, prisonniers comme conscrits, ont permis d'identifier les tortionnaires.


« Je ne vois pas pourquoi nous devrions laisser un pays devenir communiste par l'irresponsabilité de son peuple » (Kissinger)


Pour le Parti communiste chilien (PCCh), il s'agit d'un élément positif que « l'on ait enfin poursuivi les ex-militaires accusés de l'assassinat du chanteur et militant communiste, Victor Jara ».


Après avoir exigé l'application de peines exemplaires pour ses criminels, le Parti communiste a également « réaffirmé la nécessité que l'on progresse dans la vérité et la justice concernant tous les cas de prisonniers disparus et d'assassinats politiques non-résolus ».


Rappelons les mots d'un célèbre prix Nobel de la guerre – rejoint depuis par Walesa, Obama ou l'UE – Henry Kissinger, alors conseiller du président américain :


« Je ne vois pourquoi nous devrions rester là et voir un pays devenir communiste à cause de l'irresponsabilité de son propre peuple ».


Les doigts brisés et le corps criblé de balles du chanteur de l'espoir sont là pour témoigner de l'horreur de cet « impérialisme à visage inhumain ».


Les communistes et les progressistes chiliens ne réclament désormais qu'une chose : qu'après que l'Histoire a jugé le régime de Pinochet, la justice chilienne remplisse enfin son rôle et juge ses tortionnaires.


Article AC


Source : "Solidarité Internationale PCF" 


Chili : arrestation des assassins présumés du chanteur Victor Jara : Lire ici





Commenter cet article

caroleone 10/01/2013 18:14


Bonsoir Diablo,


 


Il m'avait semblé voir en effet cette nouvelle, mais je n'étais pas certaine que ce soit vrai, tu sais comment ça se passe quand enfin un semblant de justice se fait jour dans ces affaires on a
l'inpression de rêver.


Je reprends ton bel article et te remercie.


 


Bises


 


caro

DIABLO 10/01/2013 18:35



Bonsoir Caro,


Après tant d'années d'impunité les fascistes chiliens vont-ils payer leurs crimes...


L'avenir nous le dira


Bises


Diablo