Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Ces messieurs de la Cour des comptes, le 23 janvier, se sont attaqués aux chômeurs. Aux montants et à la durée de l’indemnisation, et, pour cela, ils s’appuient sur le déficit annoncé et sur les modes d’indemnisation de certains pays européens.

 

Par contre, rien sur le montant des loyers, sur le coût de la vie dans ces différents pays, rien non plus sur le fait que, quand il y avait des excédents à l’Unedic et qu’il convenait de faire des réserves, on préférait baisser les cotisations, notamment patronales.

 

Je cite ces magistrats qui émargent en moyenne à 6 500 euros par mois, allant jusqu’à plus de 9 000 euros selon la catégorie et l’échelon : « La soutenabilité du régime de l’assurance chômage est aujourd’hui remise en cause par le maintien du chômage à un niveau élevé. »

 

Nous rappelons à tous les chantres de l’économisme et de l’équilibre des comptes que les salariés licenciés pour permettre de faire plus de profits ne sont en rien responsables de la concurrence, de la folie de la finance, des délocalisations…

 

Nous rappelons également que 51 % des femmes et des hommes inscrits à Pôle emploi sont indemnisés, ce qui signifie, vous ferez le calcul, que 49 % ne perçoivent rien de l’assurance chômage.

 

Rappelons aussi que les salariés paient des cotisations chaque mois pour abonder la caisse de cette assurance chômage et qu’il ne s’agit en aucun cas de cadeau.

 

Rappelons encore que malgré cette terrible situation pour près de 6 millions d’entre nous, en 2011, en France, 500 familles se sont partagé 271 milliards d’euros et que les entreprises qui composent le CAC 40 ont réalisé 87 milliards d’euros de bénéfices, dont 37 milliards en dividendes aux actionnaires.

 

La Cour des comptes va y aller de ses recommandations, qui tirent toujours vers le bas : un taux décroissant pour les indemnités des cadres, qui sera à n’en pas douter appliqué à tous peu de temps après, une durée d’indemnisation réduite, un bon coup dans les articles concernant les intermittents du spectacle qui sont soit des privilégiés, soit des fraudeurs.

 

Ce n’est pas en instaurant la misère, en multipliant les angoisses et les urgences que la société gagnera en cohésion, d’autant que chacun sait que les chômeurs les mieux indemnisés sont ceux qui retournent le plus facilement vers l’emploi.

 

Encore et toujours des mesures pour faire baisser le prix du travail et faire gonfler les bénéfices et les actions au détriment des salaires, toujours plus la finance et le capital contre le travail – l’histoire ne sert pas, jamais – les crises financières de 2008, de 2010 et d’aujourd’hui seront reproduites jusqu’à la rupture.

 

Alors que les chiffres du chômage sont mauvais, entre 40 000 et 47 000 chômeurs supplémentaires, notre association revendique, à défaut d’un emploi stable et correctement rémunéré, l’indemnisation décente de toutes les formes de chômage.

 

Sinon, il sera toujours temps de verser quelques larmes de crocodile, sur ces femmes, ces hommes, ces enfants sans domicile fixe, sur le désespoir, les suicides, les addictions, etc.

 

C’est la soutenabilité de la pauvreté, de la misère et du désespoir qui devrait être remise en cause !

 

Philippe Villechalane

Porte-parole de l’Association pour l’emploi,

l’information et la solidarité

des chômeurs et travailleurs précaires.

 

Source : L'Humanité.fr

APEIS-plus-seul.jpg

Commenter cet article